Syrie : vers une sortie de crise ?

lavrov_al_assad_01
La Russie en faveur d’un dialogue politique entre tous les groupes de la société syrienne.

Une délégation de la Coalition nationale des forces de l’opposition et de la révolution syrienne (CNFOR) est arrivée le 13 août à Moscou où elle a rencontré le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov.

Ce dernier a souligné que de nombreuses visites des représentants de l’opposition syrienne avaient eu lieu à Moscou. Le diplomate russe a rappelé que les priorités sont « d’empêcher les terroristes de saisir de nouveaux territoires et donc de mener une lutte anti-terroriste commune, désormais », tandis que Haytham Manna, dirigeant de l’opposition syrienne, a exprimé son soutien à l’initiative politique de Moscou et appelé toutes les parties à la table des négociations, ajoutant qu’« une solution militaire ne peut rien apporter sinon la violence ».

Sergueï Lavrov a répété la position russe, qui consiste à refuser de conditionner les négociations par la destitution du président Bachar al-Assad, élu par son peuple et à qualifier d’illégitime toute opposition armée à caractère sectaire et soutenue depuis l’étranger.

Sur le terrain, certains terroristes se rendent à l’armée syrienne tandis que des réfugiés ont retrouvé leur foyer après trois ans d’absence, grâce au nettoyage de la présence des terroristes dans leur région, située dans la banlieue damascène.

Parallèlement à cette apparente sortie de crise, les autorités turques ont donné l’autorisation effective aux Américains d’utiliser la base aérienne d’Incirlik (sud de la Turquie) afin de mener des frappes en Syrie contre les combattants de DAESH, officiellement. Quelques jours avant, le président américain Barack Obama avait autorisé l’aviation américaine à effectuer des frappes en vue de protéger les forces d’opposition syrienne modérées face aux terroristes de DAESH, aussi bien que face aux troupes gouvernementales !

L’Occident arrogant, les pétromonarchies arabes alliées Arabie Saoudite, Qatar et Bahreïn—, la Turquie et l’entité sioniste d’Israël poursuivent leurs complots contre la Syrie, élément central de l’axe de la Résistance. C’est pourquoi, sous prétexte de protéger les milices modérées qui n’existent que dans leurs discours, les Etats-Unis et leurs alliés sionistes s’emploient à multiplier les ruses pour semer le chaos en Syrie et venir à bout du gouvernement en place.

Pour la sacro-sainte sécurité de l’entité sioniste, les Etats-Unis et leurs alliés occidentaux et arabes se sont acharnés contre la Syrie pendant plus de quatre ans. Ils sont directement ou indirectement responsables de la mort de plus de 240 000 personnes, du déplacement de plus de 11 millions de personnes, dont 4 millions qui ont fui le pays et de la destruction du pays et de nombreux sites historiques classés au patrimoine mondial comme Alep et Palmyre !

Leur acharnement est un échec, la Résistance s’est renforcée et Bachar al-Assad, qui dispose d’un soutien populaire massif, est au pouvoir, bien que les médias occidentaux à la solde des lobbies sionistes nous prédisent sa chute, depuis plus de quatre ans.

Le Parti Anti Sioniste se prononce en faveur d’une solution politique et pacifique, depuis le début du conflit. Il encourage les négociations entre les différentes parties de la nation syrienne, sans aucune ingérence étrangère.

Le Parti appelle à dénoncer les médias qui, aux ordres des lobbies sionistes, nous désinforment au lieu de nous informer. Conditionner les pourparlers entre Syriens par la démission du président Bachar al-Assad dévoile de viles intentions de la part des ennemis de l’axe de la Résistance, qui se prétendent « amis de la Syrie ». En réalité, ils cherchent à placer leur pion en Syrie. Pour le bien des Syriens ? Permettez-nous d’en douter…

yahia_gouasmi_05Yahia Gouasmi
Président du Parti Anti Sioniste