Russie : soutenir DAESH est passible de poursuites pénales !

Directorat spirituel des musulmans de Russie.
Directorat spirituel des musulmans de Russie.

La Russie compte 20 millions de musulmans pour 142 millions d’habitants, ce qui fait de l’islam, la deuxième religion du pays ; un million d’entre eux vit à Moscou. Contrairement à l’Europe, l’islam en Russie a toujours fait partie intégrante de la vie religieuse russe.

Les musulmans de Russie sont fermement opposés au soi-disant « Etat Islamique » (DAESH) et l’ont fait savoir en prononçant une fatwa (avis juridique donné par une autorité religieuse musulmane) à l’encontre des militants takfiris. Le Directorat spirituel des musulmans de Russie a ainsi publié un communiqué sur son site internet :

« Les membres du Conseil de l’Uléma [les savants de l’islam, ndlr], sur base du Coran, de la Sunna et d’autres textes faisant autorité en la matière, ont démontré et prouvé que les actions de cette organisation, qui s’autoproclame «  Etat islamique « , sont en contradiction totale avec l’Islam, et ce depuis leur création, leurs appels au recrutement, jusqu’à leurs exécutions publiques et leurs actions cruelles. Du point de vue de l’islam, les membres de ce groupe criminel méritent la peine capitale ou la mise au ban de la société à vie. Ceux qui rejoignent DAESH sont dans l’erreur vis-à-vis de l’islam, qu’ils interprètent de façon erronée comme étant une religion faite de brutalité, de cruauté, de violence, de torture et d’assassinat de toute personne ayant un avis discordant » et d’ajouter « qu’une déclaration unilatérale de création d’un califat provoquerait l’apparition de nombreux autres califats et donc, une discorde et des affrontements entre musulmans ».

En décembre dernier, le gouvernement russe avait ajouté DAESH et le Front al-Nosra sur la liste des organisations considérées par ce dernier, comme terroristes. Toute appartenance ou soutien à ces organisations est, depuis lors, considéré comme une infraction à la loi et passible de poursuites pénales. Par ailleurs, le ministère russe des Affaires étrangères avait appelé toutes les nations du monde à reconnaître ces deux groupes comme organisations terroristes, une mesure qui serait soutenue par les résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies.

Le mois dernier, le directeur du Conseil de sécurité de Russie, Nikolaï Patrouchev, avait appelé la communauté internationale à cesser le deux poids deux mesures en matière de terrorisme et à combattre cette menace en suivant les principes du droit international.

Patrouchev avait alors confié aux journalistes que lui et d’autres responsables russes préféraient que le terme d’« Etat Islamique » soit utilisé entre guillemets, afin de ne pas insulter les vrais musulmans qui, selon ses mots, n’ont absolument rien à voir avec les terroristes et les extrémistes. Pour cette même raison, Patrouchev préfère utiliser l’acronyme ISIL (Islamic State of Irak and Levant), qui est le nom de DAESH, au départ.

Source : Russia Today