Riyad achète le « Dôme de fer » israélien

Les médias suisses citant des sources à Tel-Aviv et Riyad, viennent de révéler les détails des relations secrètes entre Tel-Aviv et Riyad qui ont permis à l’Arabie saoudite d’examiner l’achat d’armes et de munitions à Israël dont le système « Dôme de fer », pour faire face aux missiles d’Ansarallah.

Selon l’agence de presse iranienne Tasnim, il n’y a l’ombre d’aucun doute que les intérêts communs israélo-saoudiens notamment leurs positions hostiles et offensives envers l’Iran ont orienté les deux régimes à établir des liens confidentiels bilatéraux. Cette position provocatrice s’est transformée en un élément primordial des politiques régionales de Tel-Aviv et de Riyad.

La chaîne 10 de la télévision israélienne citant les médias suisses a rapporté que l’Arabie saoudite et le régime israélien tissent des liens secrets pour faire face à ce qu’ils appellent « le renforcement de l’influence iranienne au Moyen-Orient ».

Le journal suisse Basler Zeitung a écrit que l’Arabie saoudite se penchait, sérieusement, sur l’achat de systèmes de missile et d’autres armements à Israël. Citant une source officielle à Riyad, Basler Zeitung a précisé que malgré l’absence d’une relation officielle entre les deux parties, elles mènent cependant une coopération étroite dans le domaine militaire.

Le quotidien suisse a levé un coin de voile sur la série de rencontres entre de hauts officiers militaires saoudiens et israéliens dans le but de renforcer leurs coopérations bilatérales. Citant des sources à Riyad, il ajoute que les anciens commandants du service de renseignement saoudien se sont entretenus, récemment, avec leurs homologues israéliens, de la politique régionale des États-Unis.

En effet, Washington adopte des mesures immédiates pour former une alliance non officielle entre certains pays arabes soi-disant « modérés » de la région et Israël afin de confronter le triangle Iran/Syrie/Hezbollah libanais, qualifié par Washington de « l’axe du mal ».

Alex Fishman, analyste des questions militaires pour le journal Yediot Aharonot affirme que les Américains ne parlent pas d’une « alliance de défense régionale » au Moyen-Orient, similaire à l’OTAN. Mais par contre, ils insistent sur l’établissement des relations et coopérations entre ces pays pour l’échange de renseignements sécuritaires.

« Il y a des questions de grande importance derrière les contacts Riyad/Tel-Aviv qui seront bientôt rendus publics. La coopération israélo-saoudienne est très importante, cependant le gouvernement américain sait très bien que toute coopération entre Tel-Aviv et un groupe de pays arabes doit se concentrer sur l’Arabie saoudite ; Tel-Aviv en est bien conscient aussi », a-t-il dit.

Fishman a rappelé que l’administration US n’avait pas tendance à s’appuyer sur l’Égypte en tant qu’allié, tout en essayant en parallèle de rallier le Qatar et Bahreïn pour donner la naissance à « l’OTAN arabe » dans le seul objectif  de faire face à l’Iran.

L’orientaliste israélien Adi Cohen, très proche du ministère des Affaires étrangères à Tel-Aviv a révélé que les relations entre l’Arabie saoudite et Israël avaient été renforcées simultanément à l’annonce du plan de paix saoudien de 2002. Les deux parties effectuaient des rencontres non officielles pendant des années jusqu’à ce que les relations bilatérales aient pris de l’ampleur en 2015 dans la mesure qu’une rencontre officielle a eu lieu entre des représentants de Riyad et Tel-Aviv.

 

Dôme de fer : l’Arabie saoudite se prépare à la guerre ?