Bahreïn : nouvelles arrestations de civils, dont des mineurs, par le régime des Al-Khalifa

Treize personnes ont été arrêtées à al-Diraz près de Manama, dont plusieurs enfants, par les forces oppressives du régime bahreïni des Al-Khalifa, lors d’une intervention musclée. L’endroit n’est pas anodin puisque s’y trouve la demeure du haut-dignitaire religieux, l’Ayatollah Cheikh Issa Qassem.

Le Cheikh Issa Qassem est connu pour ses critiques récurrentes contre la famille royale et le gouvernement de Manama. Il a été accusé d’avoir « encouragé le confessionnalisme » et de « servir des intérêts étrangers », autrement dit de promouvoir le chiisme et d’être inféodé à l’Iran. Soulignons que le Bahreïn est dirigé par la dynastie sunnite des Al-Khalifa dans un pays où 70 % de la population est de confession chiite et, le plus souvent, d’origine persane. En juin 2016, les autorités bahreïnies ont déchu de sa nationalité, le Cheikh Issa Qassem qui, ayant refusé cette sentence inique et injustifiable, fut placé en résidence surveillée, où on lui refuse les soins médicaux dont il a cruellement besoin.

Plusieurs maisons dans la localité de Barbar ont été fouillées par les forces du régime et 5 personnes ont été appréhendées, dont un enfant. Les policiers ont également arrêté une personne dans la localité d’Alkurura.

Auparavant, les forces du régime avaient arrêté dans la localité d’al-Diraz, 10 civils, dont plusieurs enfants.
Plusieurs maisons ont aussi été détruites par les forces de l’ « ordre oppressif » des Al-Khalifa, ce qui a été dénoncé par les défenseurs des droits de l’homme sur les réseaux sociaux.

Par ailleurs, d’après les témoignages accablants de plusieurs organisations de défense des droits de l’Homme, « les détenus sont souvent conduits par les forces de sécurité au département des enquêtes criminelles, où ils sont soumis à la torture ».

 

Le Parti Anti Sioniste sonne une fois de plus l’alarme et somme le régime despotique du Bahreïn de stopper ses agissements immoraux, infondés et injustes à l’encontre du peuple bahreïni qui réclame le droit à la paix.
Tant d’horreurs passées sous silence, tant d’injustices impunies, tant de droits bafoués…jusqu’à quand laisserez-vous ces actes ignobles continuer ?
Il est plus que temps d’agir et de réclamer de la part de nos dirigeants politiques et des instances internationales qu’ils prennent leurs responsabilités en faisant pression sur le régime du Bahreïn afin qu’il cesse sa politique oppressive et criminelle.

Commentaires