Réunion du Conseil Atlantique-Nord à Bruxelles

Le Conseil Atlantique-Nord, qui se tiendra les 14 et 15 février prochain à Bruxelles au niveau des ministres de la défense, semble nous réserver quelques surprises…

En effet, son agenda (ou celui du Pentagone plus exactement…) suffit à nous faire comprendre ce qui se prépare en Europe et dans le monde.

Dans un résumé du rapport National Defense Strategy 2018 du Pentagone (qui servira de trame au Conseil Atlantique-Nord…), la Russie est accusée de « violer les frontières de nations limitrophes et d’exercer un pouvoir de veto sur les décisions de ses voisins ».

Dans une phrase qui semble donc être une mise en garde envers celle-ci et la Chine, il est écrit : « Le moyen le plus sûr de prévenir la guerre est d’être préparés à en gagner une ». 

Cette déclaration fait écho à la position de Washington concernant ces deux puissances nucléaires qu’il considère comme des cibles prioritaires, plus importantes qu’Al Qaïda.
C’est la raison pour laquelle il est demandé aux alliés européens de « maintenir leur engagement à augmenter la dépense pour développer la puissance de l’OTAN » en portant l’effort de défense à 2% du PIB.

Cette demande semble avoir été entendue par la France puisque le Conseil des ministres du 8 février 2018 a examiné la Loi de programmation militaire (LPM) française pour 2019-2025, qui prévoit une large augmentation de l’effort de défense. Les dépenses militaires totales sur cette période dépasseront les 300 milliards €, et le budget annuel augmentera de plus de 35 pour cent pour s’établir à 44 milliards d’€. Ceci réaliserait l’engagement de Macron lors de sa campagne présidentielle, de porter l’effort de défense à 2% du Produit intérieur brut…(était-ce un hasard ?)

Cette augmentation des budgets militaires correspondra mécaniquement à une réduction massive des dépenses sociales et du niveau de vie de la population française, une politique de casse sociale voulue par Macron.

Celui-ci pourrait ensuite exiger des augmentations même plus massives de l’effort de défense dans les années à venir, car il a également répété le mois passé, lors d’un discours à la base navale à Toulon, qu’il veut imposer le service militaire universel en France. Le coût de la réintroduction du service militaire et son extension aux femmes se chiffrerait alors en dizaines de milliards d’euros…

Le président Trump, de son côté, a lui aussi annoncé, lors du Forum économique mondial de Davos 2018, que les États-Unis misaient sur la mondialisation militaire : « Nous sommes en train de faire des investissements historiques dans le militaire américain, parce que nous ne pouvons pas avoir de prospérité sans sécurité ». Washington a donc lancé une augmentation de 180 milliards $ de son effort de défense.

Cette politique militariste, menée de concert par toutes les grandes puissances de l’Otan, constitue un avertissement pour le monde.
Vouloir « la prospérité et la sécurité » pour une minorité, est un objectif égoïste, dont l’axe américano-sioniste est coutumier. Il est donc de notre devoir d’en avertir nos concitoyens.

Nous refusons de servir de chair à canon dans la guerre dévastatrice à venir, une guerre contre la Russie et la Chine visant à maintenir la position hégémonique des puissances impérialo-sionistes.

Le Parti Anti Sioniste dénonce ces politiques bellicistes des pays de l’OTAN et en appelle à la raison et à la tempérance pour que « prospérité et sécurité » soient l’apanage de l’humanité entière.