Golan : la police russe fait son apparition sur les hauteurs du Golan

Le déploiement de la police militaire russe sur les hauterus du Golan. ©Sputnik

Alors que les tensions sont à leur plus haut niveau entre Israël et la Russie suite à la destruction de l’Il-20 russe en pleine Méditerranéenne et que certains commentateurs n’écartent pas un renforcement des liens Moscou-Hezbollah dans la foulée, le Golan refait parler de lui : 

La police militaire russe et les représentants du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie ont annoncé avoir entamer des opérations de patrouille sur les hauteurs du Golan et près du village syrien d’al-Rafid, situé sur la ligne de désengagement d’où les terroristes d’Al-Nosra à la solde de Tel-Aviv ont été chassés il y a près de deux mois.

Cité par TASS News, le commandant adjoint des forces russes en Syrie, le général Sergueï Kouralenko a fait état d’opérations de patrouille menées par les forces de la police militaire et les représentants du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie dans les régions résidentielles libérées dans la province de Quneitra et les zones de désescalade dans le sud syrien.

Le village syrien d’al-Rafid situé sur le plateau du Golan était occupé par les terroristes à solde de Tel-Aviv avant l’arrivée de l’armée syrienne et sa libération. Sur le trajet de la patrouille, les militaires russes ont visité les écoles, les hôpitaux, les postes policiers et le centre d’amnistie des groupes armés illégaux.

« Nous avons pour mission d’acheminer des aides humanitaires aux survivants des conflits militaires, de superviser la mise en œuvre des accords du Conseil de sécurité de l’Onu visant à limiter les conflits militaire à proximité des frontières du sud syrien et d’épauler les organisation de l’Onu pour la mise en place du processus de cessez-le-feu », a expliqué le commandant adjoint des forces russes, en allusion à peine voilée aux arguments fréquemment évoqués par Israël pour justifier son assistance aux terroristes dans cette région.

Selon le général, les opérations des forces de la police militaire russe sont menées tout au long des hauteurs du Golan, sur les itinéraires empruntés par les forces de maintien de la paix de l’Organisation des Nations unies, depuis les régions centrales jusqu’aux sud où est située la ligne verte.

« Nous voulons être rassurés de la sécurité des forces de l’Onu qui faute de sécurité n’avaient pas mis le pied dans la région depuis plus de six ans.

Les efforts des forces syriennes appuyées par Moscou ont conduit au renforcement du statut de l’Onu dans cette région où le drapeau syrien recommence à flotter, a-t-il ajouté.

Dès le début de la guerre contre la Syrie, les terroristes d’Al-Nosra ont procédé à des enlèvements des casques bleues onusiens, les poussant à quitter leurs bases au Golan occupé.

Une fois les bases désertées, les terroristes les ont occupés et s’en sont servies dans leurs attaques contre l’armée syrienne. Cette situation a largement servi les intérêts d’Israël.