Une délégation officielle bahreïnie en Palestine occupée

Les médias israéliens ont révélé qu’une délégation bahreïnie a effectué, pour la première fois, au mois de décembre 2017, une visite officielle en « Israël » dans le but « d’ établir une coexistence pacifique.»

Le site du quotidien israélien Times of Israël a rapporté que « les membres de la délégation, connue sous le nom Hazihi al Bahrein (ndlr : C’est le Bahreïn), ont affirmé que le roi Hamad bin Issa Al Khalifa  les avait envoyés avec un message de paix dans le but de promouvoir la tolérance religieuse mondiale.»

Une chaîne israélienne a également annoncé :

« Bien que le ministère des Affaires étrangères du Bahreïn ait condamné la récente décision de Trump de proclamer Al Qods comme capitale d’Israël, cette délégation n’a pas annulé sa visite.»

Betsy Matheson, la chef de l’organisation non gouvernementale basée au Bahreïn qui préside cette délégation, a déclaré dans une interview accordée à The Times of Israël :

« C’est le Bahreïn a pour mission de promouvoir la coexistence pacifique sans intervention de la part du gouvernement.»

Selon le site du journal,  » la délégation est composée de 24 personnalités : des musulmans sunnites et chiites, des bouddhistes, des chrétiens, des hindous et des sikhs. »

Mme Matheson a déclaré que « son ONG encourage la liberté religieuse et la coexistence pacifique dans la vie quotidienne bahreïnie, dont l’histoire remonte à des siècles, où les gens de toutes les religions vivaient ensemble dans un esprit de respect mutuel et d’amour », ajoutant que : « la délégation est venue en Israël, suite à une invitation de la part de deux rabbins, Marvin Herr et Abraham Cooper, du Centre Simon Wiesenthal de Los Angeles, lors d’une rencontre avec le Roi Hamad bin Issa Al Khalifa au Bahreïn l’année dernière.»

Selon, Mme Matheson, le roi du Bahreïn avait affirmé au cours de sa rencontre avec le rabbin Herr, qui demandait si une délégation bahreïnie pouvait se rendre en « Israël », que « les citoyens bahreïnis pouvaient aller partout où ils voulaient dans le monde, et qu’il n’y avait aucune restriction contre les Bahreïnis.»

Times of Israël a souligné que « selon la délégation, le but de l’initiative est de réitérer la conviction du roi que la liberté religieuse est à la base de la coexistence pacifique et du dialogue interreligieux, et l’importance qu’il faut accorder à l’éducation des jeunes dans le monde et leur participation dans ce genre d’action ».

Le site a ajouté que « le roi du Bahreïn compte créer à Manama le Centre International du Roi Hamad pour la coexistence pacifique ».

Selon Mme Matheson « ce centre pourrait être l’endroit idéal pour des pourparlers de paix entre Israël et les Palestiniens ».

La visite de quatre jours de cette délégation en Palestine occupée semble indiquer un nouveau réchauffement des liens entre le régime israélien et celui du Bahreïn, qui, selon un rapport publié plus tôt cette année et relayé par Times of Israel, sont sur la voie de la normalisation des relations diplomatiques. »

WikiLeaks a, pour sa part, publié des documents montrant que de hauts fonctionnaires des deux pays avaient pris contact ces dernières années. Ce site mentionne surtout une réunion tenue en 2007 entre la ministre israélienne des Affaires étrangères d’alors, Tzipi Livni, et le ministre des Affaires étrangères de Bahreïn, Cheïkh Khalid ben Ahmed Al Khalifa, à New York. En 2009, le régime de Manama a également signalé qu’il était prêt à rencontrer le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu pour essayer de faire avancer le processus de compromis.

En 2009, le prince héritier de Bahreïn, Cheikh Salman Ben Hamad al-Khalifa a rédigé un éditorial pour le Washington Post, dans lequel il exhortait les pays arabes à communiquer davantage avec Israël dans le cadre d’un compromis israélo-arabe.

Mais, le principal mouvement d’opposition au Bahreïn, Al-Wifaq, a annoncé que la délégation bahreïnie en visite en Palestine occupée ne représentait nullement le peuple bahreïni.

L’envoi par le roi du régime bahreïni d’une délégation en Palestine occupée avec « un message de paix dans le but de promouvoir la tolérance religieuse mondiale » est assez ironique et suscite bien des questions : De quelle paix et de quelle tolérance parle-t-il au vu de la sauvage et indescriptible répression qu’il fait subir à son peuple pour avoir réclamé ses droits légitimes, et ce de manière pacifique ?

Comment osez-vous parler de paix pour le monde, alors que dans votre propre pays, vous violez toutes les lois internationales concernant les droits des citoyens dont vous avez la charge ?

Dès qu’il s’agit de l’entité criminelle d’Israël, vous devenez des subordonnés vils n’aspirant qu’à plaire à vos maîtres arrogants. Normalisez avec eux et l’histoire nous dira dans quel marécage perfide vous finirez d’ici très peu de temps.

L’avenir appartient aux peuples, aux Opprimés et aux Déshérités de cette planète…

Commentaires