› Nakba 2011 : La marche du retour…
20
MAI

Nakba 2011 : La marche du retour…

Imprimer
Vendredi, 20 Mai 2011 [Section :  Actualités antisionistes]
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
Cet article a été partagé fois sur Facebook.  Faites le découvrir à vos amis !

Mise à jour de l'article du 15 Mai 2011

Les Palestiniens commémorent la Nakba (Gaza, dimanche 15 mai 2011).Les Palestiniens commémorent la Nakba (Gaza, dimanche 15 mai 2011).

Nakba 2011 : La marche du retour…


Cette année promet une célébration hors norme de la Nakba, qui marque non sans douleur l’usurpation de la Palestine. Inspirée des révolutions arabes, comme l’affirment ses organisateurs, son slogan 2011 est : « Le peuple veut le retour ». Tous les pays limitrophes de la Palestine occupée seront de la partie pour cette marche du retour : Liban, Syrie, Jordanie, et Égypte…

Des Palestiniens, en particulier des réfugiés, accompagnés de militants arabes ou étrangers, se rendront aux frontières avec la Palestine. À leur tour, les Palestiniens de la bande de Gaza se dirigeront vers deux points : le terminal de Rafah à la frontière avec l’Égypte, et vers Beit Hanoune à la frontière avec la Cisjordanie occupée. En Cisjordanie, les Palestiniens se rendront à la frontière pour rejoindre les Palestiniens de Jordanie. Les Palestiniens de la Palestine occupée ont convenu de se rendre à la frontière avec le Liban. Là, des milliers de réfugiés palestiniens venus de tous les camps du Liban les rejoindront. Ces Palestiniens ne s’étaient pas rendus aussi massivement à cette frontière, depuis 1982. Quant aux réfugiés palestiniens de Syrie, ils devraient se rassembler à Majdel Shams qui surplombe le Golan occupé.

Mais, c’est surtout en Égypte que l’enthousiasme est à son apogée. C’est la première fois que la Nakba y est célébrée en se rendant au passage emblématique de Rafah. Lors des manifestations de ce vendredi 13 mai, les drapeaux palestiniens avaient été brandis au cœur de la place emblématique Tahrir (Place de la Libération), parmi une foule hétéroclite qui s’était initialement rassemblée pour l’unité nationale, et pour marquer son rejet des affrontements confessionnels qui ont fait une quinzaine de morts et 200 blessés la semaine passée. En appelant les Egyptiens à participer massivement à la marche, un dignitaire religieux a profité de l’occasion pour blâmer les dirigeants arabes d’avoir « vendu » les Palestiniens afin de rester au pouvoir.

Pourtant, le ministre égyptien de l’Intérieur avait, jeudi 12 mai, demandé aux organisateurs d'annuler cette marche, évoquant « le contexte sensible actuel et les intérêts supérieurs de la nation ». « Ce communiqué est inadmissible car il entrave un droit qui revient au peuple, celui de manifester pacifiquement », a répliqué un des organisateurs. Il ajoute que les préparatifs sont en cours dans la région d’Al Arish, proche de la bande de Gaza, et que des milliers de personnes sont déjà sur place. « Notre slogan sera que les révolutions arabes resteront incomplètes sans la restitution de la Palestine », précise-t-il. Ce militant a nié les informations selon lesquelles le pont d’As-Salam, principal accès au Sinaï et à la bande de Gaza, ait été fermé. Malgré les nombreux barrages qui y ont été érigés, les véhicules y circulent toujours.

Selon diverses sources, plusieurs barrages ont été installés dans la péninsule pour contrôler l'identité des personnes souhaitant gagner le Sinaï, et seuls les Egyptiens résidant dans la péninsule ont été autorisés à passer, les autres ont dû rebrousser chemin. Selon une journaliste activiste égyptienne, Rania Madhoune, ces informations ont été colportées par une manipulation médiatique visant à propager l’idée que le Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza, ne souhaitait pas accueillir les manifestants venus d’Égypte. La rumeur a aussitôt été démentie. L'agence officielle Mena rapporte que, comme à l’accoutumée depuis la chute du régime, des dizaines d'Egyptiens ont manifesté vendredi 13 mai devant l'ambassade d'Israël, réclamant l'expulsion de l'ambassadeur et la rupture des relations diplomatiques avec l’entité sioniste. « A Jérusalem, nous irons, martyrs par millions », scandaient les manifestants égyptiens selon l'agence.

Côté israélien, les forces de l’ordre sont en état d’alerte mais pas maximale, selon un responsable israélien. Pourtant, ce sont des milliers d'hommes qui ont été déployés aussi bien à Jérusalem-Est que dans le nord de la Palestine occupée, où est concentrée la majorité de la population arabe. La police israélienne a également limité l'accès à l'esplanade des Mosquées. De plus, sept bataillons sont venus renforcer les unités habituellement déployées en Cisjordanie occupée. Ce vendredi, Tel Aviv a adressé un ultimatum au Liban via la Finul, le mettant en garde contre toute tentative de s’approcher de la frontière.

Dimanche 15 mai, la commémoration de la Nakba a été marquée par une mobilisation massive des Palestiniens et des violences sans précédent, faisant une dizaine de morts et des centaines de blessés à Gaza, en Cisjordanie et, pour la première fois depuis 1973, dans le Golan (Syrie). Les incidents les plus graves ont eu lieu aux frontières avec la Syrie et le Liban. L'armée israélienne a ouvert le feu en direction des manifestants palestiniens venus de Syrie, et qui avaient pénétré le Golan occupé. Deux protestataires ont été tués et quatre grièvement blessés. Il s'agit d'un des incidents frontaliers les plus graves entre les deux pays depuis la guerre israélo-arabe de 1973.

‣ Le Parti Anti Sioniste soutient toutes les initiatives permettant d’accélérer le retour des réfugiés palestiniens dans leur pays, ainsi que la chute de l’entité sioniste, afin de laisser place à un État multiconfessionnel où juifs, chrétiens et musulmans vivront librement…


Nakba 2011 : La marche du retour…
Code lecteur :

Nakba 2011 : La marche du retour - Source : baladee.net - 15/05/11

© www.partiantisioniste.com/actualites/714
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte