Crypto-monnaie : la fin de l’hégémonie du dollar ?

9è sommet du groupe des BRICS, à Xiamen en Chine, 03/09/2017

Les pays du groupe BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) représentent près de 43% de la population mondiale, ils produisent 30% du PIB de la planète et leur poids dans l’économie mondiale ne cesse de grimper.

 

Le 28 décembre 2017, la Banque centrale russe a proposé la création d’une monnaie virtuelle commune aux pays des BRICS et de l’Union économique eurasienne (UEEA : Arménie, Biélorussie, Russie, Kazakhstan et Kirghizistan).

 

Olga Skorobogatova, vice-présidente de la Banque centrale russe a déclaré :

« Les participants aux différentes manifestations économiques auxquelles je participe habituellement […] arrivent tous à la conclusion qu’une monnaie virtuelle n’est pas très utile pour un seul pays. Il est logique de discuter de crypto-monnaie au niveau de plusieurs pays, ceux des BRICS et ceux de l’UEEA. »

 

Ses propos sont dans la continuité de ceux tenus, au mois de septembre par Kirill Dmitriev, président du Fonds russe des investissements directs (RDIF), qui avait déclaré :

« la crypto-monnaie peut être un instrument très demandé et devenir une bonne alternative au dollar et aux autres moyens de paiement. »

La crypto-monnaie du BRICS pourrait concurrencer le Bitcoin, cette autre monnaie virtuelle décentralisée qui a le vent en poupe et qui est régulée par le Blockchain, un groupe d’utilisateurs qui joue le rôle de banque et vérifie les transactions.

Selon Vladimir Poutine, les pays du groupe BRICS « sont préoccupés par l’injustice de l’architecture économique et financière mondiale moderne. »

Il se dit prêt à entamer des réformes financières afin de surmonter, avec ses partenaires du BRICS, la domination d’« un nombre limité de monnaies de réserve », parmi lesquelles l’euro et le dollar.

Dans le prolongement de la réflexion, la proposition de recourir à une crypto-monnaie formulée par les pays du BRICS pourrait sonner la fin de l’hégémonie du dollar.

 

Depuis son premier sommet en 2009, le groupe des BRICS nous envoie régulièrement des signaux traduisant sa volonté de redéfinir les règles économiques et commerciales mondiales (centrées sur le dollar) et son souhait de refonder des organisations internationales telles que le Conseil de Sécurité de l’ONU, la Banque mondiale ou le FMI, dans le but de refléter le caractère désormais multipolaire du monde. 

Le Parti Anti Sioniste encourage les pays émergents à rejoindre le groupe des BRICS pour en finir avec le système économique et financier actuel, qui est un système injuste et pour éviter l’écueil qui consisterait à passer de l’hégémonie d’une monnaie fiduciaire à l’hégémonie d’une crypto-monnaie.

Commentaires