La France va t’elle intervenir militairement en Algérie ?

61ffff1e2873386b95198b2ee2e0582c1-1728x800_cSelon le journal « Le Canard enchaîné », le gouvernement français aurait rendu possible une intervention militaire française en Algérie dans le cadre de la lutte contre le terrorisme islamique dans le nord de l’Afrique.

En effet, dans un article intitulé « Le Drian s’est pris les pieds dans la frontière algérienne » publié le 4 mai 2016, l’hebdomadaire satirique affirme :

« Dégât collatéral de l’opération militaire Barkhane, menée au Sahel contre les terroristes islamistes d’Aqmi, le gouvernement a réussi à se mettre dans un sacré pétrin politico-diplomatique. Le grand cafouillage a commencé le 1er octobre avec la publication au « Journal officiel » d’un arrêté pour le moins maladroit, signé par les ministres de la Défense, des Finances et du Budget ».

Pris en application d’une loi de 2008, ce texte est destiné à garantir les droits financiers et sociaux des familles de soldats blessés ou tués durant l’opération Barkhane. Mais l’arrêté ne se contente pas de donner la liste des pays directement concernés (Mali, Niger, Tchad, Mauritanie et Burkina Faso). Il aligne également les noms de plusieurs États limitrophes sur les territoires desquels les opérations sont susceptibles de déborder. Parmi eux le Nigeria, la Libye ou le Cameroun. Et, surtout l’Algérie.

Un pays extrêmement chatouilleux en matière de respect des frontières. Surtout quand il s’agit de troupes françaises. Toute présence de l’ancienne puissance coloniale sur la terre algérienne serait considérée comme un insupportable affront… »

Face à la levée de boucliers de la classe politico-médiatique algérienne que cette révélation pourrait susciter, le gouvernement français aurait toutefois décidé de supprimer la publication de « ce genre d’arrêté au « Journal officiel », mais de l’enregistrer dans « un recueil spécial » et secret tenu par le ministère de la Défense ».

Cette information, ajoutée au fait que des quantités importantes d’armes de guerre ont été découvertes ces dernières semaines à différents endroits du pays, le tout saupoudré des prises de position du sioniste semeur de guerres « BHL » en faveur d’une autonomie de la région kabyle qui provoquerait une partition de la nation algérienne, laisse à penser que l’Algérie est sous la menace d’une déstabilisation prochaine qui la plongerait dans le chaos.

Il semblerait que l’empire occidentalo-sioniste envisage sérieusement ce scénario, en confiant à la France le 1er rôle, compte tenu de ses liens historiques avec Alger et de sa connaissance parfaite du contexte.

Ainsi, l’armée française, après avoir apporté la « civilisation » en Algérie il y a près de deux siècles, envisagerait de s’y installer à nouveau sous le prétexte de la lutte antiterroriste ?

La réalisation de ce rêve sioniste risque fort de se briser face au patriotisme du peuple algérien qui a déjà fait ses preuves tout au long de l’histoire.

En effet, si le gouvernement français peut se permettre d’intervenir dans des pays d’Afrique en situation de faiblesse militaire et économique, tels le Niger ou le Mali, sous prétexte de les aider à combattre les groupes djihadistes qu’elle instrumentalise largement, la situation est bien différente concernant l’Algérie.

Les experts avisés savent bien que l’armée algérienne est actuellement l’une des plus puissante et des mieux équipée du continent africain, grâce à son fournisseur historique, la Russie, en qui elle trouvera certainement un allié de poids face aux dangers qui la menacent.

Les Algériens quant à eux, largement échaudés par la décennie noire des années 90, ne succomberont certainement pas aux sirènes de la division et de la guerre civile, et ne sont pas dupes des manœuvres sionistes dans la région. Les exemples libyens et syriens sont là pour éveiller ceux qui n’auraient pas encore compris quels étaient les objectifs des impérialistes dans la région.

 

Le Parti Anti Sioniste suit avec attention la situation en Algérie et réitère ses avertissements contre toute tentative de déstabilisation de ce pays.
La diaspora algérienne étant très importante en France, il est évident que toute action négative menée contre notre voisin nord-africain aurait des conséquences très dangereuses pour notre pays.
Le Parti Anti Sioniste enjoint les responsables politiques français à œuvrer dans le sens de la paix et de la coopération d’égal à égal avec l’Algérie et les autres pays africains, en abandonnant l’esprit colonialiste.
Il serait temps de retenir les leçons de l’histoire et ne pas recommencer les mêmes erreurs, en cessant de suivre l’agenda impérialo-sioniste, qui risque de mettre notre pays à feu et à sang.

Commentaires