La chute du pouvoir en Arabie !

Farsnews, l’agence d’informations iraniennes a rapporté le tenant d’un article publié par le quotidien arabe al Arabi al Jadid concernant une étude menée par le Centre de recherche sur la sécurité nationale israélienne qui a estimé qu’ :

« il existe de sérieux indices prouvant l’échec du prince héritier saoudien Mohammed bin Salman à gérer les affaires intérieures et son incapacité à faire face aux menaces extérieures.».

Selon ce centre de recherche, « l’effondrement du régime à Riyad est imminent, suite à l’échec de MBS à appliquer son programme social et économique Vision 2030.»

En effet,l’incapacité de MBS à contenir les effets de la colère au sein de la famille royale à cause de ses récents agissements, sans parler du risque pressenti qu’une désobéissance civile se déclenche en signe de protestation contre la détérioration des conditions économiques dans le Royaume rendent cet effondrement plus qu’imminent.

Ce sont Amos Yadlin, directeur du centre, ancien chef du renseignement militaire et de la sécurité et Yoel Josenski, directeur du Centre des études du Golfe qui ont réalisé cette recherche et ils évoquent dans leur rapport les menaces qui pèsent sur la stabilité du régime à Riyad.

Ils expliquent que le prince héritier a effacé plusieurs échecs : au niveau national, cet échec s’est traduit par son incapacité à affronter l’expansion iranienne, à résoudre la guerre au Yémen, qui menace la profondeur saoudienne,

le centre rappelle comment  « la guerre sur le Yémen est devenue un lourd fardeau pour le Trésor public saoudien », soulignant que « l’Arabie Saoudite occupe la quatrième place mondiale  en termes de dépenses militaires, sans toutefois parvenir en 3 ans de guerre contre le Yémen à empêcher les attaques de Houthis ».

et sa totale inefficacité quant à sa campagne contre le Qatar et qui a eu pour effet de remettre en question le statut régional du royaume dans la région. D’autre part, l’étude a conclu que « la campagne contre le Qatar a porté atteinte de manière significative, au prestige régional de l’Arabie saoudite, en plus de sa réputation de puissance régionale après avoir prouvé son incapacité à soumettre un petit pays comme le Qatar.»

Au vu de la situation que nous qualifierons d’assez grave, l’étude a présenté des scénarios plutôt sombres concernant l’avenir du régime de Riyad, suggérant que :

« l’effondrement du régime pourrait être provoqué par un coup d’État silencieux, que pourrait éventuellement mener une aile de la famille royale.Un coup d’État militaire qui pourrait mettre fin à la domination de la famille, ou une protestation populaire majeure qui paralyserait le gouvernement de Riyad le rendant incapable de contrôler le territoire saoudien.»

Les deux auteurs de cette étude n’ont pas omis de souligner que :

« l’une des conséquences les plus graves de l’effondrement du régime de Riyad est qu’il soit remplacé par un régime hostile à Israël, de sorte que les systèmes d’armes avancées dont dispose Riyad seront dirigés contre lui.»

En effet, selon l’étude, « l’effondrement du régime de Riyad peut être accompagné d’une fuite d’armes sophistiquées vers des parties hostiles. Mais aussi, cela pourrait encourager l’Iran à chercher à soutenir les chiites dans l’est de l’Arabie pour faire sécession avec le royaume, voire aider les chiites à Bahreïn à prendre le pouvoir.»

Les deux directeurs ont averti que :

« Même si le noyau du régime de Riyad survit, il se verra contraint de recourir aux mouvements islamistes sunnites de diverses directions pour faire face au défi iranien. Ce qui risque de renforcer leur statut et leur ouvrir l’accès aux armes sophistiquées saoudiennes.»

D’autre part, l’étude a révélé que :

« Les États-Unis ont élaboré un plan pour reprendre les systèmes d’armes très avancées fournies à l’Arabie saoudite,en cas de l’effondrement du régime de Riyad.»

Le rapport de l’étude poursuit :

« Le risque de déstabilisation du régime de Riyad a été renforcé par le fait que pour la première fois en Arabie, la prise de décision a été monopolisée par une seule personne, et ce, contrairement à la tradition saoudienne qui repose sur un consensus général pour les décisions cruciales.»

Et d’ajouter :

« Tout ce qui intéresse MBS c’est de renforcer son statut interne, d’où il prend des décisions qui  nuisent à l’unité de la famille royale.Or, l’une des plus importantes garanties de la stabilité du régime en Arabie Saoudite reposait sur le fait que le citoyen saoudien jouissait d’un bon niveau de vie. A cause des réformes de MBS, le Saoudien a perdu cette qualité.»

L’étude a remarqué que :

« Les chances de réussite des réformes adoptées par MBS sont très faibles, car elles s’imposent depuis le sommet vers le bas, en plus de l’absence de transparence de la part de bin Salman. Il y a en Arabie, une colère populaire contre la corruption de Ben Salman surtout après son achat d’un yacht pour 1milliard 300 millions de dollars en plus d’une œuvre d’art.

Elle a expliqué qu’

« Il existe des indices que la campagne anti corruption de MBS ait pour but de masquer les affaires de corruption dans lesquelles il était impliqué et aussi pour renforcer sa position interne.»

En conclusion, cette étude a précisé que :

« Les risques sérieux qui pèsent sur la sécurité nationale d’Israël et sur les intérêts de l’Occident , suite à l’échec de MBS imposent aux gouvernements de Tel-Aviv et occidentaux d’agir d’urgence pour empêcher l’effondrement du régime de Riyad.»

Selon l’étude :

« Tel-Aviv et les capitales occidentales devraient fournir des conseils à Ben Salman sur les moyens de conduire des réformes économiques et sociales.»

Que le régime absolutiste de Ryad soit sur le point de choir n’est point une surprise car il vacillait déjà, son imminente chute ne demeure qu’une question de temps.

Ce qui est à craindre, par contre c’est l’ingérence de l’entité criminelle d’Israël dans les affaires internes d’un autre pays et qui voit sa sécurité nationale liée voire tributaire de celle du royaume d’Arabie. Ceci n’augure rien de bon pour le peuple saoudien tout comme pour tous les peuples de la région et à fortiori ceux du reste du monde.

Pour qu’un pouvoir perdure, il se doit de bâtir ses bases sur la justice sociale, le vivre-ensemble, la tolérance, la sécurité et le bien-être pour tout le peuple, le respect de l’autre…et bien d’autres vertus qui font cruellement défauts à beaucoup de dirigeants des pays arabo-musulmans et d’autres.

Nous devons penser et œuvrer pour un Gouvernement ayant ces vertus comme bases et surtout y croire, profondément car il est à notre portée…