Dangereux regain de tension entre la Russie et l’Occident !

missile_balistique_russe_02
La Russie déploie plus de 40 nouveaux missiles balistiques intercontinentaux !

L’escalade des tensions entre Occidentaux et Russes autour du dossier ukrainien s’est accentuée, ces dernières semaines, amenant certains experts à évoquer l’éventualité d’une guerre, dès cet été…

Info ou intox ? Toujours est-il que la situation s’est embrasée dans l’est ukrainien, bombardé à l’artillerie par les forces pro-occidentales de Kiev, suscitant l’ire de Moscou qui accuse les Etats-Unis d’inciter le gouvernement ukrainien à aggraver le contentieux dans le pays.

Plus préoccupant, d’après le New York Times, les Etats-Unis étudient la possibilité de stationner en permanence des chars et des armes lourdes ainsi qu’une force de 5 000 soldats dans les Etats baltes et d’autres pays de l’OTAN, en Europe de l’Est (dont, la Pologne) ou dans l’ancienne Union soviétique. Le Pentagone a par ailleurs mis en place un laboratoire médico-biologique dans la banlieue de Tbilissi, capitale géorgienne près de la frontière russe, suscitant l’inquiétude de Moscou.

Cette situation marque une escalade majeure de l’effort mené par les Etats-Unis pour contraindre la Russie à se soumettre à leur domination, elle menace toute la région d’une guerre qui pourrait se terminer par un holocauste nucléaire.

Parallèlement, l’OTAN entretien cette tension en effectuant des manœuvres militaires régulières et importantes aux alentours des frontières russes. Une force de réaction rapide conçue pour intervenir contre la Russie a été développée en quelques jours, sans compter les centaines d’instructeurs envoyés par la Grande-Bretagne et le Canada afin de former et entraîner les forces de l’armée ukrainienne.

La Russie est loin de se laisser impressionner par ces provocations et les dizaines d’incidents qui ont déjà eu lieu entre ses avions et ceux de l’OTAN.

Face aux pressions occidentales croissantes, la réaction du Kremlin ne s’est pas faite attendre. Moscou a annoncé, mardi 16 juin, le renforcement de sa force de frappe nucléaire et le déploiement de plus de 40 nouveaux missiles balistiques intercontinentaux. Vladimir Poutine déclare, à ce propos : « C’est l’OTAN qui arrive à nos frontières et non pas nous qui allons quelque part. […] Si quelqu’un place sous la menace certains de nos territoires, nous devons pointer nos forces armées et notre force de frappe vers les territoires d’où vient la menace. »

La situation a de quoi inquiéter, d’autant plus qu’on assiste au renforcement des liens entre la Russie et la Chine qui, en plus de divers partenariats commerciaux, ont passé un cap, ces dernières semaines, dans le domaine de la coopération militaire, en menant une opération bilatérale, longue de dix jours, en pleine Méditerranée. Ce rapprochement sino-russe est lié aussi à la hausse de ton entre Chinois et Américains autour du projet chinois de constructions d’îles artificielles, au sud de la mer de Chine, dans des eaux particulièrement disputées.

Ce regain de tension entre la Russie et les Etats-Unis et l’OTAN n’augure rien de bon et accentue la possibilité qu’un incident mineur dégénère en une guerre à grande échelle, peut-être nucléaire.

Le Parti Anti Sioniste appelle, une nouvelle fois, à la vigilance face à l’escalade des tensions autour de la crise ukrainienne ; il interpelle le gouvernement français à calmer les esprits, avant que le point de non-retour ne soit franchi.

Parti Anti Sioniste

Commentaires