› Actualités antisionistes
31
AOÛ
Discours du Guide suprême iranien lors du 16è Sommet du Mouvement des pays non-alignés Imprimer
Vendredi, 31 Août 2012 [Liste des articles]
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
Cet article a été partagé fois sur Facebook.  Faites le découvrir à vos amis !

16è Sommet des pays membres du Mouvement des non-alignés à Téhéran : Intervention du Guide suprême.16è Sommet des pays membres du Mouvement des non-alignés à Téhéran : Intervention du Guide suprême.Discours du Guide suprême iranien lors du 16è Sommet du Mouvement des pays non-alignés

Ce qui suit est le texte intégral du discours prononcé par l'Ayatollah Ali Khamenei, Guide suprême de la Révolution islamique, le 30 août 2012, lors de la séance d'ouverture du 16ème Sommet des pays membres du Mouvement des non-alignés à Téhéran.

Au nom d'Allah, le très Miséricordieux, le tout Miséricordieux

Louanges à Allah, le Seigneur des Mondes, paix et salut au grand prophète digne de confiance, à ses descendants infaillibles, ses compagnons élus et à tous les prophètes et les messagers, je souhaite la bienvenue aux honorables invités, aux dirigeants et aux délégations des pays membres du Mouvement des non-alignés, ainsi qu'à tous les autres participants de ce grand Sommet international.

Nous sommes réunis ici pour poursuivre en fonction des conditions actuelles et des besoins qui existent dans le monde, avec l'aide et la guidance de Dieu, un mouvement et un courant qui ont été fondés il y a six décennies, grâce à l'intelligence, la bonne foi et le courage de quelques dirigeants bienveillants et engagés, et pour donner à ce mouvement, une nouvelle vie et un nouveau dynamisme.

Nos invités se sont réunis ici à partir de lieux géographiques lointains et proches, et appartiennent à des nations et à des races différentes, avec différentes caractéristiques idéologiques, culturelles et historiques, mais comme Ahmad Sukarno, un des fondateurs de ce mouvement, l'a déclaré à la célèbre conférence de Bandung en 1955, la base du Mouvement des pays non-alignés n'est pas une convergence géographique, raciale et religieuse mais une convergence de besoins. A cette époque, les pays membres du Mouvement des non-alignés avaient besoin d'un lien qui pouvait les protéger des réseaux avides de pouvoir, arrogants et insatiables, et aujourd'hui, avec le perfectionnement et le développement des outils de l'hégémonie, ce besoin existe toujours.

Je tiens à souligner une autre vérité qui est que l'Islam nous a appris qu'en dépit de leurs différences raciales, linguistiques et culturelles, les êtres humains ont une nature unique qui les appelle à la pureté, à la justice, à la bienveillance, à la compassion et à la coopération, et que c'est cette nature humaine universelle qui guide les êtres humains vers le monothéisme et la connaissance de l'essence transcendante de Dieu, à condition qu'ils parviennent à trouver leur voie au milieu de ce dédale de motivations.

Cette vérité brillante a un tel potentiel qu'elle peut constituer le fondement et la force motrice de sociétés libres, fières, progressives et justes. Elle peut permettre à la spiritualité de briller dans toutes les activités matérielles et terrestres des êtres humains, et leur créer un paradis terrestre avant le paradis céleste promis dans les religions divines. C'est cette vérité commune et universelle, qui peut constituer les bases d'une coopération fraternelle entre les nations qui ne partagent pas nécessairement les mêmes aspects extérieurs, les mêmes contextes historiques et les mêmes situations géographiques.

Chaque fois que la coopération internationale a été fondée sur cette base, les gouvernements ont établi des relations non pas sur la peur et les menaces, sur la cupidité et la recherche d'intérêts unilatéraux par le bais d'individus malhonnêtes et mercenaires, mais sur la base des intérêts sains et communs, et surtout des intérêts de l'humanité. De cette façon, les gouvernements peuvent préserver la sérénité de leur conscience et celle des peuples. Ce système fondé sur les valeurs, est à l'opposé de l'hégémonie établie, promue et appliquée par les puissances occidentales les siècles derniers, et par le gouvernement oppressif et agressif des Etats-Unis, dans le monde actuel.

Chers invités, aujourd'hui, après six décennies, les principales valeurs du Mouvement des pays non-alignés sont les mêmes et sont celles de la lutte contre le colonialisme, la recherche de l'indépendance politique, économique et culturelle, le non alignement sur les pôles de puissance et le développement de la solidarité et de la coopération entre les pays membres. Les réalités du monde actuel sont très éloignées de ces valeurs mais la volonté et les efforts collectifs pour changer les réalités existantes et atteindre ces valeurs, bien que confrontés à de nombreux défis, sont fructueux et prometteurs.

Dans un passé récent, nous avons été témoins de l'échec des politiques de l'époque de la guerre froide et de l'unilatéralisme qui l'a suivie. Ayant tiré des leçons de cette expérience historique, le monde est en mouvement vers un nouvel ordre international où le Mouvement des non-alignés peut et doit jouer un nouveau rôle. Ce nouveau système doit être fondé sur la participation de toutes les nations et l'égalité de leurs droits. Et en tant que membre de ce mouvement, notre solidarité est une nécessité évidente dans le contexte actuel pour l'établissement de ce nouvel ordre mondial.

Heureusement, les perspectives et les évolutions internationales sont prometteuses et annonciatrices d'un système multidimensionnel dans lequel les pôles traditionnels de puissance seront remplacés par des groupes de pays, de cultures et de civilisations, qui ont des revendications économiques, sociales et politiques différentes. Les événements extraordinaires dont nous avons été témoins au cours des trois dernières décennies, montrent que l'émergence de nouvelles puissances a coïncidé avec l'affaiblissement des anciennes puissances. Ce transfert progressif du pouvoir fournit aux pays non-alignés la possibilité de jouer un rôle efficace et digne, au niveau international, et de préparer le terrain pour une gestion juste et collective du monde. En dépit de leurs différentes perspectives et tendances, les pays membres de ce mouvement ont réussi à préserver leur solidarité et leurs liens pendant cette longue période, dans le cadre des valeurs communes, et ce n'est pas une chose simple et minime. Ce lien peut préparer le terrain pour la transition vers un système mondial juste et humain.

Les conditions actuelles ont procuré au Mouvement des non-alignés une occasion exceptionnelle. Notre point de vue est que la gestion du monde ne doit pas être exclusivement aux mains de quelques pays occidentaux. Il est possible d'établir et de garantir un système de gestion des affaires internationales, qui assure la participation de tous et soit global et démocratique. C'est ce dont ont besoin tous les pays qui ont été et sont encore, directement ou indirectement, lésés par les transgressions de quelques pays oppresseurs et hégémoniques.

La structure du Conseil de sécurité de l'ONU est illogique, injuste et complètement antidémocratique. C'est une dictature manifeste et un système ancien et obsolète, dont la date d'utilisation a expiré. C'est par le biais de ces abus dans ce mécanisme erroné, que les Etats-Unis et leurs complices ont réussi à dissimuler leur malfaisance sous des concepts nobles, et à s'imposer au monde. Ils protègent les intérêts de l'Occident sous le couvert des « droits de l'homme ». Ils interfèrent militairement dans d'autres pays au nom de la « démocratie ». Ils ciblent des personnes sans défense, dans les villages et les villes, avec leurs bombes et leurs armes sous le prétexte d'une « lutte contre le terrorisme ». De leur point de vue, l'humanité est divisée en citoyens de première, deuxième et troisième classe.

La vie humaine a pour eux, moins de valeur en Asie, en Afrique et en Amérique latine, et plus de valeur aux Etats-Unis et en Europe occidentale. La sécurité des Etats-Unis et de l'Europe est importante alors que la sécurité du reste de l'humanité n'a aucune importance. La torture et les assassinats sont autorisés et ignorés s'ils sont organisés par les Etats-Unis, les sionistes et leurs mercenaires. Leurs prisons secrètes dans différents lieux et différents continents où les prisonniers sans défense, n'ont pas d'avocat ni de jugement légal, et sont traités de la manière la plus hideuse et détestable, ne troublent point leur conscience. Le Bien et le Mal sont définis de façon totalement unilatérale et sélective. Ils imposent leurs intérêts aux nations du monde au nom du « droit international ». Ils imposent leurs exigences autoritaires et illégales, au nom de la « communauté internationale ». Par l'intermédiaire de leurs réseaux médiatiques, exclusifs et organisés, ils présentent leurs mensonges comme des vérités, les vérités comme des mensonges, et leur oppression comme des « efforts pour promouvoir la justice ». En revanche, ils qualifient chaque commentaire qui expose leur tromperie, de mensonge et chaque revendication légitime, de divagation.

Chers amis, cette situation défectueuse et dangereuse ne peut pas continuer. Tout le monde est fatigué de cette structure internationale illicite. Le mouvement des 99% de la population américaine contre les centres de richesse et de pouvoir aux Etats-Unis, et les protestations populaires en Europe occidentale contre les politiques économiques des gouvernements, montrent que les gens perdent patience et ne sont plus prêts à supporter davantage cette situation. Il est nécessaire de remédier à cette situation illogique. Un lien solide, logique et multilatéral entre les pays membres du Mouvement des non-alignés peut jouer un rôle important dans la recherche et la découverte d'un remède à cette situation.

Chers auditeurs, la paix et la sécurité internationales font partie des questions essentielles du monde actuel et l'anéantissement des armes à destruction massive est une nécessité urgente et une exigence commune. Dans le monde actuel, la sécurité est un phénomène qui concerne tout le monde et ne souffre aucun privilège. Ceux qui stockent ces armes destructrices dans leurs arsenaux, n'ont pas le droit de se présenter comme les porte-drapeaux de la paix mondiale. Sans aucun doute, cela est un danger pour leur propre sécurité. Malheureusement, nous voyons aujourd'hui, que les pays qui ont les plus grands stocks d'armes nucléaires ne sont pas déterminés à les éliminer de leur doctrine militaire et les considèrent encore comme une force de dissuasion et un avantage important dans leur position politique et internationale alors que cette hypothèse est totalement rejetée et condamnée.

Les armes nucléaires ne peuvent ni assurer la sécurité, ni renforcer le pouvoir politique. Elles sont plutôt une menace à la fois pour la sécurité et pour le pouvoir politique. Les événements qui ont eu lieu dans les années 90 ont montré que de telles armes n'ont pas pu protéger un régime comme celui de l'ex-Union soviétique et nous savons aujourd'hui, que certains pays sont exposés à des vagues d'insécurité malgré leurs bombes atomiques.

La République islamique d'Iran considère l'utilisation des armes nucléaires, chimiques et à destruction massive comme un péché impardonnable. Nous avons proposé le slogan « Un Moyen-Orient sans armes nucléaires » que nous respectons. Cela ne veut pas dire que nous sommes prêts à renoncer à l'énergie nucléaire pacifique et à la production de combustible. Conformément aux accords internationaux, l'utilisation de l'énergie nucléaire pacifique est un droit pour tous les pays. Tous les pays devraient être en mesure d'utiliser cette énergie saine pour répondre aux besoins vitaux de leur population et pouvoir exercer ce droit de façon indépendante. Quelques pays occidentaux qui sont eux-mêmes dotés d'armes nucléaires et les ont stockées de manière illégale, cherchent à monopoliser la capacité de produire du combustible nucléaire. Un mouvement secret a été lancé pour renforcer et maintenir le monopole sur la production et la vente de combustible nucléaire, de certains centres qualifiés « d'internationaux » mais sont en fait, aux mains de quelques pays occidentaux.

Le paradoxe de notre époque est que le gouvernement américain qui possède plus que tout autre pays, des armes nucléaires les plus meurtrières et d'autres armes de destruction massive, et qui est le seul à les avoir utilisées, se présente comme le leader de la lutte contre la prolifération des armes nucléaires. Eux et leurs partenaires occidentaux, ont équipé le régime des occupants sionistes d'armes nucléaires créant une grande menace dans cette région stratégique. Mais voilà que ce même groupe de menteurs ne tolère pas l'utilisation de l'énergie nucléaire pacifique dans des pays indépendants et fait tout pour empêcher la production de combustible nucléaire qui est utilisé dans la fabrication de produits radio-pharmaceutiques et à d'autres fins pacifiques. Leur prétexte est qu'ils craignent la production d'armes nucléaires. Dans le cas de la République islamique d'Iran, ils savent qu'ils mentent mais dans leur politique qui est complètement dépourvue de la moindre trace de spiritualité et de morale, le mensonge est monnaie courante. Comment un gouvernement qui menace d'attaques atomiques au 21ème siècle, sans aucune honte, aurait-il honte et éviterai-il de mentir ?

J'insiste sur le fait que la République islamique n'a jamais cherché à se procurer des armes nucléaires et qu'elle ne privera jamais le peuple de son droit légitime à utiliser l'énergie nucléaire à des fins pacifiques. Notre slogan est : « L'énergie nucléaire pour tous et les armes nucléaires pour personne ». Nous insisterons sur ces deux objectifs et nous savons que briser le monopole de quelques gouvernements occidentaux dans la production de l'énergie nucléaire, dans le cadre du traité de non-prolifération, est dans l'intérêt de tous les pays indépendants, en particulier des pays membres du Mouvement des non-alignés.

L'expérience réussie de la République islamique dans sa résistance contre les intimidations et les pressions tous azimut des Etats-Unis et de leurs complices, l'a totalement convaincue que la résistance d'une nation unie et déterminée, peut surmonter toutes les hostilités et les agressions, et ouvrir la voie vers ses nobles objectifs. Les progrès de notre pays au cours des deux dernières décennies, sont une réalité évidente que les observateurs officiels internationaux ont à maintes reprises, reconnue. Tous ces progrès ont été faits en période de sanctions, de pressions économiques et de propagande des réseaux affiliés aux Etats-Unis et au sionisme. Les sanctions que ces menteurs avaient qualifiées de « paralysantes » en réalité non seulement ne nous ont pas paralysés mais nous ont raffermis dans nos mesures, dans nos efforts et ont renforcé notre confiance en la justesse de nos analyses et aux capacités de notre nation. Nous avons à maintes fois, été témoins de l'assistance divine dans notre confrontation à ces défis.

Chers invités, il me semble nécessaire d'aborder une question très importante liée à notre région mais dont les vastes dimensions ont dépassé la région et ont influencé la politique mondiale pendant plusieurs décennies. Cette question est la question attristante de la Palestine. En résumé, suite à un horrible complot occidental et sous la direction de l'Angleterre dans les années 40, un pays indépendant doté d'une identité historique, appelé « Palestine », a été enlevé à son peuple par la force des armes, des meurtres et des tromperies, et a été remis à un groupe de personnes dont la majorité avaient immigré des pays européens. Cette grande usurpation qui fut initialement accompagnée de massacres de la population sans défense dans les villes et villages, a forcé les gens à quitter leur pays et à se réfugier dans les pays voisins et dure depuis plus de six décennies en s'appuyant sur les mêmes crimes. C'est une des questions les plus importantes de la communauté humaine. Les dirigeants politiques et militaires du régime usurpateur sioniste n'ont reculé devant aucun crime pendant cette période, il sont tué les gens, détruit leurs maisons et leurs fermes, arrêté et torturé les hommes, les femmes et même les enfants, humilié et insulté l'honneur d'une nation jusqu'à essayer de la faire digérer dans l'estomac vorace du régime sioniste, sans compter les attaques contre leurs camps en Palestine et dans les pays voisins qui ont accueilli des millions de sans-abri.

Les noms des villes de Sabra, Chatila, Qana, Deir Yassin et bien d'autres ont été écrits dans l'Histoire de notre région, avec le sang de la nation palestinienne opprimée. Après 65 ans, ces crimes des loups féroces sionistes se poursuivent contre ceux qui sont restés dans les territoires occupés. Ils commettent crimes après crimes, et créent sans cesse de nouvelles crises dans la région. Il y a rarement une journée qui se passe sans de nouveaux meurtres, assassinats et arrestations de jeunes qui se battent pour défendre leur patrie et leur honneur, et protestent contre la destruction de leurs fermes et leurs maisons. Le régime sioniste qui est responsable de ces assassinats, depuis des décennies, encourage le terrorisme, les guerres et les crimes, en déclenchant des guerres désastreuses, des génocides, l'occupation des territoires arabes et en faisant régner une terreur d'Etat dans la région et dans le monde, et qualifie de « terroriste » le peuple palestinien qui s'est soulevé et s'est engagé à se battre pour restituer ses droits. Les réseaux médiatiques qui appartiennent au sionisme et la plupart des médias occidentaux qui sont à leur solde, ont foulé aux pieds leur engagement éthique et médiatique, et dissimulent ce grand mensonge. Les dirigeants politiques qui prétendent défendre les droits de l'homme ferment les yeux sur tous ces crimes et soutiennent sans vergogne et défendent avec audace, ce régime criminel.

Notre point de vue est que la Palestine appartient aux Palestiniens et que la poursuite de son occupation est une oppression intolérable et constitue une menace majeure pour la paix et la sécurité mondiales. Tous les moyens que les Occidentaux et leurs alliés ont proposés et expérimentés pour résoudre le problème de la Palestine, ont échoué et ce sera également le cas dans l'avenir. Nous avons proposé une solution juste et tout à fait démocratique, qui consiste à un référendum où tous les Palestiniens - à la fois les citoyens actuels et ceux qui ont été forcés d'émigrer vers d'autres pays mais ont conservé leur identité palestinienne, musulmans, chrétiens et juifs - devront prendre part sous une surveillance minutieuse et fiable, pour choisir le système politique de leur pays. Tous les Palestiniens qui ont souffert des années d'exil, doivent être rapatriés et prendre part à ce référendum, et contribuer à la rédaction d'une Constitution et à l'organisation d'élections. Ainsi, la paix sera rétablie.

Je tiens maintenant à donner un conseil bienveillant aux politiciens américains qui ont toujours défendu et soutenu le régime sioniste. Jusqu'à présent, ce régime vous a créé d'innombrables problèmes. Il vous a rendus détestables auprès des nations de la région, il vous a présentés aux gens de la région comme le complice des crimes des sionistes usurpateurs, et pendant toutes ces années, a imposé de lourds frais matériels et moraux, au gouvernement et à la nation américaine. Si cela se poursuit, vous aurez probablement à payer un prix encore plus grand dans l'avenir. Pensez à la suggestion de la République islamique d'un référendum et dans une décision courageuse, libérez-vous de cette impasse où vous êtes actuellement. Sans aucun doute, les gens de la région et tous les libres penseurs dans le monde accueilleront positivement cette mesure.

Chers invités, je voudrais maintenant revenir au point de départ de mes propos. Les conditions du monde sont sensibles et le monde se trouve à un tournant historique. Nous nous attendons à ce qu'un nouvel ordre mondial apparaisse. Les pays non-alignés représentent à peu près des deux tiers des membres de la communauté mondiale et peuvent jouer un rôle décisif dans le façonnement de l'avenir. La tenue de ce grand sommet à Téhéran, est également un événement important, qui devra être pris en compte dans les calculs. Nous, les membres de ce mouvement, pouvons jouer un rôle historique et permanent, pour sauver le monde de l'insécurité, de la guerre et de l'hégémonie, en rassemblant nos ressources et nos grandes capacités.

Cet objectif ne peut être atteint que grâce à une coopération globale. Parmi nous, les pays très riches qui jouissent d'une influence internationale ne sont pas rares. Grâce à la coopération économique et médiatique, et la transmission des expériences qui nous ont aidés à nous améliorer et à faire des progrès, il est tout à fait possible de trouver des solutions aux problèmes. Nous devons renforcer notre volonté et rester fidèles à nos objectifs. Nous ne devons pas craindre ces puissances menaçantes quand elles froncent les sourcils, ni être heureux quand elles nous sourient. Nous devons considérer la volonté de Dieu et les lois de la création, comme nos supports. Nous devons tirer des leçons de ce qui s'est passé dans le bloc communiste, il y a deux décennies, et l'échec actuel de la soi-disant « démocratie libérale occidentale » dont tout le monde en voit les signes dans les rues des pays européens et des Etats-Unis, et dans les problèmes économiques insolubles de ces pays. Nous devons aussi considérer la chute des dictatures en Afrique du Nord, qui dépendaient des Etats-Unis et étaient complices du régime sioniste, ainsi que les mouvements d'éveil islamique dans la région, comme une excellente occasion. Nous pouvons améliorer « la productivité politique » du Mouvement des non-alignés dans la gestion du monde. Nous pouvons préparer un document historique pour transformer ce modèle de gouvernance et préparer les moyens nécessaires à son application. Nous pouvons diriger notre Mouvement vers une coopération économique efficace, et définir des paradigmes dans nos relations culturelles. Sans aucun doute, l'établissement d'un secrétariat, actif et motivé, pour cette organisation, sera une grande aide et contribuera à la réalisation de ses objectifs.

Je vous remercie.

Vidéo (1ère partie).
Vidéo (2ème partie).

© www.partiantisioniste.com/actualites/1199
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
 
31
AOÛ
Jérusalem nous appelle ! [Vidéo] Imprimer
Vendredi, 31 Août 2012 [Liste des articles]
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
Cet article a été partagé fois sur Facebook.  Faites le découvrir à vos amis !

Le Centre Zahra France nous interpelle sur le danger qui guette la communauté musulmane à travers le monde.

Le temps est venu pour la communauté musulmane d’oeuvrer pour son unité, pour la justice et la vérité, de s’appeler au bien et de s’interdire le mal, comme le dit Le Coran.

Au nom de l’unité de l’Islam, le Centre Zahra France appelle à combattre les divisions entre sunnites et chiites qui ne servent que leurs ennemis.

Un seul mot d’ordre : « Front uni contre le sionisme ».

« S’il plaît à Dieu, nous marcherons ensemble pour les déshérités et nous combattrons le sionisme [...] »

Jérusalem nous appelle ! [Vidéo]
Code lecteur :

Jérusalem nous appelle !

© www.partiantisioniste.com/actualites/1198
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
 
28
AOÛ
Proche et Moyen-Orient : Un analyste politique britannique dévoile les réels enjeux [Vidéo] Imprimer
Mardi, 28 Août 2012 [Liste des articles]
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
Cet article a été partagé fois sur Facebook.  Faites le découvrir à vos amis !

Dan Glazebrook, analyste politique britannique, explique clairement, sur la chaine  Russia Today, les réelles motivations et enjeux de la déstabilisation du Moyen-Orient en général et de celle de la Syrie, en particulier. Pour lui, elle prépare l’opinion mondiale à une guerre contre l’Iran. Il est intéressant de noter que des déclarations de cette teneur seraient impossibles dans notre pays puisque le président lui-même (marionnette d’Obama et de Netanyahou) a dénoncé lors de la Conférence annuelle des Ambassadeurs réunis à l’Élysée une situation « insupportable pour la conscience humaine, inacceptable pour la sécurité et la stabilité de la région ». Que pense-t-il alors de la situation au Bahreïn ou en Arabie Saoudite où les mêmes Droits de l’Homme sont bafoués ?

Dan Glazebrook : « […] Je pense que tout ce qui se passe en ce moment dans toute la région, au Proche-Orient et en particulier, dans des endroits comme l’Arabie Saoudite, doit être compris dans le contexte de préparation de la guerre contre l’Iran. Ce qu’ils essaient de faire c’est de sécuriser l’environnement régional pour faciliter la guerre contre l’Iran. […] »

Proche et Moyen-Orient : Un analyste politique britannique dévoile les réels enjeux [Vidéo]
Code lecteur :

L’analyste politique Dan Glazebrook interviewé par la chaîne Russia Today

© www.partiantisioniste.com/actualites/1196
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
 
27
AOÛ
Bahreïn : L’alignement complet de la CEE et de la politique française sur Washington (F. Asselineau) Imprimer
Lundi, 27 Août 2012 [Liste des articles]
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
Cet article a été partagé fois sur Facebook.  Faites le découvrir à vos amis !

Répressions au Bahreïn, silence complice à Washington et à Bruxelles…Répressions au Bahreïn, silence complice à Washington et à Bruxelles…Bahreïn : L’alignement complet de la CEE et de la politique française sur Washington (F. Asselineau)

Voici un extrait de l’article très instructif du professeur François Asselineau, sur la situation dans le Royaume du Bahreïn. […]

Une agitation politique et sociale depuis 2011

Le pouvoir confisqué par une seule famille, la composition socialement, religieusement et ethniquement très hétérogène de la population, la présence militaire américaine et la proximité de l'Iran, tout cela crée un cocktail politiquement explosif. Logiquement, une agitation sporadique anime le Bahreïn depuis déjà de nombreuses années. 

Mais cette agitation s'est brusquement aggravée au printemps 2011. Suivant la vague du « printemps arabe », le pays est secoué depuis le 14 février 2011 par un mouvement de contestation du régime, animé par plusieurs catégories de la population :

des musulmans chiites,

des jeunes désœuvrés,

des responsables politiques de sensibilité de gauche.

 Il y a de profonds désaccords entre ces opposants, mais tous réclament une monarchie constitutionnelle qui leur confèrerait la démocratie ou un accès au pouvoir. De plus en plus, certains se radicalisent en réclamant l'abolition pure et simple de la monarchie. Plusieurs grandes manifestations se sont ainsi déroulées, notamment une manifestation monstre d'opposants à la monarchie régnante qui a réuni, le 22 février 2011, plusieurs centaines de milliers de personnes dans la capitale Manama. Ce qui constituait un événement sans précédent historique dans ce petit pays indépendant depuis 1971.

Une répression féroce des manifestations

Le roi Hamad ben Issa Al Khalifa a répondu aux manifestants par la proclamation de la loi martiale et une répression féroce. On estime que plus de 80 manifestants sont morts à ce jour (soit au cours de heurts avec la police, soit sous la torture après leur arrestation), et que le nombre d'arrestations a atteint les 3 000. Pour un petit pays de 1,24 million d'habitants, ce sont des chiffres très élevés. […]

La répression contre Nabil Rajab

Bien qu'il ne soit pas le seul responsable politique d'opposition, l'une des figures centrales de la contestation est Nabil Rajab, un militant des droits de l'homme de confession chiite, qui préside le « Centre des droits de l'Homme ». Sa notoriété locale et régionale est devenue internationale lorsqu'il a été condamné, en juin dernier, à une peine de trois mois de prison pour avoir.... adressé un message Twitter constituant, d'après le tribunal, une « insulte aux sunnites ». Il avait en outre été condamné le 28 juin à 300 dinars bahreïnis (800 dollars) d'amende pour « insultes aux forces de l'ordre.» Mais le 16 août 2012, sa situation a singulièrement empiré puisqu'il vient d'être condamné à trois ans de prison pour « participation à trois manifestations non autorisées »…

Le double jeu des Etats-Unis et de l’Union Européenne

En pleine crise syrienne et alors que les États-Unis et l'Union Européenne ne cessent de fustiger le régime de Damas comme violant outrageusement les droits de l'homme, la décision du tribunal du Bahreïn contre Nabil Rajab tombe évidemment très mal. Car ce verdict attire soudain l'attention du monde entier sur le fait que les monarchies du Golfe -à commencer par le Royaume d'Arabie saoudite qui est une chasse gardée américaine- sont tout sauf des démocraties, et que les droits de l'homme y sont depuis longtemps bien plus bafoués encore qu'ils ne le sont dans la Syrie laïque. Dans ce dernier pays, au moins, la liberté religieuse, la sûreté et le « vouloir vivre ensemble » de chaque communauté religieuse sont très réels. […]

Les promesses mensongères de François Hollande

Outre que toutes ces déclarations lénifiantes des États-Unis, de l'Union Européenne et du Royaume-Uni ne changeront rien pour Nabil Rajab ni pour les milliers d'opposants incarcérés au Bahreïn, il est remarquable de constater qu'elles sont comme un copier-coller saisissant des déclarations que la Russie et la Chine ne cessent de faire au sujet de la situation en Syrie… à la plus grande indignation des États-Unis, de l'Union Européenne et du Royaume-Uni ! 

Dans ce que mes lecteurs me pardonneront d'appeler un « bal de faux-culs », le nouveau locataire de l'Élysée n'est hélas pas en reste. M. Hollande, qui se range, comme son prédécesseur, aux avis de Bernard-Henri Lévy pour décider de la stratégie de la France envers la Syrie, et qui n'a donc pas de déclarations assez indignées et violentes contre le régime de Bachar al-Assad a, au contraire, les yeux de Chimène pour la monarchie du Bahreïn. Le 7 août 2012, le président de la République a ainsi reçu en grande pompe sa Majesté Hamad ben Issa Al Khalifa, roi autocrate ayant 4 femmes et 12 enfants, et despote du Bahreïn qui proclame la loi martiale et fait tirer sur la foule à la première manifestation venue. 

Cette invitation est d'autant plus indécente que M. Hollande, il y a 3 mois à peine, faisait précisément campagne pour l'élection présidentielle en annonçant qu'avec lui, les dictateurs allaient trembler. […]

Qui tire les ficelles : L’Iran ou OTPOR ?

Malgré toute la sympathie spontanée que l'on peut éprouver pour Nabil Rajab et les opposants à la monarchie dictatoriale du Bahreïn, il est prudent de ne pas s'avancer sans connaître parfaitement les tenants et les aboutissants de toutes ces manifestations, spontanées ou non. Car dans ce genre de situation, des surprises ne sont jamais exclues. Tout d'abord parce qu'il existe plusieurs lectures de la crise :

Selon certains, cette crise découlerait de l'opposition confessionnelle chiite/sunnite ; compte tenu du contexte géopolitique, cela signifierait que l'Iran pourrait être à la manœuvre. En l'espèce, quel est exactement le jeu joué par les autorités de Téhéran ? On imagine sans difficultés que la théocratie iranienne peut avoir partie liée avec certains milieux chiites du Bahreïn, dans ce petit État que l'Iran affirma d'ailleurs être sa possession et qu'il revendiqua officiellement, de 1957 à 1970, comme étant sa 14ème province. La possibilité de déstabiliser un État qui sert de quartier général à la Ve Flotte américaine n'est certainement pas faite pour déplaire aux stratèges de Téhéran. 

Selon d'autres, cette crise ne serait pas une opposition chiite/sunnite mais une opposition plus classique : « droite/gauche » non confessionnelle. Mais on doit se demander alors comment il se fait que cette opposition droite/gauche sorte soudain d'un chapeau et comment elle s'articule avec l'opposition chiite/sunnite. 

C'est ici qu'apparaît un élément plus inattendu. Selon des sources concordantes, un certain nombre de jeunes manifestants seraient membres du « Mouvement des jeunes pour la Liberté du Bahreïn » et auraient reçu une formation du groupe OTPOR, comme certains « révolutionnaires » tunisiens ou égyptiens.

Cela conduit à rappeler que le groupe OTPOR, mot serbe qui s'écrit « Отпор » en cyrillique et signifie « Résistance » est une organisation :

qui joua un rôle majeur dans la chute du régime de Slobodan Milošević en ex-Yougoslavie,

et qui est ensuite devenue un centre de formation pour de jeunes révolutionnaires de différents pays, notamment en Géorgie, puis en Ukraine, mais aussi en Biélorussie et dernièrement, en 2011, en Égypte.

Or, le financement d'OTPOR provient notamment : 

de la « Freedom House » qui est financée directement par... le gouvernement des États-Unis et qui reçoit aussi des dons d'organisations caritatives ou de l'Union européenne.

et de l’ « Open Society Institute », la célèbre fondation créée par le célèbre milliardaire américain George Soros, très lié à David Rockefeller, et dont les liens avec toute l'oligarchie euro-atlantiste et les services secrets américains sont un secret de Polichinelle. […]

Source

© www.partiantisioniste.com/actualites/1195
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
 
23
AOÛ
« Il existe des éléments tiers et ces gens-là ne servent pas la cause du peuple syrien » (Ladsous) [Vidéo] Imprimer
Jeudi, 23 Août 2012 [Liste des articles]
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
Cet article a été partagé fois sur Facebook.  Faites le découvrir à vos amis !

« Ils [les chefs d’Etats occidentaux] apparaissent comme des héros mais en réalité, ils nous conduisent au désastre, opérant dans l’ombre d’un vaste plan dont les conséquences destructrices dépassent leur propre imagination. Le but est la domination impériale et peu s’y opposent. Le but est le contrôle total d’une situation. Ce n’est pas le but d’un ou de plusieurs nations, mais d’une force extérieure les tenant en otages. Qui sont les acteurs ? Nous devons le savoir rapidement si nous voulons les arrêter, cependant une question demeure : Le ferons-nous à temps, avant qu’il ne soit trop tard pour vous, votre famille et pour la civilisation ? »

Voici ce qui se cache derrière les événements en Syrie...

[...] « L’incident qui s’est déroulé à Houla en Syrie, le 25 mai 2012, a coûté la vie à de nombreux civils. Pour savoir ce qui s’est passé ce jour-là, la Russie a convoqué une cession d’urgence du Conseil de Sécurité de l’ONU, deux jours après le massacre. Le Conseil de Sécurité a pu écouter le rapport du Général norvégien Robert Mood, chef de la mission de surveillance de l’ONU, envoyé en Syrie dans le cadre du plan de paix AnnanIl déclara aux membres permanents du Conseil de Sécurité et au représentant de l’Allemagne que les indices sur les auteurs du massacre de Houla étaient « obscures ». Mais, malgré les précautions du Général prévenant qu’aucune conclusion ne pouvait être tirée sur les hauteurs du crime et malgré les demandes d’enquêtes faites par les Russes, dès que la cession du Conseil de Sécurité fut ajournée, les porte-paroles français, britanniques et allemands se précipitèrent aux micros de la presse pour dire à l’opinion publique : « Assad est indéniablement coupable » » !

[...] « Le représentant russe Alexander Pankin a calmement expliqué aux médias le véritable rapport rendu par le Général Mood. Pankin a levé le voile sur ce que les réseaux britanniques auraient voulu garder sous silence : « une troisième force terroriste ou étrangère est à l’oeuvre. » »

Hervé Ladsous, sous-secrétaire général aux opérations de maintien de la Paix fit les remarques suivantes, quatre jours avant le massacre de Houla ! : « Il existe des éléments tiers et ces gens-là ne servent pas la cause du peuple syrien. Ils ont leur propre plan ». Pourtant, quelques heures avant l’attentat, Victoria Nudland, porte-parole du département d’Etat des Etats-Unis a invoqué le droit au chapitre 7 permettant l’intervention militaire étrangère par voie aérienne, terrestre et maritime, si le plan de Kofi Annan venait à échouer.

Cette troisième force évoquée par Ladsous, quelques jours avant le massacre, aurait-elle commis ce massacre ?

[...] « Pourquoi les émissaires britanniques et allemands accusent Bachar al-Assad devant les médias avant que toute enquête n’ait même été autorisée ? Pourquoi noyer les conclusions du Général Mood ? »

[...] « L’Arabie saoudite et d’autres monarchies ont accordé 500 milliards de dollars par an pour armer les mercenaires qui sont envoyés ensuite en Syrie, combattre le régime de Bachar al-Assad et les forces de sécurité syriennes. Selon Salim Harba, chercheur et analyste stratégique : « lors de l’opération à Bab Amr, l’armée syrienne a combattu des combattants venus des pays du Golfe, d’Afghanistan, d’Irak, de Lybie et de certains pays européens. Ils étaient coordonnés par des officiers du renseignement qataris et saoudiens, de la CIA, du Mossad et d’agents de Blackwater » !

[...] « Ce que les Anglais et l’administration d’Obama ne disent pas, c’est que leur très cher partenaire du Golfe, l’Arabie Saoudite, a non seulement exprimé son désir d’armer la rébellion mais souhaite reproduire le scénario libyen. Peu sont ceux qui ont dénoncé l’Arabie Saoudite, laquelle finance les réseaux terroristes ayant infiltré la région avant même le début des révoltes, à hauteur de 500 milliards de dollars par an ! »

« Il existe des éléments tiers et ces gens-là ne servent pas la cause du peuple syrien » (Ladsous) [Vidéo]
Code lecteur :

Un autre regard sur ce qui se passe en Syrie…

© www.partiantisioniste.com/actualites/1193
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
 
«DébutPrécédent61626364656667686970SuivantFin»