Hommage à Hugo Chavez, Homme du peuple.

Hugo Rafael Chavez Frias, homme d’Etat vénézuélien et figure emblématique d’Amérique Latine s’est éteint, jour pour jour il y a cinq ans.

Dans un contexte de corruption, de précarité et de montée de l’impérialisme Américain, ce militant politique a su s’imposer avec ses fameuses réformes telles que la révolution bolivarienne, et sa lutte pour l’émancipation des classes défavorisées.

Il parvient notamment à éradiquer l’analphabétisme et la pauvreté extrême au sein de son pays, en exploitant les ressources naturelles de ce dernier et en redistribuant les richesses nationales de manière équitable.

De cette façon, il rééquilibre la balance sociale au sein du Venezuela et redore l’image de ce pays du tiers monde.

Précurseur d’une nouvelle vision du pouvoir encore jamais abordée en Amérique Latine, il pousse ses voisins à faire de même et parvient à redonner espoir aux populations les plus démunies.

En relevant ces défis, Chavez pousse le pays vers d’autres horizons et permet à l’Amérique latine d’acquérir une certaine notoriété au niveau mondial.

Mais Hugo Chavez n’était pas seulement socialiste, c’était également un grand militant qui a fermement lutté contre le capitalisme des puissants.

Ainsi, main dans la main avec d’autres activistes politiques tel que son ami proche Fidel Castro, ils montrent à l’impérialisme Américain que ni le Venezuela, ni Cuba ne flancheront face au géant.

Il prend position contre l’occupant israélien et témoigne à plusieurs reprises de son soutien à la population palestinienne.

À l’image du Che et d’autres grands révolutionnaires, Chavez est et restera toujours une source d’inspiration et d’admiration pour les défenseurs de la justice.

En ce jour de deuil, le Parti Anti Sioniste souhaite rendre hommage à cet homme qui a changé un pays mais également une partie de son continent en bouleversant la vision du pouvoir en Amérique Latine.
Ce révolutionnaire aux opinions politiques antisionistes a su combattre l’injustice et restera gravé dans nos mémoires.

Commentaires