› Actualités antisionistes
06
AOÛ
L’entité sioniste commet un génocide à Gaza ! Imprimer
Mercredi, 06 Août 2014 [Liste des articles]
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
Cet article a été partagé fois sur Facebook.  Faites le découvrir à vos amis !

Gaza : Après 28 jours d’attaques sionistes…
© www.partiantisioniste.com/actualites/2007
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
 
05
AOÛ
Qui est Israël, et qui est le peuple juif ? (Hadassah Borreman) Imprimer
Mardi, 05 Août 2014 [Liste des articles]
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
Cet article a été partagé fois sur Facebook.  Faites le découvrir à vos amis !

Sionisme et Judaïsme ne pourront jamais être unis !Sionisme et Judaïsme ne pourront jamais être unis !Qui est Israël, et qui est le peuple juif ?

Par Hadassah Borreman, membre de l'association juive antisioniste « Yechouroun – Judaïsme contre Sionisme »

Avec l’aide du Tout-Puissant,

Tout d’abord, en ce 28ème jour de guerre injuste sur la Bande de Ghazzah, 1720 morts, 9080 blessés,…

… Je veux exprimer ma profonde indignation, ma colère et mon sentiment d’impuissance face à la méchanceté, la haine que le régime sioniste, son armée et la majorité de ses habitants déversent sur la population palestinienne, majoritairement musulmane, et particulièrement la population civile de Ghazzah.

En tant que Juive de stricte observance et antisioniste, ces crimes commis avec les armes les plus sophistiquées contre le peuple opprimé et sans défense égale ou même comparable, me font doublement mal :

‣ sur le plan purement humain, c’est une honte de priver les peuples de leurs droits naturels et d’attenter à leur vie et santé pour des convoitises injustifiées

‣ sur le plan spirituel Juif, car les sionistes font leurs crimes au nom des Juifs et du Judaïsme.

Depuis un siècle, les sionistes n’ont cesse, grâce à leur machine de propagande, d’entrainer les nations ainsi que les Juifs dans leur hérésie.

Pourquoi faut-il tant de drames pour que la Communauté Internationale prenne enfin conscience de la nocivité du sionisme pour tous ?

Maintenant, j’aimerais faire quelques rectifications concernant l’analyse que M. Jean-Michel Vernochet a faite le 31 juillet ’14 à la Radio Francophone Iranienne. Il y dit entre autres : « "Israël" persévère dans l’erreur ».

Bien-sûr qu’ici « Israël » veut dire le régime sioniste ou l’entité sioniste. Voilà un des buts que la propagande sioniste a atteint, celui d’utiliser leurs termes. Quand nous rencontrons dans la Thora le mot Yisroel (mot que les sionistes ont volé aux Juifs et transformé en « Israël »), il se réfère toujours au Peuple Juif, les Fils de Ya’qov également appelé Yisroel et Yechouroun.

« Erreur » ?

Le régime sioniste n’est pas dans l’erreur pour ce qui le concerne ; il est tout à fait en accord avec son idéologie satanique qui est de s’emparer avec insolence de ce qui appartient à l’Autre, de dominer et faire vivre l’enfer à ses proies. L’erreur est qu’il existe, un grave accident de l’humanité !

En passant, pourquoi juste en Palestine ? Ce n’était pas prévu au départ, mais c’est un pasteur protestant anglais William HECHLER qui à Vienne suggéra au maudit renégat Herzl la fameuse idée diabolique de faire un Etat en Palestine. Il fut l’inventeur de l’immigration des Juifs d’Europe en Palestine, projet d’inspiration chrétienne anti-judaïque au service de l’impérialisme britannique. Si cela avait eu lieu en Ouganda ou au Baloutchistan, ce serait ces populations qui auraient souffert du joug sioniste, mais le fait d’avoir choisi la Palestine a aussi eu des effets néfastes pour beaucoup de Juifs qui n’avaient pas écouté les Maîtres du Judaïsme, qui avaient vu et averti du danger du sionisme quand il n’était qu’à l’état de conception. De là que tellement de Juifs, rabbins y compris, sous pression sont tombés dans l’hérésie sioniste.

« Ceux qui voudront rester de la communauté Juive sur la terre de Palestine devront se faire à l’idée, non pas de deux Etats pour deux peuples, mais d’un seul Etat pour deux peuples »

Communauté Juive en Palestine, qui est-ce ? Si ceux qui se disent Juifs, ou que les nations considèrent comme Juifs sont ceux qui respectent les Lois de la Thora, alors ce ne sont que de toutes petites communautés Juives, un petit nombre de Juifs que le Saint Créateur permet d’être en Terre Sainte en tant d’Exil, comme qui fut le cas dans chaque génération jusqu’à la création de l’entité sioniste et légèrement après, c.à.d. des Juifs qui pratiquent les commandements de la Thora et qui se soumettent aux autorités et vivent en harmonie avec les autres habitants de la société arabe palestinienne. De nos jours un trop grand nombre de Juifs orthodoxes et d’autres « Juifs » se sont établis en Palestine Occupée par les sionistes ; la plupart d’eux ne remplit pas les conditions requises par la Thora pour pouvoir y résider et que nos véritables Rabbins ont rappelées. En plus, ils occupent les terres des Palestiniens musulmans natifs qu’ils chassent ou tuent, tels que tous les autres sionistes d’origine Juive, laïcs comme religieux. D’ailleurs, je m’attends de la part des Juifs qui devraient naturellement être tous antisionistes, qui habitent en Palestine qu’ils rejoignent la Résistance Islamique pour combattre le sionisme au lieu de se balancer (mouvements dans la prière) avec les sionistes ‘religieux’, ou même pire de soutenir l’armée sioniste !

« Se faire à l’idée, non pas de deux Etats pour deux peuples, mais d’un seul Etat pour deux peuples »

Premièrement, les sionistes ne sont pas un peuple, et certainement pas le Peuple Juif. Les sionistes sont un mouvement politique expansionniste composé de renégats et de collabos non-Juifs, principalement des sionistes chrétiens. Au fil des années, des Juifs, à qui les sionistes ont fait renier leur Emounah (Foi), des Musulmans arabes et non arabes, ont rejoint ces démons sionistes, pour de l’argent et de l’honneur.

« Un seul Etat pour deux peuples » 

Oui, un Etat palestinien sans sionisme et sans sioniste pour deux peuples, des Musulmans et des Juifs !

« Prééminence judéenne… Les Juifs sont imbus de leur supériorités… »

Le Peuple Juif n’est pas celui qui comme le lobby sioniste (AIPAC, CRIF,) est imbu de supériorité. Les Juifs authentiques, bien qu’ils soient le Peuple Elu, sont humbles et discrets ; ils n’en font pas un sujet d’orgueil, c’est plutôt une sérieuse responsabilité que d’être le peuple-pilote, l’exemple de conduite à suivre par les nations parmi lesquelles D’ les a dispersés. Ce qui est loin de vouloir se mettre en ghetto, s’enfermer derrière des murailles et des murs de la honte en béton. C’est vrai que si un Juif abandonne HaShem (D’) et Sa Thora, il pourrait être un dangereux élément dans la société.

« Le Peuple Israélite qui est revenu sur la Terre Promise par le D’ d’Abraham »

Encore une fois, les sionistes ne sont pas le Peuple Juif. La Terre Promise par le D’ d’Abraham : oui, cette Terre est promise aux Juifs. Elle est promise, mais pas encore donnée ou rendue. Les Juifs, à cause des péchés de leurs ancêtres, sont toujours en Exil, chassés de leur terre par D’ Lui-même. Ce qui leur est demandé est de se repentir pour pouvoir mériter de revenir vivre en Terre Sainte. Jusqu’à ce jour, cela n’est pas fait ; il faut un réel retour à la Source, au Créateur Qui Lui juge du moment du retour des exilés. Il enverra alors Elie le Prophète qui annoncera la venue du Roi- Moshiach, descendant du roi David. Les sionistes d’origine Juive transgressent les Serments Divins et les Principes de Foi (Maimonide) dont l’un d’eux est d’attendre le Messie, ce qui veut dire ne pas mettre fin à l’Exil et ne pas dominer la Terre Sainte, la Palestine Historique.

« Enfin tout cela est un très lointain passé, terriblement légendaire »

Je ne me permettrais pas d’attaquer la Révélation Divine. Si M. J-M V. est sans Foi, c’est son droit de voir la situation à Ghazzah d’un autre point de vue, sur le plan politique par exemple.

Je déplore d’ailleurs que ceux, notamment des politiciens, voire des braves activistes, qui s’expriment sur la Palestine ne connaissent pas la problématique du sionisme ; ils ne tiennent pas compte de l’aspect spirituel et veulent traiter le conflit sionisto-palestinien que du point de vue politique, alors que la Palestine est la Terre Sainte qui fonctionne sur des lois spirituelles, non comme une autre terre. Ils font comme si D’ n’a rien à dire sur Sa terre et son Palais Al-Quds ! Cette Terre Sainte appartient au Créateur Qui la donne à qui Il veut et quand Il veut.

Donc, toutes les analyses sont faussées, si l’on ne tient pas compte de tous les paramètres,… et surtout quand on ne connait pas l’histoire du Judaïsme authentique et son opposant le sionisme, de là la confusion entre Juifs et sionistes, surtout quand ces derniers se couvrent de ‘piété’.

Enfin M. J-M V. relate une vérité, c’est que « le Peuple Juif est en partie responsable de son sort ». C’est aux Juifs eux-mêmes de s’introspecter et de corriger leur conduite de sorte qu’elle soit conforme à la Volonté du Créateur pour ce qui concerne les Juifs. Si le Peuple Juif ne le fait pas, D’ permet à d’autres d’être un bâton pour le punir davantage et le ramener sur le bon chemin, afin qu’il soit une bénédiction pour toutes les nations, puis de mériter les promesses Divines annoncées par nos Prophètes. Que ce soit bientôt !

Yechouroun – Judaïsme contre Sionisme

© www.partiantisioniste.com/actualites/2006
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
 
04
AOÛ
Les enfants de Gaza… (Jon Snow, journaliste) [Vidéo] Imprimer
Lundi, 04 Août 2014 [Liste des articles]
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
Cet article a été partagé fois sur Facebook.  Faites le découvrir à vos amis !

Les enfants de Gaza… (Jon Snow, journaliste) [Vidéo]
Code lecteur :

Les enfants de Gaza…

Journaliste britannique pour Channel 4 News, Jon Snow se penche sur le quotidien des enfants de Gaza en temps de guerre. Leur âge moyen est de 17 ans et 250 000 enfants de Gaza ont moins de 10 ans ! Autant dire que dans une zone aussi densément peuplée que la Bande de Gaza, lorsque l’armée israélienne tire ses missiles, elle tue, sans aucun doute, des enfants…

© www.partiantisioniste.com/actualites/2005
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
 
03
AOÛ
L’Iran prédit un enfer à l’entité sioniste d’Israël ! Imprimer
Dimanche, 03 Août 2014 [Liste des articles]
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
Cet article a été partagé fois sur Facebook.  Faites le découvrir à vos amis !

Général Qassem Soleimani, commandant en chef des Forces d’al-Qods.Général Qassem Soleimani, commandant en chef des Forces d’al-Qods.L’Iran prédit un enfer à Israël : le désarmement de la Résistance est une illusion…

Le général Qassem Soleimani, commandant en chef des Forces al-Qods, unité d’élite des Gardiens de la Révolution iranienne, a affirmé que l’Iran était déterminée à soutenir la Résistance palestinienne jusqu’à la victoire. « Le sol et le ciel de Gaza seront transformés à un enfer pour les sionistes », a-t-il mis en garde dans un message inédit adressé à la Résistance palestinienne.

Le général Soleimani a certifié que « le désarmement de la Résistance était une illusion qui ne se réalisera pas ! » L’entité sioniste et ses alliés, notamment les Etats-Unis, avaient conditionné le cessez-le-feu à Gaza au désarmement de la Résistance… « Que les meurtriers et les mercenaires sachent que nous n’épargnons aucun effort pour défendre et soutenir la Résistance ainsi que le peuple palestinien », a lancé le général iranien, avant d’ajouter : « les images douloureuses provenant de la Palestine ensanglantent nos cœurs et nous enragent profondément. Nous déverserons notre colère sur la tête des sionistes criminels, au moment opportun ! »

Le général iranien a salué les brigades palestiniennes Qassam, les brigades iraniennes al-Quds et toutes les autres factions de la Résistance : « Paix aux dirigeants de la Résistance qui ne se plient pas face aux pressions et aux manœuvres visant leur soumission. Paix aux dirigeants de la Résistance qui ont gravé leur nom avec les lettres de la dignité dans l’histoire de la Palestine. Tuez-les où que vous les rencontriez et chassez-les d'où ils vous ont chassés. Que Dieu maudisse tous ceux qui voient vos douleurs et vos souffrances, et encouragent vos tueries par leur mutisme lâche ! Que Dieu maudisse tous ceux qui ont fermé les voies d’approvisionnement, participant ainsi aux crimes sionistes ! Que Dieu maudisse les Etats-Unis, qui sont à la tête de la tyrannie mondiale. Que Dieu maudisse tout tyran défendant et protégeant cette entité criminelle », a-t-il martelé !

Puis, le général Qassem Soleimani a conseillé aux musulmans d’« orienter leur boussole dans le sens de la défense de l’humanité en Palestine », avant de conclure que « votre unité et votre coopération pour la Palestine terrifient l’ennemi alors que vos querelles le réjouissent et affaiblissent vos capacités. »

LSE

© www.partiantisioniste.com/actualites/2004
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
 
03
AOÛ
« Lever la voix face au massacre perpétré à Gaza ! » (Dominique de Villepin) Imprimer
Dimanche, 03 Août 2014 [Liste des articles]
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
Cet article a été partagé fois sur Facebook.  Faites le découvrir à vos amis !

Dominique de Villepin, ex-ministre des Affaires étrangères et ex-Premier ministre de Jacques Chirac.Dominique de Villepin, ex-ministre des Affaires étrangères et ex-Premier ministre de Jacques Chirac.« Lever la voix face au massacre perpétré à Gaza ! » (Dominique de Villepin)

Lever la voix face au massacre qui est perpétré à Gaza, c'est aujourd'hui, je l'écris en conscience, un devoir pour la France, une France qui est attachée indéfectiblement à l'existence et à la sécurité d'Israël mais qui ne saurait oublier les droits et devoirs qui sont conférés à Israël, en sa qualité d'État constitué. Je veux dire à tous ceux qui sont tentés par la résignation face à l'éternel retour de la guerre qu'il est temps de parler et d'agir. Il est temps de mesurer l'impasse d'une France alignée et si sûre du recours à la force. Pour lever le voile des mensonges, des omissions et des demi-vérités. Pour porter un espoir de changement. Par mauvaise conscience, par intérêt mal compris, par soumission à la voix du plus fort, la voix de la France s'est tue, celle qui faisait parler le général de Gaulle au lendemain de la guerre des Six-Jours, celle qui faisait parler Jacques Chirac après la deuxième intifada.

Comment comprendre aujourd'hui que la France appelle à la « retenue » quand on tue des enfants en connaissance de cause ? Comment comprendre que la France s'abstienne lorsqu'il s'agit d'une enquête internationale sur les crimes de guerre commis des deux côtés ? Comment comprendre que la première réaction de la France, par la voix de son président, soit celle du soutien sans réserve à la politique de sécurité d'Israël ? Quelle impasse pour la France que cet esprit d'alignement et de soutien au recours à la force.

Je crois que seule la vérité permet l'action. Nous ne construirons pas la paix sur des mensonges. C'est pour cela que nous avons un devoir de vérité face à un conflit où chaque mot est piégé, où les pires accusations sont instrumentalisées.

Ayons le courage de dire une première vérité : il n'y a pas en droit international de droit à la sécurité qui implique en retour un droit à l'occupation et encore moins un droit au massacre. Il y a un droit à la paix qui est le même pour tous les peuples. La sécurité telle que la recherche aujourd'hui Israël se fait contre la paix et contre le peuple palestinien. En lieu et place de la recherche de la paix, il n'y a plus que l'engrenage de la force qui conduit à la guerre perpétuelle à plus ou moins basse intensité. L'État israélien se condamne à des opérations régulières à Gaza ou en Cisjordanie, cette stratégie terrifiante parce qu'elle condamne les Palestiniens au sous-développement et à la souffrance, terrifiante parce qu'elle condamne Israël peu à peu à devenir un État ségrégationniste, militariste et autoritaire. C'est la spirale de l’Afrique du Sud, de l'apartheid avant Frederik De Klerk et Nelson Mandela, faite de répression violente, d'iniquité et de bantoustans humiliants. C'est la spirale de l'Algérie française entre putsch des généraux et OAS face au camp de la paix incarné par de Gaulle.

Il y a une deuxième vérité à dire haut et fort : il ne saurait y avoir de responsabilité collective d'un peuple pour les agissements de certains. Comment oublier le profond déséquilibre de la situation, qui oppose non deux États, mais un peuple sans terre et sans espoir à un État poussé par la peur ? On ne peut se prévaloir du fait que le Hamas instrumentalise les civils pour faire oublier qu'on assassine ces derniers, d'autant moins qu'on a refusé de croire et reconnaître en 2007 que ces civils aient voté pour le Hamas, du moins pour sa branche politique. Qu'on cite, outre les États-Unis, un seul pays au monde qui agirait de cette façon. Même si les situations sont, bien sûr, différentes, la France est-elle partie en guerre en Algérie en 1995-1996 après les attentats financés par le GIA ? Londres a-t-elle bombardé l'Irlande dans les années 1970 ?

Troisième vérité qui brûle les lèvres et que je veux exprimer ici : oui il y a une terreur en Palestine en Cisjordanie, une terreur organisée et méthodique appliquée par les forces armées israéliennes, comme en ont témoigné de nombreux officiers et soldats israéliens écœurés par le rôle qu'on leur a fait jouer. Je ne peux accepter d'entendre que ce qui se passe en Palestine n'est pas si grave puisque ce serait pire ailleurs. Je ne peux accepter qu'on condamne un peuple entier à la peur des bombardements, à la puanteur des aspersions d' « eau sale » et à la misère du blocus. Car je ne peux accepter qu'on nie qu'il y a quelque chose qui dépasse nos différences et qui est notre humanité commune.

Il n'y a aujourd'hui ni plan de paix, ni interlocuteur capable d'en proposer un. Il faut tout reprendre depuis le début. Le problème de la paix, comme en Algérie entre 1958 et 1962, ce n'est pas « comment ? », c'est « qui ? ».

Il n'y a pas de partenaire en Palestine car les partisans de la paix ont été méthodiquement marginalisés par la stratégie du gouvernement d'Israël. La logique de force a légitimisé hier le Hamas contre le Fatah. Elle légitime aujourd'hui les fanatiques les plus radicaux du Hamas voire le Djihad islamique. Se passer de partenaire pour la paix, cela veut dire s'engager dans une logique où il n'y aurait plus que la soumission ou l'élimination.

Il n'y a plus de partenaire pour la paix en Israël car le camp de la paix a été réduit au silence et marginalisé. Le peuple israélien est un peuple de mémoire, de fierté et de courage. Mais aujourd'hui c'est une logique folle qui s'est emparée de son État, une logique qui conduit à détruire la possibilité d'une solution à deux États, seule envisageable. La résignation d'une partie du peuple israélien est aujourd'hui le principal danger. Amos Oz, Zeev Sternhell ou Elie Barnavi sont de plus en plus seuls à crier dans le désert, la voix couverte par le vacarme des hélicoptères.

Il n'y a plus non plus de partenaire sur la scène internationale, à force de lassitude et de résignation, à force de plans de paix enterrés. On s'interroge sur l'utilité du Quartette. On désespère de la diplomatie du carnet de chèques de l'Europe qui se borne à payer pour reconstruire les bâtiments palestiniens qui ont été bombardés hier et le seront à nouveau demain, quand les États-Unis dépensent deux milliards de dollars par an pour financer les bombes qui détruisent ces bâtiments. Face à l'absence de plan de paix, seules des mesures imposées et capables de changer la donne, sont susceptibles de réveiller les partenaires de leur torpeur. C'est au premier chef la responsabilité de la France.

Le premier outil pour réveiller la société israélienne, ce sont les sanctions. Il faut la placer devant ses responsabilités historiques avant qu'il ne soit trop tard, tout particulièrement à l'heure où il est question d'une opération terrestre de grande envergure à Gaza. Cela passe par un vote par le Conseil de sécurité de l'ONU d'une résolution condamnant l'action d'Israël, son non-respect des résolutions antérieures et son non-respect du droit humanitaire et du droit de la guerre. Cela signifie concrètement d'assumer des sanctions économiques ciblées et graduées, notamment pour des activités directement liées aux opérations à Gaza ou aux activités économiques dans les colonies. Je ne crois guère aux sanctions face à des États autoritaires qu'elles renforcent. Elles peuvent être utiles dans une société démocratique qui doit être mise face aux réalités.

Le deuxième outil, c'est la justice internationale. L'urgence aujourd'hui, c'est d'empêcher que des crimes de guerre soient commis. Pour cela, il est temps de donner droit aux demandes palestiniennes d'adhérer à la Cour pénale internationale, qui demeure aujourd'hui le meilleur garant de la loi internationale. C'est une manière de mettre les Territoires palestiniens sous protection internationale.

Le troisième outil à la disposition de la communauté internationale, c'est l'interposition. À défaut de pouvoir négocier une solution, il faut l'imposer par la mise sous mandat de l'ONU de Gaza, de la Cisjordanie et de Jérusalem Est, avec une administration et une force de paix internationales. Cette administration serait soumise à de grands périls, du côté de tous les extrémistes, nous le savons, mais la paix exige des sacrifices. Elle aurait vocation à redresser l'économie et la société sur ces territoires par un plan d'aide significatif et par la protection des civils. Elle aurait également pour but de renouer le dialogue inter palestinien et de garantir des élections libres sur l'ensemble de ces territoires. Forte de ces résultats, elle appuierait des pourparlers de paix avec Israël en en traçant les grandes lignes.

Nous n'avons pas le droit de nous résigner à la guerre perpétuelle. Parce qu'elle continuera de contaminer toute la région. Parce que son poison ne cessera de briser l'espoir même d'un ordre mondial. Une seule injustice tolérée suffit à remettre en cause l'idée même de la justice.

Source : Figaro Vox

© www.partiantisioniste.com/actualites/2003
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
 
«DébutPrécédent12345678910SuivantFin»