Le torchon brûle entre Tel-Aviv et l’UE

Sous l’ordre direct de Benyamin Netanyahu, Emanuele Giaufret, le chef de la délégation de l’Union européenne en Israël, a été convoqué par le ministère des Affaires étrangères, a indiqué le 12 juillet le bureau du Premier ministre israélien qui l’accuse d’ingérence dans le vote d’un projet de loi controversé au Parlement (Knesset) qui permettrait à des localités d’être réservées aux juifs. 

Jeudi soir, le bureau de Benjamin Netanyahu a publié un communiqué indiquant qu’ « il a donné comme instruction au ministère des Affaires étrangères de convoquer l’ambassadeur de l’UE en Israël pour lui exprimer la réprobation de Tel-Aviv et son intention de prendre des mesures supplémentaires ».

« Après le soutien apporté aux ONG qui s’efforcent de discréditer Israël et de dénoncer les constructions illégales, il ne manquerait plus que l’UE interfère désormais dans la législation israélienne », affirme le communiqué qui ajoute: « Apparemment, ils ne comprennent pas qu’Israël est un état souverain. »

La polémique est liée à un projet de loi très critiqué en Israël qui permettrait à des localités d’être réservées aux juifs. Présentée par le Likoud, parti de droite auquel appartient Netanyahu, ce texte s’il était adopté définitivement pourrait permettre à des localités d’exclure la présence d’Arabe israéliens, les descendants des Palestiniens chassés de leurs terres à la création d’Israël, explique l’AFP.

En cas d’adoption, les symboles du régime israélien, à savoir Qods comme capitale, le calendrier juif comme calendrier officiel et la langue hébraïque comme langue officielle, seraient ancrés dans la loi.

Netanyahu espère que le projet de loi sera voté avant la fin de la session d’été en juillet du Parlement.

Emanuele Giaufret, l’ambassadeur de l’Union européenne en Israël, aurait qualifié le projet de loi de « raciste », et a averti que l’adoption du projet de loi serait confrontée à une réaction internationale.

« La loi pue le racisme, elle est discriminatoire envers divers groupes, en particulier les Arabes et affaiblit les valeurs qu’Israël essaie de défendre », avait-il lancé.

Pour ce qui est de la confrontation diplomatique entre Israël et l’Europe, l’affaire n’est pas une première. Tel-Aviv avait convoqué l’ambassadeur irlandais en raison de l’approbation d’une loi au Sénat irlandais qui interdit la vente et l’importation de biens produits dans des colonies.

 

Commentaires