› Président iranien Rohani : « Oui au dialogue, non à la reddition »
01
JUIL

Président iranien Rohani : « Oui au dialogue, non à la reddition »

Imprimer
Lundi, 01 Juillet 2013 [Section :  Actualités antisionistes]
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
Cet article a été partagé fois sur Facebook.  Faites le découvrir à vos amis !

Hassan Rohani, élu Président de la République islamique d’Iran le 14/06/13.Hassan Rohani, élu Président de la République islamique d’Iran le 14/06/13.Le nouveau Président iranien Hassan Rohani : « Oui au dialogue, non à la reddition »

Comme pour répondre à ceux qui le qualifient de « religieux modéré », le Président iranien récemment élu, cheikh Hassan Rohani, a affirmé, le 29 juin, que son gouvernement appliquerait une politique d’« entente constructive avec le monde » et défendrait « tous les droits de l'Iran ». Il a déclaré que « la modération ne signifie pas, en politique étrangère, reddition ou querelle. Elle signifie une entente constructive et effective avec le monde. Dans un discours modéré, le réalisme est un principe de base en tenant compte des valeurs et des idéaux de la République islamique ».

« L'entente constructive avec le monde et le dialogue avec les autres doivent être menés sur la base de l'égalité et du respect mutuels des intérêts [...] et de la confiance mutuelle. Le message des électeurs était un message de paix et de réconciliation, un message d'unité et de cohésion nationale. Un message du refus de la violence et de l'extrémisme », a-t-il expliqué avant d’ajouter que « tout le monde doit comprendre ce message et y répondre de manière appropriée ».

« Les Iraniens ont choisi d’emprunter un nouveau chemin […]. Ils ont voulu dire qu'ils voulaient le changement […]. Le prochain gouvernement est engagé par le vote de la majorité de la population […] et le chemin choisi est celui de la modération », a-t-il poursuivi.

Il a affirmé que l'élection du 14 juin « avait mis un terme à toutes les ambiguïtés et à toutes les questions sur la légitimité du régime islamique. Cette épopée électorale est une autre victoire pour l’Iran », avant de conclure que « le prochain gouvernement ne sera pas partisan, il n'est redevable à aucun parti ou tendance politique. Il utilisera les personnalités les plus compétentes issues de toute tendance politique, à condition qu'elles soient modérées ».

© www.partiantisioniste.com/actualites/1607
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte