La Knesset offre les pleins pouvoirs à Netanyahu pour attaquer l’Iran

L’entité sioniste criminelle n’en finit pas de bomber le torse et de tenter de mettre la pression sur la République islamique d’Iran, à quelques jours de la décision américaine de dénoncer (ou pas) l’accord sur le nucléaire, entre les puissances occidentales et l’Iran.

Le jour même où le Premier ministre et criminel de guerre du régime sioniste s’offrait un « one man show » ridicule, fruit d’une propagande grossière, dans lequel il tentait de convaincre l’opinion publique israélienne (et occidentale) qu’il détenait des preuves que l’Iran disposait d’un programme secret pour se doter de l’arme nucléaire, le parlement israélien votait une loi permettant au Premier ministre et au ministre de la Défense de décider d’entrer en guerre sans réunir le gouvernement.

En effet, le projet de loi présenté par Ayelet Shaked, ministre israélienne de la Justice, et adopté au Parlement par 62 voix contre 41, donne au cabinet restreint de sécurité la possibilité de décider d’une opération militaire ou d’une guerre sans avoir à se concerter avec le reste du gouvernement. Et, en cas de « conditions extrêmes », la décision reviendrait aux seuls Premier ministre et ministre de la Défense.

Rappelons qu’en vertu d’une Loi fondamentale entrée en vigueur en 2003, l’entité israélienne ne pouvait entrer en guerre que par le biais d’une décision prise à la majorité des membres du gouvernement.

Ce projet de loi a suscité de sérieuses réserves en interne, notamment parce que les « conditions extrêmes » qui permettraient au chef du gouvernement et à son ministre de la Défense de prendre la décision de lancer une opération militaire ne sont pas précisées.

Ces nouvelles dispositions permettraient alors au Premier ministre et à son ministre de la Défense de disposer des pleins pouvoirs pour déclencher une guerre sans aucun contrôle.

Quand on connaît le tempérament belliqueux de Netanyahu, il y a en effet de quoi s’inquiéter pour les responsables sionistes qui savent bien que toute guerre que l’entité coloniale provoquerait, notamment contre le l’Iran ou la résistance libanaise, l’exposerait à des conséquences apocalyptiques.

Mais, empêtré dans des affaires de corruption et fort du soutien (apparent) de l’administration Trump, il ne serait pas étonnant que Netanyahu ose prendre le risque majeur de lancer une offensive contre l’ « Axe de la résistance ». Le meurtre régulier, par des snipers israéliens déshumanisés, de civils palestiniens venant manifester dans le cadre de « la grande marche », lui aura peut être donné l’illusion d’une puissance qui n’existe que face à des innocents désarmés.

 

Le Parti Anti Sioniste ne s’inquiète guère des gesticulations ridicules des responsables sionistes à l’encontre de l’ « Axe de la résistance » et de son fer de lance, la République islamique d’Iran.

Il fait confiance à l’intelligence et au sens des responsabilités des dirigeants iraniens, qui contrastent totalement avec l’hystérie et la folie meurtrière de l’entité sioniste, dont Benjamin Netanyahu est le digne représentant : corrompu, menteur invétéré et tueur d’innocents.

Un homme à qui les sionistes viennent de confier leur destin en lui autorisant de déclarer une guerre sans aucun contrôle.

Une guerre qui aboutira sans nul doute à la disparition de l’entité criminelle israélienne.

Commentaires