Téhéran: Riyad «paiera» le prix de toute tentative pour remplacer le pétrole iranien

Lors d’un discours retransmis à la télévision de l’État M.Eshagh Jahangiri, le premier vice-Président iranien a assuré que la République islamique possède un plan qui empêchera les États-Unis de perturber la vente de son pétrole sur le marché mondial.

Il a mis en garde les responsables du régime saoudien contre toute tentative de se substituer à l’Iran sur le marché mondial du pétrole.
Il a déclaré, à cet effet :
« Tout pays qui tentera de prendre la place de l’Iran sur le marché pétrolier sera coupable de haute trahison contre la nation iranienne […] et paiera, un jour le prix de cette trahison ».

Le locataire de la Maison-Blanche a affirmé, samedi sur sa page Twitter que suite à sa demande, le régime de l’Arabie Saoudite avait accepté d’accroître sa production de pétrole « jusqu’à 2 millions de barils » en raison des « troubles et des dysfonctionnements en Iran et au Venezuela ».

Rappelons que mardi, un responsable du département d’État américain a appelé les pays du monde à cesser leurs importations de pétrole iranien d’ici au 4 novembre sous peine de s’exposer aux sanctions américaines rétablies conséquemment à la sortie de Washington de l’accord sur le nucléaire iranien. Il a, également précisé que l’administration américaine avait déjà transmis ce message aux pays européens et entendait adresser le même appel à la Chine, à l’Inde ainsi qu’à la Turquie.

Or, selon M. Eshagh Jahangiri, Téhéran était prêt à « mettre en échec ce slogan des États-Unis selon lequel [l’exportation du, ndlr] pétrole iranien doit être bridée ».

Il a souligné que :

« Nous sommes persuadés qu’avec la grâce de Dieu nous serons capables de vendre notre pétrole autant que de besoin ».
Au vu de la situation, la Russie va étudier les aspects juridiques de son éventuelle renonciation au pétrole iranien prônée par les États-Unis. En effet, M. Alexandre Novak, le ministre russe de l’Énergie a déclaré :
« Nous avons un mémorandum [avec l’Iran, ndlr] qui a été signé en 2014. Nous étudierons la situation du point de vue juridique ».

Comme à son accoutumé, excellant dans l’utilisation de la menace, Washington promet de sanctionner les entreprises qui passeront outre ses injonctions.
Début mai dernier, la tension était montée d’un cran concernant le programme nucléaire iranien suite à la décision US de se retirer de l’accord de juillet 2015, annoncée par le Président Trump le 8 mai dernier.

Aux termes de l’accord, l’Iran doit brider son programme nucléaire et ne jamais chercher à obtenir la bombe atomique en échange de la levée d’une partie des sanctions internationales visant la République islamique. Donald Trump a, également déclaré que Washington rétablirait les sanctions imposées à Téhéran qui avaient été suspendues suite la signature de l’accord de 2015.

Nous constatons, sans grande surprise que l’administration Trump, tout comme qui l’ont précédée, use à outrance, envers autrui de menaces et de chantage, moyen qu’elles affectionnent particulièrement.
Pourquoi les Arrogants croient-ils qu’ils sont indispensables et que ce sont eux qui doivent « diriger » le monde ??? Pourquoi prennent-ils leurs désirs pour des réalités ?
Il est temps que l’Occident impérialiste prenne conscience que le monde unipolaire est révolu et que les peuples sont, tout à fait capables de se prendre, parfaitement en charge même si les responsables qui les gouvernent sont à la solde du sionisme international.
Un pays souverain et indépendant comme l’Iran, avec son glorieux passé, notamment celui de la grande victoire de la Révolution islamique, menée par son peuple ne courbera JAMAIS l’échine face aux renégats sionistes, quels que soient les complots sournois que ces derniers ourdissent contre lui.
Alors, à bon entendeur…

Commentaires