LES « MISTRAL » BIENTOT ÉGYPTIENS ?

LES « MISTRAL »
LES « MISTRAL »

D’après des sources proches du dossier, les deux navires de guerre français Mistral, qui devaient être initialement vendus à la Russie pourraient être finalement cédés à l’Égypte, qui financerait une partie de cet achat grâce à l’aide fournie par les pays du Golfe.

La France a procédé à l’annulation de cette vente conclue en 2011, à cause de la situation dans l’est ukrainien, région dans laquelle la Russie est accusée d’armer les forces séparatistes. D’après l’Élysée, la France n’aura pas de pénalités à verser mais remboursera les montants avancés par la Russie, soit un peu moins d’un milliard d’euros.

L’avenir des Mistral est aujourd’hui un épineux problème pour le gouvernement français car la marine française dispose déjà de trois bâtiments de ce type et n’a ni le besoin, ni les moyens d’en posséder d’autres. En effet, le temps joue en défaveur de la France car l’entretien de ces deux navires de guerre coûterait selon les experts entre 1 et 2 millions d’euros par mois (coût de démontage des équipements russes, frais de gardiennage, maintenance).

Les regards de Paris se tournent donc actuellement vers l’Égypte, désireuse de renforcer son arsenal devant l’instabilité croissante de la région, et qualifie les négociations en cours avec Le Caire de «  sérieuse option ». Ces discussions interviennent au moment où, les pays de la région  moyen-orientale manœuvrent pour renforcer leurs arsenaux, surtout depuis la signature de l’accord mi-juillet sur le nucléaire iranien entre Téhéran et Washington qui inquiète les pays du Golfe, constatant la montée en puissance de leur rival régional.

Le président français François Hollande, qui s’était rendu à la cérémonie d’inauguration de l’extension du canal de Suez début août, avait alors discuté avec son homologue égyptien Abdel-Fattah Al-Sissi des perspectives d’approfondissement du partenariat stratégique franco-égyptien, affirmant que les relations entre la France et l’Égypte étaient fondées sur des intérêts communs : la lutte contre le terrorisme et la sécurité.

L’Égypte est devenue désormais un partenaire privilégié de la France et a déjà acheté cette année 24 avions « Rafale », pour un montant de 5 milliards d’euros et l’acquisition des deux Mistral qui peuvent transporter des soldats, des blindés et des hélicoptères, pourrait être d’une utilité directe dans les interventions militaires que le Caire déciderait de mener contre ceux qui constitueraient une menace pour sa sécurité (Yémen, Hamas, Iran, mais certainement pas Israël..).

Il est déplorable de constater que les armes vendues par l’Occident aux pays musulmans sont systématiquement utilisées à l’encontre d’autres pays musulmans, mais jamais contre l’entité sioniste qui est pourtant à l’origine de tous les maux de la région depuis des décennies.

Le Parti Anti Sioniste dénonce la politique française du deux poids et deux mesures qui consiste à annuler la vente de bâtiments de guerre à la Russie pour cause d’intervention dans le conflit ukrainien alors qu’elle propose de les vendre à l’Égypte qui participe à l’agression injuste contre le peuple yéménite.

[signature]Signature du président[/signature]
LES « MISTRAL » BIENTOT ÉGYPTIENS ?

Commentaires