Manipulation de l’ADN humain par le Pentagone

Selon le journal américain Defense News, la DARPA, l’agence du Pentagone chargée des nouvelles technologies destinées à un usage militaire serait en train d’étudier la réaction de cellules d‘ADN humain après impact avec des armes biologiques de destruction massive, dans le cadre du programme ECHO, (Epigenetic CHaracterization and Observation).

Selon les scientifiques, le but de leur travail est « la détection précoce de l’effet des agents d’armes de destruction massive sur le corps humain.»

Les chercheurs détectent plus précisément la partie de l’ADN responsable du stockage d’un «dossier biologique» portant sur l’effet de l’environnement sur le corps humain. Néanmoins, Eric Van Gieson, l’un des chefs de ce projet ECHO, a assuré que le développement en question était exclusivement effectué à des fins médicales.

Face à cette situation, nous sommes en droit de nous demander pourquoi c’est l’agence DARPA, subordonnée au département de la Défense des États-Unis, qui en a la charge sachant qu’il est fort improbable que nous obtenions une réponse qui puisse satisfaire notre curiosité légitime.

Rappelons que fin octobre 2017, le président russe,Vladimir Poutine a fait savoir que du matériel biologique de citoyens russes avait été également collecté « à travers toute la Fédération de Russie», «dans un but précis et de manière professionnelle».

Par la suite, le capitaine Beau Downey, le porte-parole de l’Air Education and Training Command (AETC) américain, a reconnu que le Pentagone menait effectivement des travaux sur le matériel biologique des Russes, tout en soulignant que ces travaux étaient liés à l’étude de l’appareil locomoteur humain. Il a affirmé que les États-Unis collectaient des biomatériaux en Russie pour étudier le système musculo-squelettique et que le choix des Russes n’était pas intentionnel.

Maria Zakharova, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, avait alors annoncé que Moscou avait demandé au Pentagone de fournir des preuves sur la collecte du matériel biologique des Russes pour savoir s’il n’était pas en violation du droit international :

« Nous pensons que le département américain de la Défense doit fournir des preuves convaincantes que ces recherches ne violent pas les normes du droit international. Une telle transparence est nécessaire en raison de la réputation fortement ternie du Pentagone dans le domaine biologique.»

Auparavant, le Président russe avait annoncé que certaines forces collectaient du matériel biologique des représentants de différentes éthnies à travers toute la Russie. Selon son porte-parole, Dmitri Peskov, des représentants d’organisations non gouvernementales et d’autres organismes se livrent à ce genre d’activités. De tels cas ont été signalés par les services secrets russes.

Sergueï Riabkov, le vice-ministre russe des Affaires étrangères, pense quant à lui que les explications données par le Pentagone au sujet de sa campagne de collecte de matériaux biologiques des Russes sont fort peu convaincantes.

Les questions relevant des expérimentations, particulièrement dans le domaine militaire, demeurent très sensibles et requièrent beaucoup de vigilance et de précision. Elles soulèvent maintes questions d’ordre éthique, qui semble être différente d’un pays à un autre…

Ces recherches, sur du matériel biologique humain et menées par le Pentagone, nous rendent très suspicieux quant à leur motivation réelle. Nous n’augurons rien de bon sur leur aboutissement.

Mais, ce dont nous sommes convaincus, c’est qu’elles ne sont pas menées pour le bien de l’humanité, bien au contraire.

L’homme est un être vivant doté d’un corps, d’une âme et d’un esprit qui relève d’un autre monde que celui de l’expérimentation matérielle en laboratoire. Pour ceux qui veulent les toucher, vous devrez emprunter d’autres voies bien différentes de celles auxquelles vous êtes habitués…

Commentaires