› Quel avenir pour l’Europe ?
16
Sep

Quel avenir pour l’Europe ?

Imprimer
Vendredi, 16 Septembre 2011 [Section :  Actualités antisionistes]
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
Cet article a été partagé fois sur Facebook.  Faites le découvrir à vos amis !

La zone euro menacée…La zone euro menacée…Quel avenir pour l’Europe ?

L’Europe ne peut plus se vanter de la réussite de sa monnaie européenne : l'euro ! En effet, avec la Grèce qui agonise, l'Espagne et l'Italie qui enregistrent des taux record d'inflation et de chômage, l'avenir financier et politique de l'Europe s’annonce sombre. C’est précisément ce qui a poussé le ministre polonais des Finances, Jan Vincent-Rostowski, à mettre en garde les Européens contre une menace réelle d'une guerre à moyen ou à long terme en Europe, si la crise de l'euro devait conduire à l'éclatement de l'Union européenne.

« Si la zone euro se fissure, l’Union européenne ne sera, sans doute, pas en mesure de survivre avec toutes les conséquences dramatiques que l'on peut imaginer », a déclaré devant le Parlement européen à Strasbourg, le ministre polonais, dont le pays assure actuellement la présidence tournante de l'Union.

Interrogé sur ses propos lors d'une conférence de presse, le ministre a indiqué qu'il avait « seulement voulu souligner le caractère sérieux de la situation », afin que les responsables politiques européens « prennent conscience de l'ampleur de la crise dans la zone euro », laquelle pourrait conduire à des « situations inimaginables ».

« Si la zone euro disparaît, la communauté européenne sera menacée et ne pourra pas survivre à une telle situation », ce qui « à long terme, pourrait conduire à un très grand danger », a-t-il encore ajouté. « La grande réalisation de l'Europe c'est la paix politique, mais elle n'est pas éternelle… Si on ne prend pas les bonnes décisions, l'Histoire peut se retourner contre nous », a conclu Jan Vincent-Rostowski.

Déjà, en mai 2010, la chancelière Angela Merkel tenait les mêmes propos : « Si l’euro échoue, c’est l’Europe qui échoue ». Le Parlement allemand doit prochainement déterminer l’avenir de l’euro, en fait, l’avenir de l’Union européenne. Après la décision de la Cour constitutionnelle allemande (qui a jugé légales, mercredi 7 septembre, les aides de Berlin pour lutter contre la crise de la zone euro), la chancelière a immédiatement annoncé qu’elle avait l’intention de continuer à défendre l’euro, car ce n’est pas seulement une monnaie commune, mais un « garant de l’Europe unie », et sans l’euro l’Union européenne s’effondrera.

Suite aux solutions apportées à la crise de la monnaie unique, Angela Merkel a fait face à un paradoxe. D’un côté, les journaux américains et européens la  blâment parce qu’elle a réagi trop tard à la crise de la dette dans la zone euro, et en a fait trop peu pour sauver la monnaie unique. De l’autre côté, les Allemands critiquent leur chancelière qui, selon eux, donne trop et trop vite pour le sauvetage des Grecs, des Irlandais et des Portugais, voire des Italiens et des Espagnols insouciants.

Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, a pour la première fois insinué ouvertement que si la Grèce continuait à ne pas remplir les conditions nécessaires pour être membre de la zone euro et pour son propre sauvetage, et si elle ne réduisait pas son immense déficit budgétaire, personne ne la retiendrait de force dans la zone euro : « Au final, c'est à la Grèce de savoir si elle peut remplir les conditions indispensables pour être membre de la zone de la monnaie commune », a t’il lancé !

© www.partiantisioniste.com/actualites/894
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte