Renforcement militaire sino-russe face à l’OTAN

russie-chineIl semblerait bien que la Russie ne compte pas rester inactive face aux démonstrations de force de l’OTAN près de ses frontières.

C’est ainsi qu’il faut interpréter l’interception par l’aviation britannique de trois avions militaires de l’Ex-Union Soviétique, qui s’apprêtaient à pénétrer dans l’espace aérien des pays baltes, jeudi dernier.

Cette information est à relier avec le fait que depuis le début du mois de mai, divers exercices militaires de grande envergure sont menés en Estonie par les forces de l’OTAN. Ces manœuvres impliquent les troupes de dix pays membres de l’Alliance, parmi lesquelles figurent des militaires belges, britanniques, allemands, néerlandais, canadiens, lettons, lituaniens, américains, finlandais et suédois.

D’autres exercices de grande ampleur sont aussi prévus au mois de juin dans les pays baltes, où les troupes terrestres de l’OTAN achemineront plus de 500 matériels de guerre, dont principalement des blindés Stryker. Au total, 3.500 militaires des trois pays baltes et plus de 1.600 militaires de l’Alliance seront engagés dans ces manœuvres.

Il faut savoir que l’OTAN a envoyé des forces supplémentaires en Pologne, dans les pays baltes et d’autres pays situés près de la frontière russe depuis 2014. Selon l’organisation, ces déploiements étaient nécessaires pour renforcer la confiance des pays d’Europe de l’Est face à « l’agression russe ».

Face à cette intensification de la présence militaire de l’OTAN près de ses frontières, Moscou ne restera pas les bras croisés, c’est en substance, le message qu’a délivré dernièrement le ministre de la Défense Russe, Sergueï Choïgou, ajoutant qu’« avant la fin de l’année, deux nouvelles divisions seront formées dans la région militaire occidentale et une autre dans la région militaire méridionale », et expliquant aussi, que la Russie avait intensifié son entraînement et sa production de matériel militaire de pointe pour répondre à la menace de l’OTAN.

Parmi ces matériels militaires figurent des missiles hypersoniques révolutionnaires que la Russie est en train de mettre au point et qui suscitent la crainte des États-Unis, dont le Congrès vient d’adopter un amendement au projet de budget de la défense, visant à financer un programme de lutte contre la menace liée aux missiles hypersoniques.

En effet, Moscou teste actuellement l’appareil expérimental Yu-71, mis en orbite par un missile balistique intercontinental UR-100N, et qui peut transporter une charge aussi bien conventionnelle que nucléaire. Capable d’atteindre 11.000 km/h, sa trajectoire est imprévisible et sa haute manœuvrabilité rend pratiquement impossible son interception par les systèmes de défense antiaérienne et antimissile.

Par ailleurs, la Russie envisage désormais de se retirer du Traité sur la réduction des armements stratégiques offensifs (START) en réaction à la mise en service du bouclier antimissiles américain en Roumanie, malgré les avertissements répétés de Moscou.

Ainsi, la Russie est loin de rester inactive face aux provocations occidentales, tout comme la Chine, qui s’inquiète d’un futur déploiement par les États-Unis d’un bouclier antimissile dans la péninsule coréenne.

Pour répondre à cette menace occidentale, les deux puissances renforcent leurs liens, notamment militaires. C’est ainsi qu’il faut interpréter l’annonce faite par les deux ministères de la défense, russes et chinois, de prochaines manœuvres militaires communes, les premières du genre, dont le but est de s’exercer face à d’éventuelles frappes provocatrices de missiles.

Le message est donc clair, Moscou et Pékin ne resteront pas spectateurs passifs des démonstrations de force agressives à leur encontre de la part des puissances occidentales emmenées par les États-Unis.

Chacun montre donc ses muscles et Il semblerait que tous les éléments soient réunis en vue du déclenchement d’une guerre de dimension planétaire. Il ne manque plus que l’étincelle, qui pourrait s’allumer d’un moment à l’autre et plonger la planète dans la catastrophe.

 

Le Parti Anti Sioniste s’inquiète de cette situation périlleuse pour l’humanité et appelle une nouvelle fois les puissances occidentales à cesser leurs provocations et leurs politiques impérialistes, car leurs rivaux russes et chinois semblent bien décider à ne pas se laisser faire, quitte à entrer dans une confrontation aux conséquences effroyables.

Commentaires