Pékin et Moscou unis face à la pression US

« C’est la concurrence entre les grandes puissances et non le terrorisme qui est maintenant le principal objectif de la sécurité nationale américaine. »

Voici ce qu’a déclaré, vendredi 19 janvier, le secrétaire à la défense du gouvernement Trump, l’ancien général du Corps des Marines James Mattis, dévoilant ainsi la nouvelle stratégie de défense nationale qui signale les préparatifs de l’impérialisme américain pour un affrontement militaire avec la Russie et la Chine.

C’est à l’Université John Hopkins du Maryland que Mattis a précisé que la Stratégie, le premier document de ce type publié par le Pentagone en une dizaine d’années, représentait un changement historique par rapport à la justification ostensible du militarisme mondial américain depuis près de deux décennies : la guerre contre le terrorisme.

Le communiqué indique que « La Chine est un concurrent stratégique qui utilise une politique économique prédatrice pour intimider ses voisins tout en militarisant des aspects de la mer de Chine méridionale. »

Il a ajouté que :

« La Russie a violé les frontières des pays voisins et exerce un droit de veto sur les décisions économiques, diplomatiques et sécuritaires de ses voisins ».

Dans ce qui apparaît être une menace dirigée, à la fois contre la Chine et contre la Russie, Mattis a prévenu :

« Si vous nous défiez, ce sera votre pire et plus long jour ».

À cet effet, M.Yanwei, l’attaché militaire chinois en Russie a déclaré que Moscou et Pékin devaient faire front commun pour relever les défis lancés par Washington en évoquant cette nouvelle Stratégie de la sécurité nationale américaine.

Lors d’un entretien avec Viktor Bondarev, président de la commission de la défense et de la sécurité du Conseil de la Fédération (chambre haute du Parlement russe), il a fait remarquer que dans sa nouvelle Stratégie de sécurité nationale, le Pentagone affirmait que la Chine et la Russie présentaient un danger pour Washington.

M.Yanwei a indiqué que :

« Les États-Unis et les pays occidentaux pratiquent une politique de dissuasion à l’égard de la Russie dans la partie européenne [du globe, ndlr] et de la Chine dans la partie asiatique.»

Le ministère de la Défense chinois a constaté que ce document regorgeait de propos absurdes et faux et a exhorté les États-Unis à «abandonner la mentalité de la guerre froide».

Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères, a, quant à lui, exprimé ses regrets à l’égard de Washington qui cherche toujours à prouver son leadership par «des concepts suscitant la confrontation» au lieu d’œuvrer pour l’instauration d’un dialogue normal.

Nous restons consternés face aux réactions et déclarations de ces Arrogants qui cataloguent des nations et des pays, à leur guise comme s’il s’agissait de produits manufacturés !

Qu’est-ce qui pousse donc l’homme contemporain à se méfier tellement de son prochain, à ne voir en l’autre qu’animosité, qu’hostilité, voire du dégoût ???

Les êtres humains ont tant de choses à partager, tant de richesses, tant de savoir-faire, tant d’expériences variées, alors pourquoi n’arrivent-ils pas à instaurer un dialogue salutaire entre eux ? À qui profitent la suspicion et la méfiance par rapport à l’autre ?

À quand un monde de paix, de sécurité et de bien-être pour tous ?

 

Commentaires