ISRAËL Á L’OTAN : BIENTÔT UNE ADHÉSION A PART ENTIÈRE ?

natoL’OTAN (Organisation du Traité de l’Atlantique Nord) a « invité », l’entité sioniste, à ouvrir une représentation en son sein.

Ce prélude à une entière adhésion après des années de «  coopération » aura-t-il un impact géostratégique sur la région du Moyen-Orient et sur le monde ?

 

« Israël accepte l’invitation et ouvrira un bureau dans un avenir proche », se réjouit le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou.

Sous-entendre ainsi que l’entité sioniste ne sollicite rien…c’est faire l’impasse sur des années de lobbying acharné, dans les alcôves de ses alliés officiels et officieux.

C’est d’ailleurs grâce à l’un d’entre eux, la Turquie pour ne pas la nommer, que l’entité sioniste pourra se prévaloir d’entrer dans l’une des alliances militaires les plus dangereuses de la planète.

Depuis 1994, l’entité sioniste est membre du dialogue méditerranéen de l’OTAN et y tient un rôle «très actif» de l’aveu même de l’organisation.

Par la suite, l’état criminel israélien signe en 2004 un accord avec l’OTAN mettant en place des exercices militaires conjoints.

En 2005 est ratifié un autre accord de coopération militaire, dont les militaires sionistes se targuaient, grâce à celui-ci, de « renforcer la capacité de dissuasion d’Israël face des ennemis potentiels qui le menacent, et notamment l’Iran et la Syrie. » Allons bon…Les récents développements de la région du Moyen-Orient nous montrent à quel point la Syrie et l’Iran sont des menaces…

En 2006, un projet de coopération entre l’OTAN et l’entité sioniste, approuvé par les États-Unis, permis des interventions sur 27 sites dans le monde.

Juste avant cet accord capital, et seulement deux mois après la guerre du Liban de 2006, pendant un séminaire sur les relations OTAN/Israël, la ministre des Affaires étrangères Tzipi Livni, déclarait que l’entité sioniste aurait préféré que l’OTAN « fasse le travail qu’Israël a fait au Liban ».

Le secrétaire général adjoint de l’OTAN, Alessandro Risso lui rappela la « coopération capitale » entre l’OTAN et l’entité sioniste. On est entre amis…Cet accord fait de l’entité sioniste le premier pays non européen, ainsi que le premier pays du Moyen-Orient, à atteindre un tel niveau de coopération avec l’OTAN.

Rien ne vous choque ? La capacité de l’Europe et de « l’Occident » à remettre en cause, apparemment, son homogénéité culturelle et politique, montre en vérité le total alignement idéologique entre toutes ces entités.

Il n’est plus à prouver que l’entité sioniste est d’inspiration purement européenne, loin de l’histoire officielle d’un peuple retrouvant sa terre…Il apparait donc logique d’un certain point de vue qu’une solidarité entre peuples européens se mette en place contre le prétendu ennemi multiséculaire qui se trouve chez lui, au Moyen-Orient, depuis toujours…

Netanyahu, a toujours souhaité que l’entité sioniste adhère à l’OTAN, c’est même la pierre angulaire de sa politique extérieure lors de ses différents mandats.

« The Jerusalem Post » évoque cet objectif, car cette adhésion est essentielle dans l’hypothèse d’une « future confrontation avec l’Iran » (1er avril 2008).

Cette hypocrisie atteint son paroxysme quand on sait qu’en pleine opération « plomb durci », en 2008-2009, contre Gaza, les échanges de renseignements militaires entre l’OTAN et l’entité sioniste allaient bon train.

En effet, Gaza est un dangereux état, pourvu de capacités militaires terrifiantes…c’est bien connu.

Ainsi le journal « al ahram » rapporte en 2010 :

« Avant le lancement de l’Opération Plomb Durci sur Gaza, l’OTAN échangeait déjà des renseignements avec Israël, partageait son expertise en matière de sécurité, et organisait des exercices militaires communs. (…) Scheffer, le précédent Chef de l’OTAN, s’est même rendu en Israël au beau milieu de l’offensive en cours sur Gaza. Et à l’époque, l’opinion des officiels de l’OTAN était que la coopération avec Israël était essentielle à leur organisation. » (Al Ahram, 10 février 2010) .

On se rend bien compte de l’énorme bénéfice que tire l’entité sioniste de tels accords.

Sa rhétorique guerrière et mensongère montre bien les objectifs sous-jacents d’une telle alliance.

Ainsi, Benjamin Netanyahu déclarait à propos de cette représentation à l’OTAN« Les pays étrangers veulent collaborer avec nous en raison de notre détermination à combattre le terrorisme, notre savoir-faire technologique, et notre réseau de renseignement, entre autres choses ».

Assimiler Résistance et terrorisme fait partie depuis longtemps de la propagande israélienne mais personne n’est dupe de la duplicité sioniste notamment quand on connaît l’alliance objective entre Daesh et l’entité sioniste contre l’arc de la Résistance.

Seulement, la future probable adhésion de l’entité sioniste à l’OTAN, pourrait avoir des implications et conséquences désastreuses pour la région.

Elle signifierait un blanc-seing pour agresser (Gaza, Liban…) et le déclenchement de représailles internationales si l’agressé venait à se défendre, par la mise en route d’un mécanisme automatique d’alliances. En effet, selon la Charte de l’OTAN, toute agression contre un membre de l’OTAN est considérée comme une agression contre tous ses membres.

Ainsi, un conflit régional voire mondiale n’est plus à exclure et fait craindre le pire pour cette région déjà fortement éprouvée.

 

Le Parti Anti Sioniste ne peut que dénoncer de telles alliances qui mettent encore plus en péril cette région du globe où la moindre étincelle peut déclencher un conflit global, et s’étonne de l’absence de réaction des pays Arabes, concernés au premier chef par un tel tournant historique.

Commentaires