La Suède exige une enquête sur les Palestiniens assassinés par l’entité sioniste.

couv-La ministre suédoise des Affaires étrangères, Margot Wallström souhaite que soient menées des enquêtes approfondies sur les circonstances de la mort d’un grand nombre de Palestiniens assassinés, ces derniers mois, par l’armée ou les forces de l’ordre de l’État criminel israélien.

 

En effet, depuis le mois de décembre, le bilan s’est alourdi avec plus de 150 Palestiniens tués arbitrairement. Cette situation a poussé plusieurs pays et ONG à demander l’ouverture d’une enquête internationale afin de déterminer les responsabilités de l’entité sioniste dans les exécutions extrajudiciaires de Palestiniens.

 

Le pays en pointe dans ce combat pour la justice est la Suède qui, rappelons-le, a reconnu l’État de la Palestine le 30 octobre 2014 et qui fait partie des nations les plus critiques envers Israël sur sa gestion du conflit avec les Palestiniens.

Mme Wallström, sociale-démocrate, a déjà souligné le mois dernier que l’entité sioniste devait cesser ses « exécutions extrajudiciaires ».

La version officielle avancée par l’État sioniste criminel affirme que ces exécutions font suite à des attaques à l’arme blanche par des terroristes, dans le cadre d’une vague d’attentats anti-israéliens. Selon l’ancien ministre israélien des Affaires étrangères et ex-videur de boite de nuit, Avigdor Liberman, les Israéliens doivent boycotter l’enseigne suédoise Ikea pour réagir contre les attaques anti-israéliennes de la diplomatie suédoise.

 

Les protestations de Stockholm sont pourtant fondées car à y regarder de plus près, on se rend compte que dans de nombreux cas, il s’agit d’exécutions arbitraires dignes d’une dictature.

Prenons le cas de Bassil Bassam Raghib Sidr, 20 ans, abattu par un agent de police devant la Porte de Damas de la Vieille Ville de Jérusalem-Est occupée : Des responsables israéliens ont prétendu que ce martyr avait tenté de poignarder l’agent alors qu’aucune blessure n’a été constatée sur lui.

Autre exemple, le meurtre le soir même, d’Ahmad Shaaban, 23 ans, du quartier Ras al-Amud à Jérusalem-Est. Ce dernier aurait agressé une femme, dans la gare routière centrale de Jérusalem-Ouest, ce qui a entrainé son exécution immédiate, alors que la femme n’aurait subi que des blessures « légères et modérées » : ici aussi, le rapport israélien est contesté.

 

Qpress, site web d’informations palestinien sur Jérusalem a mis en ligne l’enregistrement d’un témoin oculaire israélien déclarant aux médias que Shaaban n’était pas armé et ne faisait rien lorsqu’il avait été abattu.

Ajoutons que rien que pour le mois d’octobre dernier, 17 Palestiniens, au moins ont été tués alors qu’ils participaient à des manifestations.

Il y a, également des voix qui s’élèvent en Grande-Bretagne, comme celle de Nassim Naz Shah, membre du Parlement britannique qui a déclaré qu’il n’y avait à ce jour « aucune preuve qu’un Israélien avait déjà été tué par des pierres lancées par des Palestiniens ». Ce qui a bien sûr suscité la colère de l’ambassade d’Israël à Londres.

 

Par ailleurs, 9 organisations de défense des Droits de l’Homme présentes en Palestine occupée, parmi lesquelles B’ Tselem et Amnesty International condamnent ce qu’elles appellent, à juste titre la politique israélienne du « tirer pour tuer », visant tout Palestinien suspecté d’être impliqué dans des agressions d’Israéliens juifs.

 

Le Parti Anti Sioniste souhaite tirer la sonnette d’alarme sur la politique israélienne d’exécutions sommaires et arbitraires de Palestiniens, hors de tout cadre légal.
Cela démontre une nouvelle fois la barbarie et l’inhumanité de l’entité sioniste qui exécute froidement des Palestiniens et sur simples soupçons, sans leur donner la possibilité de se défendre devant un tribunal.
Heureusement, et n’en déplaise à l’entité sioniste criminelle, des voix s’élèvent un peu partout dans le monde contre sa sauvagerie, malgré la propagande mensongère dont elle inonde nos médias soumis.
Le Parti Anti Sioniste espère que les instances internationales se saisiront de ce problème avec force, afin de faire toute la lumière sur cette situation et placer l’entité sioniste devant ses responsabilités.

Commentaires