Arabie saoudite : des Lieux Saints à la cité du « veau d’or »

projet NEOM

On savait déjà depuis plusieurs années que le royaume saoudien était dans une logique de destruction du patrimoine culturel et des sites historiques, notamment à la Mecque, afin d’effacer toutes les anciennes références à l’Islam et aux lieux de cette révélation pour les remplacer par des constructions ultramodernes à la mode occidentale.

Ainsi, depuis les années 80, la quasi-totalité des sites religieux et des édifices millénaires de l’Arabie Saoudite ont disparu. Les exemples sont nombreux : à la Mecque, la maison de l’oncle du Prophète Mohamed (psl), Hamza, a cédé la place à un hôtel ; la maison de Khadija, sa première épouse, à des toilettes publiques. À Médine, le cimetière Jannatul Baqi’ a également vu ses dômes et mosquées rasés, ainsi que la disparition des tombes ou mausolées de son oncle, de ses tantes, de son fils, de sa fille, de ses épouses et des imams Al-Hassan ibn Ali, Muhammad al-Baqir, Ali Zayn al-Abidin et Ja’far al-Sâdiq.

Et si ce n’était les avertissements et menaces de nombreux pays musulmans, dont en premier lieu l’Iran, la tombe du Prophète aurait également été détruite.

Aujourd’hui, l’hôtel Mecca Royal Clock Tower, qui fait partie d’un complexe ultra-moderne comportant un centre commercial, des hôtels de luxe et des parkings, surplombe la Kaaba, qui semble miniaturisée au milieu de ces géants de verre.

Ce « massacre culturel » est une véritable insulte à la spiritualité du lieu le plus saint de l’Islam.

Toute la région du Hidjaz y est passée : sites scellés ou détruits, habitations historiques, mosquées et mausolées rasés etc. En 20 ans le pays est devenu un royaume de l’immobilier moderne où hôtels, parkings et centres commerciaux effacent toute trace d’Histoire, à tel point que nombre de musulmans comparent ironiquement les villes saintes à Las Vegas !!

Ainsi, sous prétexte de lutter contre le culte des tombes, assimilé à du polythéisme, ou de promouvoir le développement urbain et économique, on élimine toutes les traces anciennes de l’Islam.

On sait aujourd’hui que les Saoud ne comptent pas s’arrêter là. Ils s’attaquent désormais à un autre « Lieu Saint » du monothéisme : le Mont Sinaï.

Rappelons qu’aujourd’hui deux thèses s’affrontent concernant l’emplacement de cet endroit sacré où le Prophète Moise (psl) aurait reçu la révélation : la plus répandue, qui est la thèse « officielle », affirme qu’il se trouverait à l’intérieur des frontières de l’Egypte actuelle.

L’autre théorie, popularisée notamment par le chercheur non-académique Ron Wyatt, spécialisé en archéologie biblique, situerait, arguments à l’appui, le véritable Mont Sinaï du côté saoudien de la mer rouge, dans la zone où se trouve la montagne dénommé Jabal Lawz.

De nombreux scientifiques adhèrent à cette thèse mais sont, comme à l’accoutumée, ostracisés et décrédibilisés par le système officiel. On sait pourtant que de nombreuses fouilles menées par l’état saoudien ont été effectuées en ce lieu et il est d’ailleurs curieux que la zone en question soit totalement interdite d’accès au public depuis de nombreuses années.

Or par un hasard étrange, c’est précisément à cet endroit-là que le régime saoudien, à l’initiative du prince héritier Mohamed Ben Salman (alias MBS), a décidé d’implanter son projet « pharaonique » de nouvelle ville futuriste, appelé NEOM.

Un hallucinant programme de mégalopole High-Tech sur les bords de la mer rouge, à 500 milliards de dollars de budget, dont le but avoué est de faire entrer le royaume dans le 21ème siècle.

NEOM vise à construire à partir de rien un espace économique ultra-connecté d’une superficie de 26.500 km², touchant la Jordanie et l’Egypte.

Cette véritable ville sera alimentée par les énergies solaire et éolienne, et accueillera bientôt «plus de robots que d’habitants», a fait savoir Mohammed ben Salman, lors d’une conférence à l’occasion de son « Futur Investment Initiative » qui s’est déroulé à Riyad fin octobre dernier.

Voulait-il nous préparer à l’idée que cette ville pourrait être dirigée par une forme d’intelligence artificielle ? C’est d’ailleurs lors de ce sommet de la haute technologie qu’a été présenté le premier robot ayant une nationalité, saoudienne en l’occurrence, prénommé « Sophia ». Encore un hasard ?

L’héritier ajoutant avec fierté que la « plus grande ville culturelle, sportive et de divertissement du royaume » ouvrira grandes ses portes pour proposer « des activités de qualité soigneusement choisies ».

Ce véritable « paradis » de technologie et de divertissements sera au passage affranchi des lois saoudiennes. En effet, NEOM sera une zone privée dotée de ses propres règles où il semble évident que les valeurs de l’Islam ne seront pas la priorité. Abus et transgression seront certainement de mise dans ce jardin d’Eden du matérialisme wahhabo-sioniste.

Mais la question que l’on peut se poser est de savoir pourquoi est-ce à cet endroit précis qu’ils souhaitent implanter ce projet? Que cherchent-ils ?

On sait que le prince héritier Mohamed Ben Salman a exprimé récemment sa volonté de pousser le royaume vers une version «modérée et ouverte» de l’Islam, dans un aggiornamento qui nous ferait passer du wahhabisme de « Daesh and Co » à celui de Las Vegas.

Une nouvelle religion rendue plus attractive, dont cette ville du futur gouvernée par l’intelligence artificielle, serait le symbole.

Un paradis terrestre totalement matérialiste, qui viendrait remplacer celui de la révélation et occulter toute la nature profonde de l’Islam, pour ôter toute spiritualité à l’Homme.

Une ville quasiment limitrophe de l’entité sioniste criminelle qui sera certainement chargée d’en assurer la gestion sécuritaire.

Du point de vue des autres domaines, il est également clair que ce ne sont pas les Saoudiens qui administreront l’endroit. Ne disposant d’aucun savoir-faire en matière de haute technologie ou d’industrie du divertissement, ils se cantonneront à leur rôle habituel de vaches à lait des projets sionistes.

Car il est évident qu’un plan d’une telle envergure ne peut pas être sorti du crâne incompétent de ce prince, mais qu’il est l’œuvre de cerveaux beaucoup plus évolués qui y travaillent depuis bien longtemps. Il se situe certainement dans la continuité des recherches menées depuis longtemps à cet endroit et dont les autorités saoudiennes ont également confié la direction à leurs maîtres. L’archéologie est une science trop importante pour être laissée à des gardiens de puits de pétrole.

Ce projet est tout droit sorti de l’intelligence maléfique des occidentalo-sionistes qui nous concoctent une religion pour laquelle ils œuvrent depuis des années, la religion du veau d’or.

Le Parti Anti Sioniste met en garde ceux qui osent souiller les terres sacrées où ont eu lieu les révélations.
Rappelons qu’aujourd’hui, les trois grands emplacements des révélations monothéistes sont occupés par le sionisme avec une profonde volonté de les dénaturer et les salir.
Avec ce projet NEOM, un nouveau défi est lancé à l’Islam et aux autres religions monothéistes.
Dans cette cité, l’homme deviendra esclave de l’Intelligence Artificielle. En oubliant la révélation et sa nature spirituelle, il mettra ainsi son destin et sa vie entre les mains de machines qui choisiront pour lui le chemin à prendre.
Dans cette vision, c’est le robot qui remplacera Dieu et les Prophètes pour guider les hommes.
En ces heures eschatologiques, nous devons être éveillés, car le monde de l’Antéchrist/Dajjal décrit dans toutes les révélations commence à prendre forme, et le choix de cet endroit sacré pour la construction de cette cité n’est certainement pas un hasard…

Commentaires