L’ONU refuse l’envoi de casques bleus dans le Golan

L’entité sioniste israélienne est tourmentée par le fait d’une possible occupation de la zone tampon entre la Syrie et le Golan.

Elle a donc sollicité le soutien de l’ONU afin que celle-ci autorise le retour des forces de maintien de la paix sur sa frontière.  Mais d’après des médias israéliens, sa demande aurait été rejetée par l’organisation des Nation-Unies.

En effet, l’ONU a éconduit ladite demande en refusant d’envoyer les casques bleus dans la zone tampon en question avant la normalisation de la situation sécuritaire dans cette région, a déclaré la radio israélienne «KAN».

Toujours selon les médias, l’État criminel israélien a fait part à l’ONU de la requête suivante « faire revenir les militaires de la mission UNDOF, qui avaient quitté leurs positions dans le Golan à cause des combats entre l’armée syrienne et les groupes de l’opposition ». Puis d’ajouter qu’ « «Israël» est préoccupé que la zone tampon, qui doit être administrée par l’Onu, soit occupée par l’armée syrienne ».

Les journalistes font remarquer que « le poste d’observation de l’UNDOF se trouve à quelques dizaines de mètres de la frontière avec «Israël» », ajoutant « malgré le rejet de la demande israélienne, le pays s’est dit prêt à accorder une aide à l’Onu en cas de nécessité ».

Aucune précision n’est donnée concernant la nature de cette « aide ». S’agit-il d’une proposition financière ou militaire ?

Ceci dit, dans les jours à venir, l’UNDOF doit présenter au Conseil de sécurité un rapport concernant ses activités.
Pour l’instant, la majorité de ces forces de maintien de la paix se trouvent en Israël et contrôlent les activités de son armée criminelle d’occupation.

 

Le Parti Anti Sioniste soutient ce refus, mais interpelle l’ONU en lui demandant d’aller plus loin, en condamnant cette entité criminelle qui depuis sa création a causé tant d’injustices, encore impunies jusqu’à nos jours.
Il est plus que temps de montrer à ces criminels qu’il y a une limite à tout, et de leur demander des comptes pour le mal qu’ils font.
Lorsque l’ONU franchira ce pas, nous pourrons alors la considérer pour ce qu’elle prétend être : un organisme objectif et indépendant de maintien de la paix, œuvrant pour la justice PARTOUT sur notre planète, sans aucune exception.

Commentaires