› Syrie : L’Iran propose son plan de sortie de crise
18
DÉC

Syrie : L’Iran propose son plan de sortie de crise

Imprimer
Mardi, 18 Décembre 2012 [Section :  Actualités antisionistes]
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
Cet article a été partagé fois sur Facebook.  Faites le découvrir à vos amis !

Lakhdar Brahimi, médiateur de l’ONU pour la Syrie et Ali Akbar Salehi, chef de la diplomatie iranienne.Lakhdar Brahimi, médiateur de l’ONU pour la Syrie et Ali Akbar Salehi, chef de la diplomatie iranienne.Syrie : L’Iran propose son plan de sortie de crise

L'Iran a présenté les détails d'un "plan de sortie" de crise pour le conflit syrien, comprenant "l'arrêt des violences" et la mise en place d'un "dialogue national" entre le régime et l'opposition, ont annoncé lundi les médias iraniens.

Le 14 octobre, Ali Akbar Salehi, ministre iranien des Affaires étrangères, avait remis « proposition informelle » de résolution du conflit syrien à Lakhdar Brahimi, médiateur international pour la Syrie.

Voici les six points du plan de sortie de crise du conflit syrien proposé par l’Iran :

« L’arrêt immédiat des violences et des actions armées, sous la supervision de l'ONU ».

« La levée des sanctions contre la Syrie afin de permettre la distribution de l'aide humanitaire et préparer le retour de tous les réfugiés chez eux ».

« La mise en place d'un dialogue national entre tous les groupes sociaux, les différents partis politiques et le gouvernement syrien afin de former un comité de réconciliation et établir un gouvernement de transition. Le gouvernement sera chargé d'organiser des élections libres pour le Parlement, l'Assemblé constituante et pour la présidence ».

« La libération par le gouvernement des prisonniers politiques et le jugement par des tribunaux impartiaux des détenus impliqués dans des crimes ».

« Un comité devra évaluer les dégâts provoqués par le conflit sur les infrastructures ».

Le plan exige aussi des médias une « couverture impartiale » afin que « cesse la campagne actuelle de désinformation contre la Syrie ».

Cependant, la diplomatie iranienne sait bien que la réalisation de ce plan dépend de la bonne volonté de tous les acteurs politiques syriens mais aussi des pays qui se sont immiscés dans ce conflit et ne donnent pas l’impression d’œuvrer pour le bien de la nation syrienne… C’est le cas par exemple de la Turquie qui, soutenue par les pays occidentaux sionisés, a installé à sa frontière avec la Syrie, des anti-missiles « Patriot ». Ce comportement est provocateur et ne cherche nullement à apaiser les tensions internes de son voisin : la Syrie !

© www.partiantisioniste.com/actualites/1323
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte