› « Qui n’est pas mon ennemi ? » (Hadassah Borreman)
19
JUIN

« Qui n’est pas mon ennemi ? » (Hadassah Borreman)

Imprimer
Mardi, 19 Juin 2012 [Section :  Actualités antisionistes]
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
Cet article a été partagé fois sur Facebook.  Faites le découvrir à vos amis !

Juillet 2008 : Appel à l'initiation d'une alliance stratégique amicale entre Judaïsme et Islam contre le sionisme.Juillet 2008 : Appel à l'initiation d'une alliance stratégique amicale entre Judaïsme et Islam contre le sionisme.« Qui n’est pas mon ennemi ? »

Par Hadassah Borreman, membre de l'association juive antisioniste « Yechouroun - Judaïsme contre Sionisme ».

L’article « L'Islam est-il antisémite ? », paru dans IRIB le 10 juin 2012, commente le livre de Tareq Fatah et termine par l’avis que cet ouvrage lucide et très instructif devrait être lu par tous ceux qu’intéressent les relations entre juifs et musulmans. Bien-sûr que ce sujet des relations entre juifs et musulmans m’intéresse au plus haut point… mais pas n’importe comment !

J’appelle même à une alliance amicale et stratégique du Judaïsme et de l’Islam, ainsi qu’à des actions communes contre nos ennemis communs !

Tout d’abord, nous devons nous entendre sur le mot antisémitisme. La définition dans cet article est celle qui est usitée communément, à tort puisque sémite est le Musulman comme le Juif.

Pour continuer, je vous propose de commenter quelques points de cet article.

L’illustration pour cet article :

Le titre du livre de Tareq Fatah : « Le juif n’est pas mon ennemi » est attirant. C’est tout aussi juste pour le juif de dire « le musulman n’est pas mon ennemi ». Par contre, les symboles ne représentent pas le Judaïsme ni l’Islam. C’est surtout vrai pour ce qui concerne le Judaïsme, puisque cette sorte d’étoile est l’emblème sioniste. Quant au croissant, dont l’origine serait obscure, il était devenu un symbole de l’Empire Ottoman, puis serait associé à l’Islam. Cette image ne fait que soutenir la confusion entre Judaïsme et sionisme, qui en réalité sont opposés et incompatibles l’un avec l’autre.

La première phrase : « En toute logique, les musulmans et les juifs auraient dû et pourraient être partenaires. Leurs croyances sont très semblables » :

Je crois toujours que musulmans et juifs, non seulement peuvent, mais doivent être partenaires, car il y a entre eux beaucoup de parallélismes dans leurs convictions religieuses respectives (Emouneh/Îmaan), leur langue, la nourriture Halal/Kosher, mais aussi parce qu’ils ont des ennemis communs tels que le sionisme, l’arrogance, l’immoralité, etc.

L’auteur milite pour un Islam modéré et tolérant :

« Sorry », mais je ne comprends pas ce que veut dire « Islam modéré ». Serait-ce comme le Judaïsme français à la carte ? Pour autant que je sache, il y a dans l’Islam comme dans le Judaïsme des Lois à respecter qui ne peuvent être négligées au détriment de sentimentalités ou d’idées personnelles non conformes à ces Lois. Nous pouvons remarquer que les croyants de moindre observance semblent plus humains, ils sont plus ouverts, mais de ce fait, ils dépassent aussi les limites du permis.

… qui rappelaient la proximité des juifs avec leurs cousins arabes … :

Mais oui, nous sommes frères, fils d’Abraham, des frères arabes, des Palestiniens d’origine! J’en reste fière.

… crédit auprès des lecteurs extérieurs à la communauté … :

J’expérimente également une plus grande attention de la part de gens extérieurs à la communauté, et aussi de grandes déceptions de la part des gens qui sont comme moi, juifs de stricte observance et antisionistes dont j’attends d’eux qu’ils soient mes compagnons de combat, et qui vous lâchent quand il faut se montrer publiquement. Ah, la terreur sioniste est grande ! Autant dans les communautés musulmanes que dans les communautés juives, la masse n’est pas de ceux qui sont actifs et courageux à affronter l’ennemi ouvertement. Eh bien, le Tout-Puissant, s’Il le veut, se servira des quelques-uns que nous sommes pour faire des grandes choses.

Préjugés anti-juifs, anti-musulmans :

Il faut absolument combattre cela. Le Satan/ « ShayTan » se sert des préjugés que nous aurions les uns contre les autres pour faire régner l’animosité. C’est lui, l’ennemi, non mon frère musulman, et non mon frère juif. Au contraire, nous devons chercher à nous connaitre avec nos traditions, pour nous comprendre, pour nous respecter mutuellement. C’est ainsi que nous vivrons pacifiquement et dans l’amitié malgré nos différences qui ne sont que provisoires dans ce monde-ci. Car en réalité, nous poursuivons le même but, la proximité du Créateur et la recherche ce qu’Il Lui plait.

Source : Yechouroun - Judaïsme contre Sionisme

© www.partiantisioniste.com/actualites/1163
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte