Se droguer, c’est bon pour la croissance !

Ça pourrait être le nouveau slogan gouvernemental encourageant à se droguer ou encore à faire commerce de la drogue ! Est-ce exagéré ? Pas tant que ça…

À l’heure où les victimes de la drogue ne cessent d’augmenter en Europe, selon le bilan dressé par l’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies, notre Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) a décidé d’intégrer le trafic de drogue dans le calcul du Produit Intérieur Brut (PIB). Cette mesure, d’une gravité sans nom, fait suite à la requête de la Commission européenne, sous la direction d’Eurostat, qui depuis 2013, prétend vouloir harmoniser le calcul du PIB au niveau européen.

La France suit dorénavant le même chemin que le  Royaume-Uni, l’Espagne ou encore l’Italie. Dès le mois de mai, l’Insee va “tenir compte de la consommation des stupéfiants et des activités liées à cette consommation sur le territoire national”, a-t-il annoncé dans un communiqué.

En d’autres termes, la consommation et le trafic illégal des drogues tels que la cocaïne, l’héroïne, les amphétamines, le crack, etc, (la liste est longue !) contribueront à l’augmentation de notre croissance !

Pour rappel, le PIB est un indicateur parmi d’autres qui permet de mesurer le bien-être des habitants d’un pays.

Mais comment peut-on intégrer dans les comptes publics à la fois ce qui contribue au bien-être de sa population et ce qui lui est nuisible ?

Comment peut-on intégrer dans les comptes publics la richesse produite par des narcotrafiquants œuvrant en toute illégalité, tout en menant une politique de répression à leur encontre ?

C’est un non-sens !

Hypocrisie politicienne, arrangements scabreux… Bientôt le gouvernement Macron se félicitera, comme par enchantement, de la montée de la croissance, mais à l’image d’autres pays européens, on restera discret sur le fait que le trafic de drogue aura contribué à cet essor ! Un article du journal Le Monde cite : “les autres pays européens ayant sauté le pas ne détaillent pas dans leur PIB, qui varient chaque année pour des raisons macro-économiques, la part qui relève des trafics illégaux”.

Que cache cette mesure de l’Insee ?

Elle est une nouvelle manifestation de notre souveraineté perpétuellement bradée depuis des décennies au bénéfice des banques, de Washington, Bilderberg et Cie… qui dicte la ligne politique de la Commission européenne.

L’analyste financier, Olivier Delamarche, représentant de l’association Les Econoclastes, écarté l’an dernier de la chaîne BFM business où il intervenait depuis 2009, a vivement critiqué cette décision de l’Insee  :

“Je vous l’annonce, à chaque fois que l’on arrive au fond, on creuse ! Et d’ajouter : “ça n’est pas une surprise que la France s’y mette, mais je pense quand même que quand on en est réduit à ça, c’est que vraiment ça va mal !” La France ira même plus loin : “Bientôt (…) un autre pan de l’économie sera intégré dans le Pib (…) : « la prostitution » ! “, ajouta-t’il.

 

Cette nouvelle mesure de L’insee selon les Econoclastes :

     – va augmenter la dette de l’État sans qu’il n’y ait aucune rentrée fiscale (évidemment les narcotrafiquants ne vont pas déclarer leurs salaires !).

  • Elle va créer un conflit d’intérêt sournois auprès de la puissance publique : “faut-il vraiment lutter contre ce fléau maintenant qu’il contribue à la croissance ?”
  • Ce faux effet de richesse sera un prétexte pour les banquiers pour vendre des produits risqués : “regardez la croissance est là !”
  • Et cerise sur le gâteau, les Français auront droit à une augmentation de leurs impôts.

Le Parti Anti Sioniste n’est pas surpris de la ligne directrice que prend notre pays sous la présidence d’Emmanuel Macron. Tout est mis en œuvre pour gagner du temps et faire croire aux Français que notre président actuel va redresser le pays.

Notre système monétaire, fondé sur la dette et l’enrichissement exponentiel des banques, est voué à sa propre perte. Soigner un pays malade, dont le système financier est en faillite, en lui injectant des doses de stupéfiants pour le faire tenir un peu plus, c’est illusoire… En revanche, la chute par overdose, elle, sera bien réelle !

Commentaires