› Actualités antisionistes
28
JUIN
L’Egypte au bord du chaos ? Imprimer
Vendredi, 28 Juin 2013 [Liste des articles]
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
Cet article a été partagé fois sur Facebook.  Faites le découvrir à vos amis !

Mohamed Morsi, Président de la République arabe d'Égypte depuis le 30/06/12.Mohamed Morsi, Président de la République arabe d'Égypte depuis le 30/06/12.L’Egypte au bord du chaos ?

La nomination, le 16 juin, de 7 nouveaux gouverneurs issus des Frères musulmans (leur chiffre passe à 11 sur 27), notamment celle d’un membre de l'al-Jamaa al-Islamiya, groupe impliqué dans les attaques terroristes de Louxor de 1997, a provoqué l’indignation à travers toute l’Egypte. Il a dû démissionner le 23 juin, mais cela n’a pas suffi à calmer les tensions qui ont dégénéré en heurts entre partisans et opposants du président égyptien, causant la morts 5 personnes et en blessant 242 autres.

A l’approche de la manifestation prévue dimanche 30 juin contre le président Mohamed Morsi, les tensions ont redoublé. Les opposants, qui réclament plus de liberté et de justice sociale, affirment avoir réuni 15 millions de signatures pour la tenue d'une élection présidentielle anticipée. De leur côté, les partis islamistes ont appelé à manifester pour la légitimité du président égyptien, pour une durée illimitée à partir de vendredi 28 juin.

Un an après son accession au pouvoir, le président Morsi se sent menacé, il propose des réformes et annonce l’étude d’un éventuel amendement de la Constitution, dont le texte est contesté par les opposants qui le jugent non représentatif du peuple égyptien et qui tend à islamiser la législation égyptienne.

« La polarisation politique et les conflits ont atteint un stade qui menace notre expérience démocratique naissante et qui menace d'entraîner l'ensemble de la nation dans un état de paralysie et de chaos » a déclaré, le 26 juin 2013, le président Mohamed Morsi, lors d'un discours télévisé. Il a reconnu avoir commis des erreurs, mais il a également accusé, sans les nommer, les « ennemis de l'Egypte » coupables à ses yeux de vouloir saboter le système démocratique issu de la révolution de 2011.

Le 30 juin, le président égyptien ne pourra pas compter sur le soutien du patriarche orthodoxe Théodore II qui a déclaré que les Coptes étaient libres de manifester, ni sur celui du grand Imam de la mosquée d’al-Azhar, Ahmed al-Tayyeb selon lequel, s’opposer au président n’est pas contraire à l’Islam. En revanche, il aura l’appui des Frères musulmans qui se font un devoir de le soutenir. Quant au ministre de la Défense égyptien, il a d’ores et déjà annoncé que les forces armées interviendraient « pour empêcher l'Egypte de plonger dans un tunnel sombre de conflits et de troubles » …

© www.partiantisioniste.com/actualites/1604
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
 
25
JUIN
L’emprise grandissante des médias aux ordres de la politique américano-sioniste ! (Laurent Louis) Imprimer
Mardi, 25 Juin 2013 [Liste des articles]
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
Cet article a été partagé fois sur Facebook.  Faites le découvrir à vos amis !

Laurent Louis, député independant belge (Lille, 22/06/13).Laurent Louis, député independant belge (Lille, 22/06/13).L’emprise grandissante des médias aux ordres de la politique américano-sioniste ! (Laurent Louis)

Samedi 22 juin 2013, s’est tenue à Lille une conférence en présence de Laurent Louis, député indépendant belge. Cette conférence, organisée par un collectif hétéroclite de militants épris de justice, avait pour but de dénoncer l’emprise grandissante du pouvoir médiatique, lui-même lié aux pouvoirs politiques et financiers.

Qualifié par ses détracteurs « d’accident de la démocratie », Laurent Louis dénonce ces médias qui imposent une lecture univoque et bien-pensante de l’information. Son souhait est de créer des ponts entre les communautés afin de contrecarrer celle des élites, dont le but est de faire passer autrui pour une menace afin de mieux justifier une agression…

Il dénonce, sans langue de bois, la politique americano-sioniste, à l’origine des pseudo « Printemps arabes ».

« Lorsqu’on parle de la Syrie, on est obligé de parler d’Israël, parce que ce qui se joue en Syrie aujourd’hui, c’est la mise en œuvre du plan du Grand Israël, ce plan dont on ne parle presque jamais. C‘est pourtant un projet qui est mis en œuvre depuis les fameux "Printemps arabes", qui ne sont pas de véritables révolutions, selon moi, ce sont des mouvements organisés et mis en œuvre depuis l’étranger, souvent au Qatar et en Arabie saoudite. Ces faux pays musulmans, ces faux pays arabes défendent aujourd’hui une politique américano-sioniste, qui participe à 100% au projet américain. 

Bernard Henri-Levy a dit : "Ces "Printemps arabes" sont bons pour Israël". Oui ils sont bons, parce que la volonté qui était mise en œuvre, c’est de porter au pouvoir des Islamistes dans les pays tels que la Lybie, la Tunisie, l’Egypte et maintenant la Syrie. Je crains que l’Algérie ne soit bientôt la prochaine cible, vu l’état de santé du président Bouteflika ! Je crois que l’Algérie sera au centre des prochains événements, mais il faut d’abord finir le dossier syrien avant de s’attaquer à l’Algérie. Ils tombent tous les uns après les autres.  On constate, aujourd’hui, que partout dans les pays du Nord de l’Afrique, il faut placer des gouvernements islamiques  pour qu’Israël puisse, à un moment donné, dire qu’il y a des terroristes qui sont une menace pour l’Europe, les Etats-Unis et pour Israël aussi. Il faut donc absolument lancer des opérations militaires contre ces pays parce qu’ils menacent la sécurité d’Israël, ce pays sacré que personne ne peut toucher et qu’on ne peut pas critiquer au risque d’être qualifié d’antisémite. On peut critiquer le gouvernement belge, on peut critiquer le gouvernement Hollande mais on ne peut pas critiquer le gouvernement israélien !

Concernant la Syrie, la stratégie est de faire tomber Bachar al-Assad, qui est un président modéré, qui n’est pas un islamiste radical, qui n’a jamais opprimé son peuple sinon pourquoi Sarkozy l’aurait invité au défilé du 14 juillet il y a quelques années ? C’est donc pour permettre à Israël d’étendre son influence. Il est difficile d’occuper plus de territoires en Palestine parce que, bientôt, il n’y aura plus de Palestine du tout, il est donc temps d’aller en Syrie, en Irak, et comme par hasard, l’Irak aussi est tombée, puis l’Egypte puisque c’est le projet du Grand Israël, qui est d’aller du Nil jusqu’à l’Euphrate. Et si vous regardez les pays qui sont concernés, vous voyez que ce sont des pays qui sont aujourd’hui destabilisés. Après,  si ce n’est pas l’Algérie, ce sera la Jordanie parce que c’est une certitude. Pour que ce projet du Grand Israël ne soit pas trop visible, il faut faire croire à des révolutions populaires. Tout ceci n’est possible qu’avec le soutien des pays arabes traîtres, tels le Qatar et l’Arabie saoudite, des pays musulmans qui donnent une très mauvaise image de l’Islam et qui devraient être condamnés par les vrais musulmans, ceux qui prônent un discours de paix, comme le prônent l’Islam et le Coran. Ce n’est que de cette façon que nous mettrons un terme à cette désinformation. »

Lors de cette conférence, d’autres intervenants se sont exprimés sur les stratégies géopolitiques et sur les manipulations médiatiques.

Le Parti Anti Sioniste soutient cette initiative dans le Nord de la France, et appelle tous les amoureux de justice et de paix à rejoindre les rangs de la Résistance.

Parti Anti Sioniste

© www.partiantisioniste.com/actualites/1600
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
 
20
JUIN
Syrie : Le cheikh salafiste al-Arifi appelle au djihad avant d’aller en vacances à Londres ! Imprimer
Jeudi, 20 Juin 2013 [Liste des articles]
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
Cet article a été partagé fois sur Facebook.  Faites le découvrir à vos amis !

Cheikh Mohamed al-Arifi, prédicateur salafiste saoudien.Cheikh Mohamed al-Arifi, prédicateur salafiste saoudien.Syrie : Le cheikh salafiste Mohamed al-Arifi appelle au « djihad » avant d’aller en vacances à Londres !

De vives critiques peuvent être lues sur Twitter et dans les journaux saoudiens, à l’encontre du célèbre prédicateur salafiste saoudien Mohamed al-Arifi qui, après avoir lancé son appel aux jeunes d’aller combattre en Syrie, s’envole pour Londres.

Le quotidien saoudien Okaz a baptisé al-Arifi, « cheikh des moudjahidines à Piccadilly », l’une des artères de Londres. A la dernière page du journal, il est écrit : « Le cheikh des moudjahidines a déclaré le Djihad. Les cris des fidèles se sont élevés, répondant positivement à son appel. A la grande surprise de tous, le cheikh réserve en première classe pour passer l’été à Londres […] Du point de vue militaire, le cheikh possède cinq millions d’adeptes qui suivent quotidiennement Twitter. […] Le commandant des jeunes se trouve dans la capitale du brouillard, allongé sur le lit de l’un des plus luxueux hôtels de Londres, pendant que des centaines de jeunes, partis en Orient, meurent chaque jour, suite à son appel retentissant »…

Dans le quotidien saoudien Dammam, on pouvait lire : « L’homme n’a jamais dit qu’il vivait dans l’austérité […] Laissez-le tranquille et allez au djihad auquel il vous a appelé et cessez de le pourchasser, pauvre Arifi ! »

Un Tweetteur a souhaité que l’on dépose plainte contre al-Arifi tant qu’il se trouvait à Londres. De son côté, al-Arifi a prétendu avoir visité des sociétés islamiques pour ensuite diffuser leurs programmes sur la chaîne internationale Iqraa ; il affirme s’être rendu à la plus importante chaîne islamique anglophone pour se mettre d’accord sur la façon de couvrir les événements en Syrie…

Ils sont de plus en plus nombreux comme al-Arifi à faire le jeu du sionisme. Ils complotent contre la Syrie et manipulent les plus faibles d’entre les musulmans, notamment les jeunes, en leur faisant miroiter le « djihad » et les poussent à assassiner d’autres musulmans, leurs frères !

© www.partiantisioniste.com/actualites/1592
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
 
20
JUIN
G8 / Syrie : Divergences entre la Russie et les pays occidentaux Imprimer
Jeudi, 20 Juin 2013 [Liste des articles]
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
Cet article a été partagé fois sur Facebook.  Faites le découvrir à vos amis !

Barack Obama et Vladimir Poutine, au sommet du G8 (Lough Erne, Irlande du Nord, 17/06/13).Barack Obama et Vladimir Poutine, au sommet du G8 (Lough Erne, Irlande du Nord, 17/06/13).G8 / Syrie : Divergences entre la Russie et les pays occidentaux

A Lough Erne en Irlande du Nord, les 17 et 18 juin 2013, s’est déroulé le sommet des huit plus grandes puissances mondiales, le G8. Après plusieurs heures de discussions franches entre les dirigeants concernant la question syrienne, les membres du G8 sont arrivés à un seul accord : organiser dans les meilleurs délais, la conférence dite Genève 2, annoncée au début du mois de mai par Moscou et Washington.

Cette conférence consistera à réunir tous les acteurs principaux autour d’une table des négociations afin de trouver un compromis, et de désigner un gouvernement transitoire formé par consentement mutuel et ayant les pleins pouvoirs exécutifs afin d’arrêter ce conflit.

La déclaration finale du G8 laisse sous-entendre un avenir aux forces de sécurité – notamment militaires – du régime, qui doivent être préservées ou rétablies pour maintenir « la continuité des institutions de l'Etat », mais elle lance un appel à peine voilé aux cadres du régime à lâcher Bachar al-Assad !

« Parvenir à un accord n’a pas été facile » avoue David Cameron, Premier ministre britannique. Le point de divergence entre M. Poutine et les autres hôtes du sommet réside dans le soutien inébranlable accordé par la Russie au Président syrien Bachar al-Assad, tandis que les autres membres du G8 continuent à encourager les rebelles à renverser le régime actuel. Un bras de fer entre la Russie et la Grande-Bretagne a eu lieu. Selon Vladimir Poutine, « seuls les Syriens peuvent décider de l’avenir de leur pays avec leur Président », alors que pour David Cameron « il est impensable qu’Assad joue un rôle quelconque dans l’avenir de son pays » !

Le G8 est contraint de constater la gravité de la menace grandissante du terrorisme et de l’extrémisme parmi la rébellion, qui prend une tournure de conflit intercommunautaire. Malgré cela, les grandes puissances continuent d’armer et de financer les terroristes.

Alors pourquoi Bachar al-Assad est-il l’homme à abattre ?

N’est-ce pas le président syrien qui est entrain de reconquérir toutes les régions prises par les terroristes étrangers, lesquels sèment le chaos et versent le sang des innocents en Syrie ? D’ailleurs, lors d’un entretien accordé au journal allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung, le président syrien a estimé que la raison pour laquelle la crise en Syrie se prolongeait, était due au facteur extérieur qui, politiquement et militairement, persistait à vouloir renverser le régime. « Je ne  quitterai pas  le pouvoir dans le contexte actuel, ce serait une trahison nationale ! » a déclaré Bachar al-Assad, bien que ce soit ce que souhaitent les Occidentaux  et les terroristes, ennemis de la nation.

La voix diplomatique est la seule issue à cette crise syrienne. Cela dit, la déclaration finale du G8 sur la crise syrienne reflète les profondes divergences entre la Russie et les autres membres qui renforcent leur appui à la rébellion criminelle. Les deux jours de tractations intenses lors du sommet, qui s’est achevé mardi 18 juin, n’ont pas permis d’infléchir la position de Vladimir Poutine sur le dossier syrien… 

© www.partiantisioniste.com/actualites/1593
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
 
19
JUIN
Syrie : « Envoyer des armes revient à les remettre entre les mains de fous ! » (Maire de Londres) Imprimer
Mercredi, 19 Juin 2013 [Liste des articles]
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
Cet article a été partagé fois sur Facebook.  Faites le découvrir à vos amis !

Boris Johnson, maire de Londres depuis 2008.Boris Johnson, maire de Londres depuis 2008.Syrie : « Envoyer des armes revient à les remettre entre les mains de fous ! » (Maire de Londres)

A l’instar du président russe Vladimir Poutine, le maire de Londres Boris Johnson a rejeté toute idée de livrer des armes à l’opposition syrienne et a appelé à l’organisation d’une conférence à laquelle participerait l’Iran !

Réagissant aux propos du Premier ministre britannique David Cameron qui souhaite l’envoi d’armes en Syrie, le maire de Londres lui répond dans un article paru le 17 juin dans le Daily Telegraph : « Une telle décision ferait tomber les armes entre les mains de fous », ajoutant que « le moment est venu de cesser le feu complètement et de mettre un terme à la folie » !

Il ajoute qu’« il est temps pour les Etats-Unis, la Russie, l'Union européenne, la Turquie, l'Iran, l'Arabie saoudite et tous les intervenants de participer à une conférence et de tenter de mettre fin à ce carnage. Nous ne pouvons pas utiliser la Syrie comme une arène géopolitique pour marquer des points ou pour des démonstrations de force. Nous n’obtiendrons aucun cessez-le feu en mettant des armes entre les mains de fous ».

Le maire de Londres n’est pas le seul à tenir ce discours. Nombreux sont les Conservateurs britanniques à s’opposer à l’envoi d’armes en Syrie, tel le député Julian Lewis, qui déclare que ce serait « suicidaire » pour la Grande-Bretagne…

Le président russe Vladimir Poutine, en visite chez le Premier ministre britannique David Cameron à Londres, la veille de la parution de cet article et la veille du G8, a fait allusion à une vidéo diffusée sur internet, qui montraient des rebelles mangeant les organes d'un soldat syrien : « Pensez-vous vraiment armer des gens qui ont mangé des organes humains ? Vous ne nierez pas que l’on n’ait pas vraiment besoin de soutenir des gens qui non seulement tuent leurs ennemis, mais aussi dissèquent les corps et mangent les intestins devant le public et les caméras. S’agit-il des personnes que vous souhaitez prendre en charge ? Cela n'a rien à voir avec les valeurs humanitaires prônées depuis des siècles en Europe. Nous, la Russie, jusqu’à preuve du contraire, nous armons le gouvernement légitime de la Syrie [dans le respect des règles internationales, ndlr] »...

L’Occident cherche par tous les moyens à vendre ses armes et prend, à ce titre, de gros risques qu’il regrettera car il est certain qu’une partie de ces armes inonderont prochainement l’Europe… Il est surprenant d’écouter le double langage occidental qui d’une part, prône une solution politique au conflit syrien et souhaite l’organisation rapide d’un Genève II mais qui d’autre part, fait tout lors du G8, pour que la Russie accepte la livraison d’armes en Syrie ! Cherchez la cohérence…

Parti Anti Sioniste

© www.partiantisioniste.com/actualites/1591
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
 
«DébutPrécédent61626364656667686970SuivantFin»