Les mécomptes de MBS et leurs conséquences !

 

Mohammed ben Nayef, ancien prince héritier d’Arabie saoudite

Le dimanche 8 juillet, le rapport d’un institut d’études israélien, rendu public, a rapporté que les échecs du prince héritier saoudien mettraient en péril les intérêts de Tel-Aviv.  

En effet, cette analyse a porté sur les déconfitures du prince héritier saoudien MBS aussi bien au niveau intérieur qu’extérieur, mettant l’accent sur sa totale impéritie à appliquer des programmes économiques et sociaux qui se résument dans un document baptisé « Perspective 2030 ».
Co-rédigé par Amos Yadlin, président de l’Institut d’études de sécurité nationale d’Israël et Yoel Guzansky, directeur du département du golfe Persique de l’institut, ce rapport indique que :

« Mohammed ben Salmane ne s’est pas encore montré en mesure d’apaiser la colère des membres de la famille des Al-Saoud qui puise dans ses récentes mesures, d’autant plus que les Saoudiens pourraient descendre dans la rue en protestation contre la détérioration de la situation économique. Tous ces facteurs risqueraient de déstabiliser le système en place en Arabie saoudite.

Mais ce qui fragilise le plus le pouvoir saoudien est l’échec de ben Salmane quant à la mise en application de plusieurs programmes au niveau intérieur et extérieur, sans oublier son incapacité à miner l’influence de l’Iran dans la région et de mettre un terme à la guerre au Yémen qui est devenue une source de menaces pour les Saoudiens.

Là, il est à noter que l’échec de l’alliance anti-qatarie qu’avait formée l’Arabie saoudite a, également contribué dans le discrédit du régime saoudien.»

Arabie saoudite carte bancaire des USA ?

Mohammed ben Nayef, l’ancien prince héritier d’Arabie saoudite a révélé, dans le même contexte que MBS avait versé des milliards de dollars sur le compte de Donald Trump, dans l’espoir que celui-ci barre la route à l’influence iranienne dans la région.

Ben Nayef a insinué que les Iraniens avaient déjà atteint les frontières de la Jordanie et que la route reliant la République Islamique d’Iran à la Méditerranée était sur le point d’être achevée. Et, d’ajouter :

« Nous avons perdu une importante partie de nos avoirs. Trump nous a utilisés comme une carte bancaire. La situation sociale, fragilisée par les politiques de ben Salmane, va bientôt dégénérer.»

Coup d’État silencieux

Amos Yadlin et Yoel Guzansky avancent dans leur rapport que le scénario le plus probable, au vu de la situation que traverse le régime des Saoud serait un éventuel coup d’État silencieux.
Allant plus loin encore, ils déclarent qu’un putsch militaire ou un putsch silencieux risquerait de renverser le régime des Al-Saoud :
« Il se peut qu’un soulèvement populaire ébranle le royaume.»

Ils ajoutent dans leur rapport :

« En cas de la concrétisation de l’un de ces scénarios, les intérêts stratégiques d’Israël seraient, sérieusement menacés et le front anti-Iran sapé. En plus, toute déstabilisation du régime saoudien mettrait en péril les perspectives d’une solution au conflit israélo-palestinien [Deal du siècle, NDLR].»

Amos Yadlin et Yoel Guzansky concluent leur rapport disant qu’éventuellement, tout prochain faux pas de la part de ben Salmane mettrait en danger la sécurité nationale d’Israël tout comme les intérêts de l’Occident, ajoutant :

« ce qui justifie une ingérence de Tel-Aviv et de l’Occident dans les affaires économiques et sociales de ben Salmane ».  

Nous restons fort sceptiques quant à la conclusion à laquelle est arrivée le rapport de l’institut d’études israélien. En effet, il est inconcevable de penser que les dirigeants criminels de l’entité sioniste d’Israël acceptent voire admettent que leur sécurité soit tributaire d’un quelconque pays fussent-ils les USA, leurs alliés de toujours !

Le régime d’apartheid qui ne manque pas une seule occasion, sous n’importe quel prétexte pour se doter, au moindre coût d’armes les plus sophistiquées et les plus dévastatrices ne saurait laisser sa sécurité nationale entre les mains d’autocrates, écervelés, dépourvus de toute expérience et incultes.

Cela dit, étant bien dit, nous constatons qu’il y a « anguilles sous roche », cette conclusion n’est qu’un prétexte des plus saugrenus qui cache l’une des vraies raisons à savoir l’ingérence sioniste directe dans les affaires économiques et sociales du régime saoudien.

Il n’est pas improbable que par ce pas, l’entité sioniste criminelle et infanticide d’Israël mette son pied dans l’engrenage qui la broiera…

Commentaires