› Syrie : « La victoire sinon rien ! » (Bachar al-Assad)
20
AVR

Syrie : « La victoire sinon rien ! » (Bachar al-Assad)

Imprimer
Samedi, 20 Avril 2013 [Section :  Actualités antisionistes]
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
Cet article a été partagé fois sur Facebook.  Faites le découvrir à vos amis !

Entretien accordé par le Président Bachar al-Assad à la chaîne al-Ikhbariya (Damas, 17/04/13).Entretien accordé par le Président Bachar al-Assad à la chaîne al-Ikhbariya (Damas, 17/04/13).Syrie : « La victoire sinon rien ! » (Bachar al-Assad)

Dans une interview accordée, le 17 avril à la chaîne syrienne al-Ikhbariya, le Président Bachar al-Assad a déclaré que « l'Occident a déjà payé très cher le fait d'avoir financé al-Qaïda, c'est la politique du deux poids deux mesures » puis il a ajouté : « ils soutiennent en Syrie ceux qu’ils combattent en Afrique ! », en allusion à l'intervention française au Mali.

Bachar al-Assad a affirmé que la Syrie n'avait d'autre alternative que la victoire. L’aide apportée aux rebelles qui ont, selon lui, prêté majoritairement allégeance à al-Qaïda, se retournera contre les Occidentaux. Effectivement, les Occidentaux sont, avec les pétromonarchies du Golfe, les principaux pourvoyeurs d’armes, de la logistique, quand ils n’encadrent ou ne forment pas les rebelles sur le terrain.

Le Président syrien a, par ailleurs, prévenu que la guerre dans son pays pourrait gagner la Jordanie voisine, qui entraîne les combattants rebelles et facilite l'entrée de milliers d'entre eux en Syrie. « L'incendie ne s'arrêtera pas à nos frontières, tout le monde sait que la Jordanie est aussi exposée que la Syrie », a-t-il indiqué tandis qu'à Washington, le Secrétaire à la Défense, Chuck Hagel annonçait un renforcement du dispositif militaire américain en Jordanie, qui dépassera les 200 hommes.

Très serein, il a également laissé entendre que son départ ne dépendait que d’une « décision du peuple », laissant entendre qu'il pourrait se représenter à la présidentielle, à l'issue de son mandat en 2014.

Bachar al-Assad s'en est pris à l'opposition, principalement basée à l'étranger, doutant de son patriotisme et minimisant son appui populaire. « Comment êtes-vous patriote si vous avez fui à l'étranger ? [...] Dans tous les pays du monde, l'opposition est une opposition élue et bénéficie d'une base populaire. Où sont les élections sur lesquelles se base cette opposition-là ? », a-t-il interrogé. A propos d’un éventuel dialogue avec l'opposition, Assad a affirmé qu'il ne négocierait pas avec ceux qui ont « encaissé de l'argent pour vendre la patrie », ni avec « ceux qui n'ont pas de base populaire ».

Sur la question d’une éventuelle intervention humanitaire internationale en Syrie, Le Président Bachar al-Assad a estimé qu'elle « viserait uniquement à détruire les Syriens », rendant le pays dépendant de l'étranger…

© www.partiantisioniste.com/actualites/1484
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte