Attaque d’un avion russe : la Turquie affiche son soutien à Daesh

Attaque d’un avion russe : la Turquie affiche son soutien à Daesh
Attaque d’un avion russe : la Turquie affiche son soutien à Daesh

Un bombardier russe Sukhoi Su-24 engagé dans l’opération contre l’EI en Syrie s’est écrasé mardi 24 Novembre sur le territoire syrien, à 4 km de la frontière turque après avoir été abattu, dans l’espace aérien syrien, par un missile air-air tiré par un chasseur turc F-16.

La Turquie affirme que l’avion russe a violé son espace aérien ce qui est contesté par le ministère russe de la Défense qui affirme que l’avion se trouvait dans l’espace aérien syrien, à un kilomètre de la frontière turque.

Le président russe Vladimir Poutine a vivement réagi, en déclarant que son pays ne tolèrerait jamais que des crimes pareils arrivent à nouveau et que cet évènement constituait un « coup dans le dos » de la part de la Turquie.

Selon les premières informations, un des pilotes du bombardier russe abattu, a été tué depuis le sol par les membres de Daesh alors qu’il effectuait un vol en parachute après s’être éjecté pour se mettre en lieu sûr, a annoncé l’Etat-major général russe.

La Turquie tente désormais de calmer le jeu, comme le montre la déclaration de son ministre des Affaires européennes, Volkan Bozkir, dans laquelle il assure que malgré l’incident, Ankara fera tout son possible pour améliorer ses relations avec Moscou.

En Russie, la colère gronde, le parlement a proposé de suspendre provisoirement le trafic aérien entre les deux pays alors que le ministre des Affaires étrangères, Serguei Lavrov a appelé les citoyens russes à s’abstenir de se rendre en Turquie et a annulé sa visite de travail en Turquie, prévue pour mercredi prochain.

Cet évènement révèle au grand jour le soutien d’Ankara aux groupes terroristes sévissant en Syrie et à Daesh en particulier, dont elle profite largement du trafic pétrolier, comme l’a souligné le président Poutine.
En détruisant un avion russe qui lutte contre l’EI, la Turquie a donc clairement choisi son camp qui est celui des terroristes et a montré son hostilité envers l’alliance russo-syrienne.

Le Parti Anti Sioniste condamne vivement l’attaque turque contre le bombardier russe et met en garde contre le renouvellement de ce genre d’action qui provoquera, certainement une réaction moins mesurée de la part de Moscou à l’avenir.

 La Turquie étant membre de l’OTAN, ce genre de provocation peut vite dégénérer en un conflit beaucoup plus large, et il est impératif d’éviter de jouer avec le feu.

A l’heure où notre nation souffre, dans sa chaire du terrorisme djihadiste, il est impératif que nos dirigeants cessent leurs collaborations avec des nations comme la Turquie, qui ne se cachent même plus pour afficher leur soutien à Daesh.

[signature]Signature du président[/signature]

Commentaires