› Syrie : Washington et Moscou sont-ils réellement en faveur d’un dialogue ?
18
MAI

Syrie : Washington et Moscou sont-ils réellement en faveur d’un dialogue ?

Imprimer
Samedi, 18 Mai 2013 [Section :  Actualités antisionistes]
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
Cet article a été partagé fois sur Facebook.  Faites le découvrir à vos amis !

Moscou et Washington : Vers une solution politique en Syrie ?Moscou et Washington : Vers une solution politique en Syrie ?Syrie : Washington et Moscou sont-ils réellement en faveur d’un dialogue ?

Le 07 mai 2013, à l’issue d’une rencontre avec son homologue américain John Kerry, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a annoncé l’ouverture d’une conférence internationale consacrée à la Syrie.

Alors que Moscou juge nécessaire d’organiser cette conférence le plus vite possible, Washington a, pour sa part, proposé que cette conférence réunisse également les représentants du gouvernement syrien et de l’opposition. « Nous allons continuer à faire monter la pression sur le régime d’Assad et à coopérer avec l’opposition syrienne », a déclaré Barack Obama, en présence du Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan, lors d’une conférence de presse à la Maison Blanche, le 16 mai 2013.

Saluant la « générosité extraordinaire » des Turcs qui ont accueilli quelques 400 000 réfugiés syriens sur leur sol, Barack Obama a appelé la Turquie à « jouer un rôle important dans les prochaines semaines », allusion faite à l’organisation de cette conférence internationale.

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a insisté le 16 mai, lors d’un entretien à la chaîne libanaise al-Mayadine, pour que l’Iran et l’Arabie saoudite soient conviés à la conférence, en plus des participants à la réunion du 30 juin 2012, à Genève : « Nous partons du principe que tous les participants à la réunion, plus deux acteurs-clés, qui n’étaient pas l’an dernier à Genève, l’Iran et l’Arabie saoudite, doivent être invités ». Puis, il a ajouté : « Certains de nos collègues occidentaux [...] désirent réduire le cercle des participants extérieurs et commencer le processus avec un tout petit groupe de pays au sein duquel les équipes de négociations, l'agenda, et même l'issue des négociations, seraient décidés d'avance » !

De son côté, le ministre syrien de l'Information Omrane al-Zohbi avait déjà exclu « toute discussion sur le sort du président Bachar al-Assad», estimant que cette question était du ressort « du peuple syrien et des urnes », en référence à la présidentielle de 2014, en Syrie.

Washington et Moscou se sont mis d’accord pour une conférence internationale sur la Syrie certes, mais les participants n’ont pas les mêmes intentions et ne travaillent pas tous dans le même sens. Certains se rendront à la conférence, vraisemblablement avec des « solutions » préconçues pour sortir de la crise syrienne…

© www.partiantisioniste.com/actualites/1536
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte