La Ghouta libérée !

Encore une victoire décisive pour l’armée populaire syrienne, qui contrôle désormais 90 % de la Ghouta orientale, dernier bastion terroriste aux portes de Damas.

Après plus d’un mois de combats et de bombardements, des accords d’évacuations parrainés par la Russie ont été conclus avec les groupes terroristes.

L’enclave, située sur le flanc oriental de Damas, est ainsi quasiment entièrement repassée sous la coupe du gouvernement syrien. Elle ne constituera plus une menace constante pour la population de la capitale, où les civils ne risqueront plus d’être les victimes de tirs réguliers de roquettes et d’obus en provenance de ce fief terroriste.

Depuis la semaine dernière, les groupes armés qui contrôlaient ce territoire depuis 2013, capitulent à tour de rôle. Après les salafistes d’ « Ahrar Al-Cham » », les combattants de « Faylaq Al-Rahman », d’autres factions djihadistes armées ont également signé l’accord d’évacuation imposé par la Russie qui constitue en réalité une reddition pure et simple.

Selon le terme de cet accord, les rebelles doivent livrer leur armement lourd, les cartes des tunnels et des champs de mines à l’armée syrienne, avant leur exfiltration. Selon les médias syriens, 1 500 combattants et 5 500 membres de leurs familles seront évacués vers la province d’ Idlib.

Il ne reste actuellement que la poche de Douma, au nord de la Ghouta, encore sous contrôle des terroristes de « Jaych al-Islam ». Des négociations sont en cours pour l’évacuation des combattants et des civils qui souhaitent quitter ce fief de l’opposition à l’armée syrienne. Mais, toujours lié à l’Arabie saoudite, le groupuscule terroriste est contre l’évacuation de ses membres vers Idlib, dernière zone du pays étant toujours sous contrôle des groupes djihadistes armés.

Rappelons que tous ces groupes faisaient allégeance à « Fateh al Cham », ex- « Al-Nosra », branche syrienne d’ « Al-Qaïda », notamment « Jaych al Islam » et « Ahrar al Cham ».

Ce sont ces mêmes groupes que les médias et gouvernements occidentaux ne cessaient de nous faire passer pour des « rebelles modérés », pendant que le gouvernement syrien était accusé de massacres de masse dès le début de l’offensive pour la reprise de la Ghouta.

Des accusations habituelles brandies dès lors que les groupes extrémistes se retrouvent acculés et au bord de l’effondrement comme ce fut le cas lors de la reprise d’Alep en 2016.

En revanche, il est certain que nos chaines d’information ne risquent pas de nous montrer, à l’occasion de la reprise de la Ghouta, ces images de civils en liesse remerciant l’armée syrienne pour leur libération…

Prochain objectif : Idlib

Il ne reste désormais plus que la zone d’ Idlib, dans le nord-ouest du pays, à échapper au contrôle de l’armée syrienne. Cette province contient tous les exfiltrés des groupes terroristes au lendemain des batailles de Homs, d’Alep, de certains quartiers de Damas et maintenant de la Ghouta.

Faisant partie des zones de désescalade, dans le cadre des négociations entre la Russie, l’Iran, et la Turquie, la région d’Idlib guette la progression des forces alliées de la Syrie qui avancent depuis Homs et Alep, ouvrant la voie à l’entrée en scène de l’armée syrienne.

La province d’Idlib qui est presque totalement sous la domination de l’ex Al Nosra, sera certainement bientôt la cible d’une offensive majeure de l’armée syrienne et de ses alliés, prélude à une reconquête totale du pays après 7 ans d’une guerre impitoyable imposée par les occidentalo-sionistes et leurs « proxy » djihadistes.

Nul doute que lors de cette future offensive, nos médias aux ordres vont de nouveaux s’émouvoir pour le sort des populations civiles et les groupes qu’ils nomment « rebelles modérés ».

Une propagande tant de fois utilisée qu’elle en devient ridicule.

Le Parti Anti Sioniste félicite le peuple syrien pour sa victoire dans la reconquête de la Ghouta, grâce à la résistance acharnée de la population, de l’armée nationale et de ses alliés.

Nous espérons que cette victoire est le prélude à la récupération prochaine de l’ensemble du territoire, afin d’y déloger ce qu’il subsiste des groupes terroristes à la solde des américano-sionistes.

 

 

Commentaires