Les Canadiens boycottent les USA !

Selon un rapport de Mehr News, qui cite CTV News, une chaîne de télévision canadienne, un grand nombre de Canadiens a boycotté les produits américains suite à une montée de tensions entre le président américain Donald Trump et le Premier ministre canadien Justin Trudeau.

Une nouvelle enquête menée par Nanos Research pour CTV News et The Globe and Mail a révélé que les propos du locataire de la Maison Blanche, concernant un différend commercial avec son pays coûterait « beaucoup d’argent » aux Canadiens inquiètent, sérieusement la majorité de ces derniers, (38 %) de Canadiens se disent vraiment préoccupés et (35 %) plutôt préoccupés.

Comme riposte prévisible et adéquate, le sondage a, également montré que de nombreux Canadiens seraient prêts à répondre à une guerre commerciale en boycottant les marchandises et les produits américains, en évitant de se rendre aux États-Unis et en soutenant l’aide gouvernementale aux entreprises canadiennes touchées par les tarifs douaniers sur l’acier, l’aluminium et le secteur automobile.

En effet, la liste de 16,6 milliards de dollars de droits de rétorsion sur les produits américains a, officiellement pris effet le jour de la fête du Canada, une surtaxe de 25 % sur plus de 100 produits américains en acier et en aluminium et, de 10 % sur plus de 70 autres catégories de marchandises. C’est la réponse d’Ottawa aux droits de douane de Washington sur les importations d’acier et d’aluminium.

La décision du président américain d’imposer de nouvelles taxes sur les importations d’acier et d’aluminium canadiens d’une part, et les représailles canadiennes d’autre part, accroît les tensions entre Ottawa et Washington.

Notons que cette inquiétude est plus fortement ressentie au Québec (73,8 %) pour qui les exportations vers les États-Unis étaient estimées à 70 % du total de la province en 2017.
Nik Nanos, le sondeur a déclaré, à CTV News :

« La principale conclusion, ici est que les Canadiens sont prêts à faire la guerre aux États-Unis en matière de droits de douane et de représailles, mais ils sont extrêmement préoccupés par l’impact négatif qu’une mauvaise relation avec les États-Unis aura sur la situation économique.»

Interrogés dans quelle mesure ils étaient prêts à ne plus faire leurs achats auprès des détaillants américains au Canada en cas de guerre commerciale, 7 Canadiens sur 10 ont déclaré qu’ils étaient prêts à arrêter de le faire.

Notons que ce sentiment est soutenu par la récente hausse des hashtags sur Twitter, dont : #BuyCanadian, #BoycottUSProducts et #BoycottUSA, utilisés pour prodiguer des conseils sur les habitudes d’achat à adopter pour défendre l’honneur du Canada.

Interrogés, aussi s’ils étaient prêts à cesser de voyager vers les USA ou à moins s’y rendre, éventuellement dans le cas d’une guerre commerciale, une majorité de Canadiens a dit qu’ils étaient susceptibles (57 %) ou plutôt susceptibles (16 %) de le faire.

En effet, selon Nik Nanos, éviter de voyager aux États-Unis semble être l’option la plus populaire envisagée par les Canadiens, car c’est « un moyen facile d’envoyer un message très clair qui touchera, immédiatement les portefeuilles américains en frappant l’économie touristique. »

Rappelons qu’Ottawa n’a pas précisé quelles seraient ses prochaines étapes si les tarifs américains sur l’acier et l’aluminium augmentaient encore davantage ou si des droits de douane sur les véhicules canadiens à destination des États-Unis étaient imposés (comme Trump avait auparavant menacé de le faire).

Mais pour l’instant, le gouvernement fédéral a offert jusqu’à 2 milliards de dollars d’aide aux industries canadiennes de l’acier, de l’aluminium et de la manufacture pour compenser les pertes causées par les taxes américaines.

Le Premier ministre canadien, Justin Trudeau a déclar la semaine dernière que nous allons assister à une montée des sentiments patriotiques des Canadiens.

Nous constatons, encore une fois et sans grande surprise que la politique inamicale et agressive appliquée par l’administration Trump envers ses alliés tout comme envers ses « ennemis » ne fait que la rendre plus impopulaire tout en l’isolant plus, également.

En effet, l’hostilité américaine actuelle s’étend jusqu’à toucher ses voisins frontaliers ce qui n’augure rien de bon quant à la détérioration de ses relations avec ces pays. Le danger le plus probable c’est que cette inimitié, si elle n’est pas stoppée, risque de se répandre au sein même du peuple américain.

Nous pensons qu’entretenir et veiller à un bon voisinage demeure une valeur primordiale pour laquelle nous œuvrons et à laquelle nous accordons une très grande importance.

Nous pensons, également que tous les pays et surtout tous les peuples bénéficient des mêmes droits à vivre en paix sur leurs territoires. Nul n’a le droit, sous n’importe quel prétexte de revendiquer une quelconque suprématie sur quiconque.

A force de vouloir imposer sa volonté sur le reste du monde, Washington joue un jeu des plus dangereux, en est-il conscient ???