› Actualités antisionistes
09
AVR
Bahreïn, Syrie, Iran : Les mensonges et manipulations de CNN ! Imprimer
Mardi, 09 Avril 2013 [Liste des articles]
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
Cet article a été partagé fois sur Facebook.  Faites le découvrir à vos amis !

Amber Lyon : « J’ai choisi le journalisme pour dire la vérité et non pas pour la cacher ! »Amber Lyon : « J’ai choisi le journalisme pour dire la vérité et non pas pour la cacher ! »Bahreïn, Syrie, Iran : Les mensonges et manipulations de CNN !

Le quotidien britannique Guardian a révélé que la correspondante de la chaîne d’information télévisée américaine CNN, Amber Lyon, a été licenciée en mars 2012, parce qu’elle avait refusé d’obtempérer suite aux pressions exercées de la chaîne et du gouvernement bahreïni.

CNN, chaîne d’information télévisée américaine qui diffuse à travers le monde, avait demandé à sa correspondante Amber Lyon, en avril 2011, d’ajouter des informations mensongères au documentaire qu’elle venait d’achever sur la situation au Bahreïn. Il lui était notamment demandé d’ajouter que le ministre bahreïni des Affaires étrangères appelait à ne pas ouvrir le feu sur les manifestants ou que l’activiste Nabil Rajab fabriquait de fausses photos de présumées blessures des manifestants…

Sur son compte Twitter, Amber Lyon avait indiqué que la plupart des activistes interviewés, dont Nabil Rajab et un médecin, avaient été détenus par les autorités. Elle-même et son équipe avaient été arrêtées en mars 2011. La presse bahreïnie l’avait alors accusé d’avoir menti dans son documentaire. « C’est alors que j’ai réalisé à quel point le gouvernement bahreïni était prêt à mentir. J’ai compris ainsi la nécessité de dénoncer ce régime et sa répression exercée contre le peuple et les activistes arrêtés », avait alors déclaré la correspondante. Mais ses déboires ne se faisaient que commencer… De retour aux Etats-Unis, elle fut surprise du refus de la CNN de diffuser son documentaire, estimé à 100.000 dollars et qui comprenait les témoignages des familles d’activistes torturés et des images choc sur les tirs des forces de sécurité contre les manifestants.

Par ailleurs, Amber Lyon rapportait qu’elle recevait du gouvernement américain, l’ordre d’envoyer de fausses informations ou d’en exclure d’autres, l’objectif du gouvernement étant de faire pencher l’opinion publique américaine en faveur d’une attaque contre l’Iran et la Syrie ! Selon la correspondante, les médias américains font volontairement de la propagande contre l’Iran, afin de gagner le soutien populaire et justifier une invasion militaire contre ce pays. Le même scénario avait été utilisé pour attaquer l’Irak en 2003 et aujourd’hui, ce sont l’Iran et la Syrie qui sont dans le collimateur et qui sont les cibles d’une « diabolisation constante » de la part des médias américains !

CNN perçoit de l’argent du gouvernement américain et des Etats alliés ; en échange, elle aligne sa ligne éditoriale sur leurs intérêts… La chaîne américaine n’en est pas à son premier coup d’essai. En effet, en 2010, le responsable des relations presse au sein du Hezbollah, Ibrahim Moussawi, avait qualifié de « terrorisme intellectuel », le licenciement de la journaliste spécialiste du Moyen-Orient pour CNN, Octavia Nasr, pour avoir exprimé sur Twitter, sa tristesse suite au décès de l'Ayatollah Seyyed Mohammad Hussein Fadlallah ! Le responsable des relations presse avait alors souligné que cette mesure révélait le deux poids, deux mesures de l'Occident vis-à-vis des questions de la région et démasquait les Etats-Unis qui prétendent protéger la liberté d'expression…

Sur son compte Twitter, Lyon Amber écrit : « Les menaces de la chaîne ne m’ont pas fait peur, on cherche à me faire taire. J’ai choisi le journalisme pour dire la vérité et non pas pour la cacher » 

© www.partiantisioniste.com/actualites/1463
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
 
07
AVR
Irlande : Un syndicat d'enseignants vote le boycott académique d’Israël ! Imprimer
Dimanche, 07 Avril 2013 [Liste des articles]
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
Cet article a été partagé fois sur Facebook.  Faites le découvrir à vos amis !

Vote à l’unanimité du Syndicat des enseignants d’Irlande en faveur du boycott académique d’Israël !Vote à l’unanimité du Syndicat des enseignants d’Irlande en faveur du boycott académique d’Israël !Irlande : Un syndicat d'enseignants vote le boycott académique d’Israël !

Lors de son congrès annuel du 4 avril 2013, le « Teacher’s Union of Ireland » (TUI, syndicat des enseignants d’Irlande) est devenu le premier syndicat académique en Europe à répondre positivement à l’appel palestinien pour un boycott académique d’Israël. La motion, qui fait référence à Israël en tant qu’ « Etat d’apartheid », appelle « tous ses membres [14 500 personnes] à cesser toute collaboration académique et culturelle avec Israël, y compris les échanges d’étudiants, de scientifiques, de personnalités du monde académique, et toute collaboration dans les programmes de recherche ». Elle a été votée à l’unanimité pendant la session du matin.

La motion appelle le Congrès irlandais des syndicats « à intensifier sa campagne pour le boycott, le désinvestissement et les sanctions (BDS) contre l’Etat d’apartheid d’Israël jusqu’à ce qu’il lève le siège de Gaza et son occupation illégale de la Cisjordanie, et accepte de se conformer au Droit international et aux Résolutions des Nations Unies prises à son encontre. » Elle appelle également le TUI à lancer une campagne d’information parmi ses membres sur la nécessité du BDS […].

Dans son allocution qui a suivi le passage réussi de la motion, Jim Roche, professeur à l'Ecole d'Architecture de l'Institut Technologique de Dublin (DIT) et membre de la branche syndicale du TUI a dit : « Je suis très heureux que cette motion ait été entérinée avec un tel soutien de la part des membres du TUI, et tout spécialement en ce jour qui fait suite à la mort de deux adolescents palestiniens hier, tués par les tirs des forces de l’occupation israélienne. BDS est une méthode noble et non-violente de résistance au militarisme israélien, à l’occupation et à l’apartheid, et il n’est pas question de laisser Israël mettre en place des politiques d’apartheid contre les Palestiniens. En fait, de nombreux vétérans de la lutte contre l’apartheid en Afrique du Sud ont même dit que c’est pire que ce qu’ils ont vécu. »

M. Roche a souligné la situation désespérée du système éducatif palestinien sous occupation, déclarant que : « Les Palestiniens se battent pour avoir droit à l’éducation dans des conditions extrêmement difficiles. Ils en sont avides, comme en témoignent les nombres élevés d’étudiants dans l’enseignement supérieur, à l’intérieur et à l’extérieur des territoires occupés. L’éducation a toujours été une cible de l’occupation israélienne, se traduisant par des fermetures imposées aux universités, des blocages aux check points, des régimes de fermeture et de couvre-feu, et des arrestations qui touchent à la fois étudiants et enseignants, également battus, voire tués…

Parfois, comme lors de l’attaque sur Gaza perpétrée en 2008-09, les structures éducatives sont militairement attaquées. Il se trouve que je rentre juste d’une mission de solidarité à Gaza où j’ai eu l’occasion de m’entretenir directement avec des éducateurs palestiniens et des étudiants et d’écouter leurs difficultés. Le vote à l’unanimité de cette motion montre que la lutte des Palestiniens pour la liberté, dans laquelle la liberté académique est un élément essentiel, a trouvé un écho parmi les membres du TUI, et envoie un message fort de solidarité à leurs homologues de Palestine. »

M. Roche conclut : « Nous avons proposé cette motion parce que nous croyons que les mouvements syndicaux ont un rôle primordial à jouer pour aider à faire pression, comme cela a été le cas en Afrique du Sud, afin que cesse l’occupation et l’apartheid israéliens. Je suis fier que le TUI ait adopté une position claire, et soutienne désormais un boycott académique total en ligne avec l’appel palestinien de BDS. »

Le Docteur David Landy, membre de la « Campagne de solidarité Irlande-Palestine » et membre fondateur des « Universitaires pour la Palestine » a accueilli la motion par cette déclaration : « Il s’agit d’un précédent historique, la première motion de cette sorte à être votée en Europe, qui appelle explicitement à un boycott académique d’Israël. Nous félicitons le TUI et appelons tous les syndicats universitaires irlandais, britanniques et européens à déposer des motions similaires. Il ne fait aucun doute que les apologistes de l’apartheid israélien se plaindront du fait que de telles motions étouffent la liberté académique, mais cette allégation est absurde. L’appel palestinien au boycott académique d’Israël consiste en un boycott institutionnel, non un boycott d’individus. Ironiquement, ceux qui seront prompts à se plaindre au sujet de cette motion, n’auront pas le moindre mot pour condamner le boycott imposé de facto par Israël sur l’éducation palestinienne, ni ses attaques permanentes contre l'enseignement palestinien, les étudiants et les éducateurs. »

Source : www.ipsc.ie
Source (traduction) : www.ism-france.org

© www.partiantisioniste.com/actualites/1461
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
 
06
AVR
Syrie : Le conflit n’est pas ce que l’on croit ! Imprimer
Samedi, 06 Avril 2013 [Liste des articles]
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
Cet article a été partagé fois sur Facebook.  Faites le découvrir à vos amis !

Lors d’une émission télévisée, l’analyste du Moyen-Orient et rédacteur en chef du journal al-Quds, Abd el Bari Atwan, expose sa vision de la situation concernant le conflit syrien.

Le monde entier pense qu’il s’agit d’une opposition entre deux clans, d’un côté les pro-régime et de l’autre les opposants au régime, alors que la réalité est toute autre. Il existe un troisième protagoniste, c’est le mouvement du Front al-Nosra (Djabhat al-Nusra), qui joue le rôle le plus important dans les massacres en Syrie et qui décidera de l’avenir de la Syrie…

Cet expert nous explique l’implication de cette organisation et celle de l’Occident dans les événements de la Syrie, qui plongent jour après jour ce pays dans le chaos. Quel sera l’avenir du peuple syrien, se demande-t-il ?

Syrie : Le conflit n’est pas ce que l’on croit !
Code lecteur :

« L’occident ne s’intéresse pas au peuple syrien, ce qui l’intéresse ce sont les armes ! »

© www.partiantisioniste.com/actualites/1459
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
 
06
AVR
Yémen : Manifestation en solidarité avec la Syrie, son peuple et ses dirigeants Imprimer
Samedi, 06 Avril 2013 [Liste des articles]
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
Cet article a été partagé fois sur Facebook.  Faites le découvrir à vos amis !

Marche en soutien à la Syrie (Sanaa, Yémen, 05/04/13).Marche en soutien à la Syrie (Sanaa, Yémen, 05/04/13).Yémen : Manifestation en solidarité avec la Syrie, son peuple et ses dirigeants

Des centaines de Yéménites ont organisé, le 5 avril, à Sanaa (capitale du Yémen), une marche imposante en signe de solidarité avec la Syrie et d'appui à sa résistance face à l'offensive terroriste sauvage et au complot régional et occidental qui la visent.

Les participants à la marche ont livré, au chef de la mission diplomatique syrienne au Yémen, un message de solidarité avec la Syrie, ses dirigeants et son peuple.

 Ils ont affirmé dans leur message, leur appui total à la Syrie et leur confiance en sa capacité de vaincre tous ses ennemis.



Les manifestants ont également mentionné leur appui absolu aux positions nationales et patriotiques du régime syrien.

 Ils estiment que la Syrie paie, actuellement, le prix de son appartenance nationale et son rôle central face aux plans sionistes et colonialistes.

© www.partiantisioniste.com/actualites/1457
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
 
05
AVR
Syrie : Un conflit virtuel pour des massacres réels, pourquoi ? Imprimer
Vendredi, 05 Avril 2013 [Liste des articles]
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
Cet article a été partagé fois sur Facebook.  Faites le découvrir à vos amis !

« Deux ans de conflit, deux ans de virtualité, mais la Syrie résiste toujours ! »« Deux ans de conflit, deux ans de virtualité, mais la Syrie résiste toujours ! »Syrie : Un conflit virtuel pour des massacres réels, pourquoi ?

Quelque part, il doit y avoir quelqu’un qui est en train de se livrer à des expériences sur les humains. Ces expériences viseraient à tester jusqu’où on peut remplacer le réel par le virtuel sans que les humains ne s’en rendent compte. Depuis quelques années, on assiste à toutes les formes possibles de falsifications et de distorsion de la réalité ayant des conséquences concrètes sur notre vie quotidienne et même servant de base pour toutes nos décisions. Si expérimentation il y avait, l’expérience serait concluante. Notre vie réelle peut bel et bien être basée sur du virtuel.

Ceux qui ont compris cette facette de l’esprit humain, l’utilisent sans vergogne pour réaliser leurs desseins. La méthode en est fort simple. On commence d’abord par faire comme si, on mettait en place des situations à partir desquelles se créeront d’autres situations qui, elles-mêmes, serviront de bases pour encore d’autres développements, et ainsi de suite, le tout tendant à aller vers l’objectif final. A une certaine étape, on en a oublié la fausseté initiale pour ne voir que l’enchainement logique des événements au moment où on les observe. Cette méthode a été utilisée à maintes reprises, notamment dans la création des états, après la seconde guerre mondiale. L’état d’Israël en est un bel exemple, mais pas seulement. La plupart des états africains aussi. Ces états créés artificiellement, consacrant des peuples qui n’en sont pas, divisant des populations qui elles, formaient de vrais peuples, sont devenus des réalités sociologiques, économiques et politiques, sources de conflits et de guerres.

Avec le 21ème siècle, on atteint les sommets en matière de transformation du virtuel en réalité. Grâce à l’accroissement des vecteurs de l’information et du règne de l’image sur nos vies, les techniques se sont affinées. Les dernières innovations de ces techniques sont en train de s’appliquer à la Syrie. Après deux ans de manipulation où chaque situation découle de la situation précédente, on vient de passer à une étape supplémentaire visant à éliminer l’obstacle Assad, en une sorte de plan B ou C (on ne les compte plus). Quels sont les nouveaux développements ?

Après avoir créé un peuple syrien virtuel, opposé à Bachar al-Assad car maltraité de tout temps par une dictature toute aussi virtuelle, on enchaine par des événements logiques découlant de cette virtualité. Une Coalition nationale d’opposition (ne tenant aucun compte de l’opposition déjà existante) est vite créée pour résister à l’oppression. Pour se défendre des massacres virtuels, la Coalition se dote d’une armée composée de combattants syriens virtuels (mais terroristes djihadistes authentiques) qui mettent la Syrie à feu et à sang. Comme on peut s’y attendre, ces combattants confrontés à une armée régulière tombent comme des mouches. Mais, paradoxalement, ils ne meurent jamais. Dès qu’un djihadiste tombe, il se transforme aussitôt en civil, faisant ainsi que l’Armée syrienne tue des civils virtuels en masse.

Deux ans de conflit, deux ans de virtualité, et la Syrie résiste toujours. Tous les scénarios habituels ont été tentés, en vain. Le scénario à l’irakienne, avec ses tentatives de soudoyer les généraux, n’a rien donné. Le scénario libyen, avec ses défections de hautes personnalités, non plus. Les massacres organisés à la roumaine, pas d’avantage. Le tout dans une ambiance de terrorisme au quotidien comme au Pakistan, en Afghanistan et en Irak, un terrorisme semblant dire : « nous sommes toujours là, nous ne lâcherons rien, nous avons encore assez de réserve de chair humaine pour vous faire plier… ».

Puisque tous les scénarios classiques ont échoué, on en essaie d’autres, inédits, mais découlant toujours des situations antérieures. Une Coalition d’opposition existe déjà. Elle avait été virtuellement légitimée comme opposition officielle dès sa création. Dans la foulée, elle était devenue représentative du peuple syrien. Comment, en vertu de quoi, ça n’a aucune importance, on est encore dans le virtuel. Avec le terrain déjà ainsi préparé, il est aisé de passer à l’étape suivante. L’opposition devient un gouvernement. Il suffisait juste de lui mettre un Premier ministre à sa tête. Un pays en plein chaos, sans gouvernement légitime, accaparé par un clan, ayant une Coalition représentante du peuple contrainte à l’exil, ce pays avait tout à fait le droit de se choisir un gouvernement. Comment ne pas y avoir pensé plus tôt ?

Un Premier ministre, un gouvernement, il ne reste plus qu’à avoir des représentations à l’international. Quelques ambassadeurs sont déjà en place dans certaines capitales des amis virtuels de la Syrie. La Ligue « Arabe » vient d’octroyer le siège de la Syrie au gouvernement virtuel. Il est maintenant question d’aller chercher le fauteuil de l’ONU.

Toutes ces manœuvres ont une finalité : transformer un gouvernement virtuel en gouvernement légitime et envoyer le gouvernement légitime dans le néant et faire comme s’il n’avait jamais existé. Un vrai tour de passe-passe. Dans les jours ou semaines à venir, il est fort possible qu’on entende parler de l’armée syrienne comme d’une armée de mercenaires équipée et entrainée par le Hezbollah, l’Iran et Moscou. Bachar al-Assad deviendrait le chef des rebelles terrorisant des civils innocents. Sa tête sera peut-être mise à prix…

Ce scénario semble exagéré, mais pourtant, on a vu pire. Qui se souvient pourquoi il est possible à la France d’octroyer l’ambassade de Syrie à la Coalition ? On se rappelle que la France avait renvoyé l’ambassadrice syrienne à la suite des massacres de Houla, tout en sachant parfaitement de quoi il retournait. Malgré l’enquête ultérieure et malgré l’évidence, la France n’a pas changé sa position. En fait, une situation virtuelle n’a pas besoin d’être crédible. Son but est uniquement de servir de tremplin à d’autres événements, dans une sorte de course effrénée vers le but final qui, ici, est : « Bachar al-Assad doit partir ». Dans certains cas, il est même souhaitable que la situation initiale ne soit pas crédible, mais elle doit rester assez floue pour engendrer des prises de position tranchées sur des éléments invérifiables, ce qui permet d’occulter toute discussion sur les décisions prises par les metteurs en scène.

Par exemple, quand bien même Assad serait un dictateur, au nom de quoi faut-il aller tuer des Syriens pour le déloger ? Si l’Occident est investi du droit divin de supprimer les dictateurs, pourquoi celui-ci et pas celui-là ? Si on accepte que des milliers d’individus descendant dans la rue soient considérés comme représentatifs d’un peuple, pourquoi ne pas aussi l’accepter en France, en Espagne, en Grèce, en Arabie Saoudite ou au Bahreïn ? Il y a des questions comme celle-là à chaque étape des scénarios virtuels que l’on nous monte, mais tout est fait pour qu’il n’y ait pas lieu de les poser. On agit d’abord dans une sorte de réaction réflexe –et donc facilement compréhensible– laissant les questions complexes pour plus tard. Et plus tard, c’est jamais, car le déroulement des événements est tellement rapide qu’il ne sert plus à rien de s’interroger sur des événements qui sont déjà dépassés. A un stade avancé, toute interrogation autre que celles du moment est considérée comme du conspirationnisme, du négationnisme ou autres « ismes » créés pour la circonstance.

Dans le cas de la Syrie, nous en sommes à un stade très avancé. Ce qui s’est passé il y a deux ans ? C’est du passé. Les massacres de Houla ? Trop vieux. Même les armes chimiques commencent à s’estomper, alors que l’enquête à leur sujet a, à peine, commencé. Que sortira-t-il de ce nouveau scénario ? Sans doute rien, comme d’habitude, car l’obstacle à franchir est toujours là, se renforçant de jour en jour : la Russie. Malheureusement, les agresseurs continueront, tant qu’ils seront persuadés qu’ils y arriveront un jour. Tant qu’ils n’auront pas épuisé toutes les possibilités de « virtualisation » qu’offre le monde d’aujourd’hui !

Source : avicennesy.wordpress.com

© www.partiantisioniste.com/actualites/1455
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
 
«DébutPrécédent61626364656667686970SuivantFin»