Israël remettra sa démission à l’Unesco avant la fin de l’année

En octobre 2017, les USA ont annoncé leur séparation de l’Unesco, dont le retrait prendra effet le 31 décembre 2017. Cette annonce a précédé de quelques heures la déclaration similaire de la part de l’entité sioniste.

Nous apprenons, sans grand étonnement, que l’État illégitime d’Israël a annoncé qu’il remettrait à la directrice générale de l’Unesco,  la française Audrey Azoulay, un courrier officiel notifiant qu’il tirait sa révérence à l’Unesco. Cela dit, un revirement de situation n’est pas à exclure puisque des pourparlers ont été engagés pour un éventuel changement de leurs intentions durant l’année 2018.

D’après des informations relayées par l’agence Associated Press, Emmanuel Nahshon, porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères, aurait affirmé, le 22 décembre dernier que : « son pays allait quitter l’organisation », dénonçant des « « attaques systématiques » de l’Unesco contre Israël ». Ajoutant qu’« une lettre de retrait serait remise à la directrice générale de l’Unesco – la Française Audrey Azoulay – avant la fin de l’année et qu’Israël quitterait l’organisation d’ici la fin de l’année 2018 ».

Dans un communiqué paru en octobre 2017, faisant suite à cette annonce, le représentant permanent de l’État illégitime d’Israël auprès des Nations unies, Danny Danon avait déclaré « Nous entrons dans une nouvelle ère aux Nations unies : celle où, quand on pratique la discrimination contre Israël, il faut en payer le prix ».

Il aurait été conclu, faisant suite à la rencontre d’un émissaire du ministère israélien des Affaires étrangères et d’Audrey Azoulay à l’Unesco et ce d’après la chaîne i24news, que si les relations venaient à s’améliorer au cours de l’année 2018 entre l’Unesco et l’État hébreu, Israël pourrait décider de rester dans l’organisation.

Il sera adressé à l’Unesco que l’entité sioniste « pointerait du doigt la nécessité d’engager des réformes au sein de l’Unesco ».

Cité par le quotidien national Haaretz, « l’État sioniste voudrait mettre fin à la supposée politisation de cette organisation et à la discrimination anti-israélienne qui y aurait cours ».
L’Unesco avait déjà provoqué, en juillet dernier, la colère de l’entité sioniste d’Israël en affiliant la vieille ville d’Hébron à la liste du patrimoine mondial de l’humanité. Hébron y apparaissait comme une ville islamique, tandis que le peuple juif en revendique sa présence depuis 4 000 ans.

Le Parti Anti Sioniste n’est pas dupe et voit en cet acte une mise en scène pour, une fois de plus, leurrer l’opinion publique mondiale, que les sionistes manipulent à leur guise, afin de justifier les horreurs qu’ils infligent au peuple palestinien !
Leur arrogance est aussi démesurée que leur égocentrisme. Finalement, c’est une excellente décision qu’ils ont prise. L’Unesco ne pourra que mieux se porter sans ce régime d’Apartheid sioniste.
Ces pourparlers montreront, une fois de plus, que l’État illégitime soudoie, et menace l’Unesco, afin que celle-ci s’incline comme s’est inclinée l’ONU.
Mais nous espérons que cette nouvelle année apportera aux Palestiniens la libération, c’est le vœu que nous formulons pour 2018.

Commentaires