ATTENTATS DE PARIS : LES RAISONS DU CARNAGE

2512734lpw-2512735-article-jpg_3160387_660x281Après l’émotion qui a saisi le pays suite aux terribles attentats de vendredi dernier, il est temps de nous poser les bonnes questions sur les causes et les responsables de ce drame.

Pourquoi la France est-elle visée ?

Quelle responsabilité porte notre gouvernement ?

Qui a encouragé et soutenu ces groupes terroristes qui nous frappent aujourd’hui ?

Ce n’est qu’en tentant de répondre objectivement à ces questionnements que nous pourrons tirer les leçons de ce drame et trouver les moyens de lutter contre cette violence qui frappe notre nation.

La revendication par DAESCH de ces attentats démontre qu’ils ont un lien avec le rôle joué par notre pays dans la guerre qui ravage la Syrie depuis bientôt 5 ans et dans laquelle la France est partie prenante.

En effet, dès le début de la guerre contre le peuple syrien, notre gouvernement a appelé à la chute du président Bachar Al Assad, appelant même à son élimination physique : on se souvient des propos de notre ministre des affaires étrangères, Laurent Fabius, expliquant que « Bachar Al-Assad ne mériterait pas d’être sur la terre » ou ceux de notre président, évoquant sa « neutralisation ».

A l’époque, les djihadistes français partaient combattre en Syrie avec la bénédiction tacite de notre gouvernement qui ne se posait pas encore la question de leur retour dans l’Hexagone jusqu’au moment où, ayant compris le danger, la France a décidé de modifier sa stratégie en bombardant les positions de Daesh, entraînant la réaction sanglante de l’organisation terroriste.

La France a donc décidé de suivre aveuglement la politique moyen orientale des américano-sionistes et de leurs alliés arabes et turques, en s’engageant dans cette croisade anti Bachar alors que notre pays n’a aucun intérêt, ni économique, ni politique, à cela. Nous avons bien vu que la destruction de la Syrie ne profitait qu’aux Israéliens et Américains, et nous payons aujourd’hui le prix de cet alignement aveugle sur les intérêts sionistes.

L’Etat islamique (Daesh) et l’ASL sont composés de groupes islamistes qui ont recours à des attentats terroristes et des tueries de masse pour mener cette guerre civile en Syrie, qui a tué près de 200.000 personnes et fait des millions de réfugiés.

Aujourd’hui, il est avéré que le développement de ces forces djihadistes est la conséquence directe de l’armement, de l’entraînement et du financement par la CIA, le Mossad, la France et les monarchies du Golfe, pour le renversement d’Assad. L’ASL, que le président Hollande a officiellement armé et qu’il qualifie de « démocratique », a vu de larges sections de ses milices rejoindre le Front Al-Nosra, filiale d’al-Qaïda, que notre ministre des Affaires Etrangères félicitait de « faire du bon travail » en Syrie !!!

Pourtant, au sein de l’Hexagone, des voix se sont toujours élevées contre ce soutien aux groupes terroristes, comme celle du député Claude Goasguen qu’on ne peut taxer de complotiste et qui affirmait récemment que la France soutenait Al Qaeda en Syrie…Malheureusement, nos médias n’ont guère jugé utile de relayer ces paroles sensées.

Ainsi, le gouvernement français a apporté un soutien indéfectible, à un certain nombre de groupes terroristes actifs en Syrie, dans l’espoir de pouvoir renverser le gouvernement légal de Bachar Assad et la France reçoit aujourd’hui un coup très dur de la part de ces mêmes groupes terroristes.

Il est temps d’expliquer clairement aux français que ces réseaux djihadistes qui sont des ennemis mortels des peuples à travers le monde, sont aussi des forces clandestinement utilisées par les États occidentaux et leurs alliés du golfe Persique dans la satisfaction d’intérêts profonds. Notre pays porte une responsabilité très grave dans l’utilisation et l’instrumentalisation des forces djihadistes comme agents locaux afin de déstabiliser la Syrie, et le peuple français en paye aujourd’hui les conséquences, comme l’avaient prédit les présidents Al Assad et Poutine, qui n’ont eu de cesse d’expliquer que le terrorisme ravageant la Syrie atteindrait inéluctablement la France et l’Europe.

L’intervention militaire russe a changé la donne et prouvé qu’il était possible d’éradiquer les groupes djihadistes à condition d’en avoir la volonté politique ; Moscou est parvenu en un mois à faire ce que n’a pu réaliser la coalition internationale menée par les Etats-Unis en plus d’un an.

Elle a aussi mis en lumière le jeu trouble de la France, qui a continué à appeler prioritairement à la fin du régime syrien et à s’enfermer dans une posture irresponsable, en frappant Daesh tout en préservant les autres groupes djihadistes.

Ainsi, alors que la Maison-Blanche et le Kremlin négocient la manière de se débarrasser des djihadistes, la France est aujourd’hui la principale puissance qui appelle au renversement du régime syrien, publiquement soutenue en cela par la Turquie et l’Arabie saoudite, et, en sous-main, par Israël. Comment expliquer ce positionnement incompréhensible, autrement que par l’alignement sur les intérêts de Tel-Aviv ?

Il est important de comprendre que les attaques terroristes contre la France ne cesseront pas sans l’éradication des groupes djihadistes en Syrie. Pour ce faire, la coopération avec la Russie est incontournable, et plutôt que de préconiser l’envoi de troupes au sol, comme on l’entend actuellement, ce qui aggraverait encore plus la menace terroriste dans notre pays, notre armée devrait plutôt apporter un soutien aérien aux troupes de l’armée syrienne chargées de combattre les terroristes sur le terrain.

A la lumière de ces éléments, le Parti Anti Sioniste appelle notre gouvernement à réexaminer sa politique étrangère et à revoir ses alliances stratégiques en matière de lutte contre le terrorisme, en reconsidérant les propositions russes et autres pour une paix au Moyen-Orient.

 

Considérant les soutiens de certains pays avec les mouvements terroristes, soit par leur création à des fins géostratégiques, soit par leur financement, soit par une complaisance à leur égard, la France doit absolument réviser ses relations avec les USA, le Qatar, l’Arabie-Saoudite, Israël et la Turquie.

Le soutien de notre gouvernement aux groupes djihadistes à l’étranger et les relations de la France avec leurs principaux parrains étatiques sont graves, dangereux et inacceptables !

Ce constat doit susciter la mobilisation générale de tout le peuple français et nous devons faire pression sur notre gouvernement afin qu’il cesse cette politique irresponsable, dont nous payons aujourd’hui le prix lourd.

[signature]Signature du président[/signature]

Commentaires