Bahreïn : Hypocrisie et silence assourdissant de la communauté internationale.

la France va d’ici peu dérouler le tapis rouge à une délégation de La Garde royale de Bahreïn afin de lui vendre des blindés Sherpa Light fabriqués par Renault Trucks Defense (RTD)
la France va d’ici peu dérouler le tapis rouge à une délégation de La Garde royale de Bahreïn afin de lui vendre des blindés Sherpa Light

De nouveaux rapports internationaux révèlent que la situation ne cesse de se dégrader au Bahreïn. La population de ce pays, qui ne cesse de demander des élections libres et la fin des discriminations, est sévèrement réprimée.

Ces derniers rapports font état des agissements au centre d’enquêtes criminelles à Bahreïn. La torture y est pratiquée sur les détenus pour leur arracher de faux aveux afin de justifier leur condamnation.

L’un des exemples les plus frappants est celui de Cheikh Ali Salman, chef du parti d’opposition Al Wefaq, arrêté le 29 décembre 2014 et torturé dans les geôles du régime Al Khalifa. Il a été condamné à 4 ans de prison sous l’accusation d’outrage au ministère de l’Intérieur et de coopération avec des gouvernements étrangers.

Cette accusation, prononcée à l’issue d’un procès entaché d’irrégularités selon Human Rights Watch, a été réfutée par le Cheikh Salman. Il a fait appel de ce jugement et attend la décision du tribunal le 30 mars prochain.

De plus, de nombreux mineurs sont placés en détention et soumis à des actes de torture et de mauvais traitements. Soulignons que le tribunal pénal de Bahreïn fait preuve d’un flagrant mépris envers ses obligations internationales en matière de Droits de l’Homme. Ce dernier a condamné des adolescents à des peines allant jusqu’à 130 ans de prison, sous prétexte qu’ils avaient participé aux manifestations antigouvernementales.

Au cours des deux dernières années, certains d’entre eux, âgés seulement de 13 ans, ont été placés en détention. Ils ont eu les yeux bandés, ont été frappés et torturés. D’autres ont été menacés de viol en vue de leur arracher des « aveux ».
Le silence médiatique français sur cette situation trouverait son explication dans les intérêts économiques colossaux qui sont en jeu.

En effet, la France va d’ici peu dérouler le tapis rouge à une délégation de La Garde royale de Bahreïn afin de lui vendre des blindés Sherpa Light fabriqués par Renault Trucks Defense (RTD).
Les Sherpa Light sont des blindés légers conçus pour les forces de l’infanterie et la sécurité intérieure.

Des sources d’information avaient déjà annoncé des négociations effectuées entre La Garde royale de Bahreïn et la France au sujet de l’achat de blindés MRAP et de véhicules anti-mines.

On en déduit que les positions officielles de l’État français ne sont guidées nullement par des considérations des Droits de l’Homme, mais plutôt par des ambitions politico-économiques.

Le silence du gouvernement français sur le Bahreïn n’est pas sans rappeler celui du gouvernement britannique qui a conclu en 2014 un accord avec ce régime pour la construction d’une base navale de la Royal Navy dans ce pays. Cette base, dont la construction a démarré en novembre 2015, permettrait au Royaume-Uni de « renforcer la coopération dans la lutte contre les menaces sécuritaires présentes au Moyen-Orient » selon les termes de l’accord.

Le Royaume-Uni rejoint ainsi les États-Unis qui ont également établi dans ce pays le quartier général de leur Ve Flotte aéronavale.

Le parti anti sioniste condamne la position des pays occidentaux pour lesquels le principe des Droits de l’Homme est à géométrie variable.
Il appelle également les instances internationales, les organisations des Droits de l’Homme et la communauté internationale à aider le Bahreïn à devenir un pays réellement démocratique, conformément aux normes internationales.

Commentaires