Une société israélienne remporte un contrat de 13 millions de dollars, en Afrique

Le Calcalist a rapporté, mardi 26 décembre que la société israélienne, Magal Security Systems a signé un contrat de 13 millions de dollars pour fournir des produits de sécurité en tant que sous-traitant à Toyota Tsusho Corporation (une maison de commerce japonaise).

Rappelons que cette firme a aidé à isoler Gaza du monde extérieur puisque 2 millions de Palestiniens vivent dans le territoire assiégé, coupé du monde par les restrictions israéliennes qui dévastent leur économie et les privent de l’accès à des traitements vitaux.

De plus, près d’une vingtaine de Palestiniens ont été assassinés près de la clôture, depuis la fin de 2015, généralement lorsqu’ils participaient à un rassemblement contre le siège.

Comme si assiéger Gaza ne suffisait pas, Magal commercialise son savoir-faire comme entrepreneur principal sur la barrière de séparation israélienne (mur d’apartheid), en Cisjordanie occupée, déclarée pourtant illégale par la Cour internationale de Justice, en 2004.

À l’instar des autres firmes qui profitent de l’abjecte occupation israélienne, de la colonisation et des graves et incessantes atteintes aux droits de l’homme, le PDG de Magal, Saar Koursh vante ses produits comme « mis à l’épreuve sur le terrain.»

Les produits de sécurité de Magal seront installés dans un « grand port maritime international en Afrique de l’Est », a indiqué Magal dans un communiqué. Dans le cadre de cet accord, Magal fournira un certain nombre de technologies, y compris des systèmes de détection d’intrusion périmétrique (PIDS), des systèmes de cybersécurité, des logiciels de gestion vidéo (VMS) et l’analyse de vidéo intelligente (IVA). La société a déclaré que les technologies seront intégrées et gérées par un système de gestion de l’information de sécurité physique (PSIM), également par Magal.

De plus, comme nous l’avions déjà cité dans l’un de nos articles paru le 17 décembre 2017, cette même société va gérer la sécurité de la CAN (la Coupe d’Afrique des Nations) en 2019, suite à l’accord conclu en novembre 2016.

Est-ce un fait du hasard… nous n’y croyons trop. Ou y aurai-t-il une quelconque intervention, sachant que les actions de Magal Security Systems de l’entité sioniste d’Israël, qui ont contribué à la construction de la barrière illégale israélienne en Cisjordanie occupée, ont explosé après la victoire électorale de Trump, en novembre 2016 ? En effet, Magal place tous ses espoirs de rafler le projet de la construction du mur que le président US veut ériger à la frontière entre les États-Unis et le Mexique. En effet, selon l’agence Bloomberg, Saar Koursh, le directeur général de la société israélienne Magal Security Systems a argué :

«Nous avons les bons matériaux et nous avons acquis, en « Israël » l’expérience qui aide à valoriser nos produits.»

Selon le Financial Times, parmi les clients de Magal figurent déjà le Département américain de la Défense, les Services secrets et l’aéroport de Munich, en Allemagne ainsi que le gouvernement, l’armée, la police, les prisons, les banques, les ports, les centrales électriques et les municipalités du Mexique.

L’entreprise fournit, également des systèmes de sécurité pour les camps militaires de l’OTAN.

Magal possède une filiale canadienne, Senstar, qui a récemment acquis une autre société canadienne, la société de surveillance électronique Aimetis

Magal est également pressentie pour construire une barrière de 425 miles le long de la frontière du Kenya avec la Somalie, sachant que cette dernière est l’un des 7 pays, à majorité musulmane, dont les citoyens sont visés par l’ordre exécutif de Trump leur restreignant l’entrée aux États-Unis.

Magal développe et commercialise des produits de sécurité et des systèmes de cybersécurité destinés aux aéroports, ports maritimes, frontières, bases militaires, installations gouvernementales et autres installations dans plus de 80 pays dans le monde.

Nous sommes consternés face à l’étendue des activités de Magal et surtout face à la liste de ses clients, qui est fort révélatrice !

Comment des gouvernements, de hauts responsables et d’autres organismes peuvent-ils solliciter les services d’entreprises qui emprisonnent et privent de leurs droits les plus élémentaires 2 millions de Palestiniens ?

Ces murs de malheur et de honte ne sont certainement pas destinés à la défense. Ils servent plutôt à annexer les terres palestiniennes et arabes.
Comment permettent-ils à de telles firmes, sans foi ni loi, de prospérer, ou pire encore d’engranger des bénéfices faramineux alors qu’elles sont des sociétés opportunistes par excellence, dont la divinité est le veau d’or et qui sont mues uniquement par les profits les plus abjects et les plus vils ?
Ce qui est étonnant, voire stupéfiant c’est que des pays africains, qui ont toujours souffert et qui souffrent encore de l’impérialisme puissent faire appel aux services de telles firmes sionistes. C’est à se demander où se situe le colonialisme qu’ils craignent, est-il extérieur à eux ou bien intérieur… Ceci expliquerait bien des choses …

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires