Comment les sionistes veulent contrôler l’Islam de France

Aujourd’hui, l’Islam est la seconde religion de l’hexagone par le nombre, après le catholicisme, et probablement la première en matière de pratique.

C‘est pour cette raison que la communauté musulmane de France fait l’objet de toutes les convoitises, et constitue un enjeu important, notamment pour l’avenir.

Il faut remonter au début des années 2000 dans la foulée du 11 septembre, pour voir cet intérêt se manifester, sous l’influence de Nicolas Sarkozy. Celui-ci a eu très tôt l’ambition de contrôler et d’orienter la communauté musulmane en instaurant le CFCM (Conseil Français du Culte Musulman).

L’objectif de la manœuvre étant d’institutionnaliser l’Islam français pour mieux le contrôler.
C’est à partir de cette période que « l’Islam, en France », se transforma en « Islam de France ».

Dix ans plus tard s’achevait cette première phase, avec l’assassinat de Ben Laden et la fin annoncée d’Al Qaeda. S’ouvrait alors une deuxième étape, inaugurée par les « printemps arabes ».

Ces révoltes créèrent un fort engouement au sein de la jeunesse musulmane arabe, dont les velléités émancipatrices furent vite canalisées, puis orientées vers des mouvements radicaux soutenus par l’Arabie Saoudite et le Qatar. Cet enthousiasme fut ainsi détourné de son objectif naturel et historique, le combat contre l’injustice sioniste.

En France, parallèlement, une violente campagne politico-médiatique était orchestrée contre l’Islam et les musulmans, poussant une partie de ceux ne se reconnaissant pas dans cet « Islam de France » à la sauce Sarkozy, dans les bras du radicalisme wahhabo-salafiste. La propagande anti-Bachar enfonçait le clou en les incitant insidieusement à partir guerroyer en Syrie dans les rangs de Daesh and Co.

Cet « Islam de France » se renforçait avec l’aide du lobby sioniste, chapeautant de nouveaux imams sortis de nulle part. Ces derniers, tels l’inénarrable Chalghoumi, en plus de ridiculiser les musulmans qu’ils étaient censés représenter, s’évertuaient à prôner l’amitié avec les sionistes et à justifier par des arguments religieux les nombreux massacres commis pour l’intérêt de l’entité criminelle israélienne (Libye, Syrie, Gaza…).

Par ailleurs, ce même lobby s’activait à lancer l’idée de la création d’une « bourgeoisie musulmane » (dixit Jacques Attali) qui serait ensuite mise en avant et absorbée par le système qui la contrôlerait totalement. Une idée qui a largement fait ses preuves aux États-Unis avec la communauté noire.

 

Aujourd’hui, avec l’échec de Daesh et la victoire de l’«Axe de la Résistance» au Moyen-Orient, s’ouvre une nouvelle phase.

Celle-ci annonce la fin programmée du wahhabisme (voire les récents propos du prince héritier Mohamed ben Salman affirmant que la monarchie saoudienne doit « retourner à un Islam modéré, tolérant, ouvert sur le monde et toutes les autres religions »), qui doit désormais céder sa place à un Islam complètement en phase avec le sionisme, de manière totalement assumée (voir la normalisation quasi-officielle entre la plupart des pays musulmans et l’entité criminelle israélienne, la nouvelle tendance à la mode des musulmans sionistes, les propos de l’Imam de la Mecque Soudais sur les USA garants de la paix dans le monde etc. …).

En France, cette troisième étape consiste à ôter toute notion d’antisionisme à cette communauté musulmane, afin qu’elle assume pleinement le fait d’embrasser et sans aucun complexe cette idéologie nauséabonde.

Désormais les musulmans eux-mêmes devront se mobiliser pour défendre Israël aux côtés de leurs frères sionistes.

Après cela, la dernière étape ne sera plus qu’une formalité et devrait passer comme une lettre à la poste : l’interdiction pure et simple de l’antisionisme.

 

Le Parti Anti Sioniste appelle la communauté musulmane de France à rester vigilante face au défi qui lui est imposé.
Nous lui conseillons de retourner à ses sources qui lui enjoignent de secourir le miséreux et l’orphelin, de défendre les déshérités, et de résister face à toute forme d’injustice.
Or aujourd’hui, il n’y a pas plus grande injustice que celle causée par le sionisme.

 

 

Commentaires