› Lettre ouverte de Jacob Cohen au président de la République : La France, une République bananière !
20
Sep

Lettre ouverte de Jacob Cohen au président de la République : La France, une République bananière !

Imprimer
Jeudi, 20 Septembre 2012 [Section :  Actualités antisionistes]
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
Cet article a été partagé fois sur Facebook.  Faites le découvrir à vos amis !

Ligue de Défense Juive (LDJ) : Bras armé du CRIF.Ligue de Défense Juive (LDJ) : Bras armé du CRIF.Lettre ouverte de Jacob Cohen au président de la République : La France, une République bananière !

Monsieur le président de la République,

Je suis un écrivain franco-marocain de 68 ans, résidant à Paris. J’ai été agressé le 12 mars et le 5 juillet 2012 par la Ligue de Défense Juive pour mes convictions antisionistes. Deux plaintes ont été déposées pour insultes, menaces et violence en réunion. Les agresseurs avaient filmé leurs agressions, les ont postées sur le site de la LDJ, en les revendiquant et en s’en glorifiant.

Évidemment, il ne leur est rien arrivé. Ils se baladent tranquillement à Paris, en me dénigrant, et en attendant la prochaine agression.

Pourquoi ? Evidemment parce que les membres de la LDJ sont protégés et couverts par les ministres de l’Intérieur et de la Justice. Ces services « républicains » utilisent tous les moyens et toutes les pressions pour faire échapper les agresseurs de la LDJ –qui sévissent depuis plus de 15 ans en attaques physiques et destructions de biens– à toute sanction.

Connaissez-vous, M. le président, un État de droit où des agresseurs filment et postent leurs agressions sur les réseaux sociaux en menaçant de récidiver sans être le moins du monde inquiétés ? C’est la France. Cela se passe en France.

Imaginez, M. le président, si j’avais été un écrivain juif, membre du CRIF, agressé par des extrémistes islamistes, l’émotion qui vous aurait saisi, vous et tout votre gouvernement, vous auriez appelé les services de police et de justice à retrouver sans retard les coupables et à les juger avec la plus extrême sévérité.

J’ai écrit à 2 reprises aux ministres de l’Intérieur et de la Justice. Ils n’ont pas daigné me répondre. Auraient-ils refusé de le faire au président du CRIF ? Et qu’auraient-ils pu me répondre ? Comment auraient-ils pu justifier les dysfonctionnements manifestes de leurs services ?

Il existe apparemment 2 types de citoyens en France. Ceux qu’il faut, à tout prix protéger et les autres. Cela ne m’étonne pas. Votre attitude, comme celle de vos prédécesseurs, découle de votre soutien sans faille à Israël et à sa politique, et donc à la protection de son principal lobby en France : le CRIF et son bras armé la LDJ.

Lorsqu’un ministre de l’Intérieur protège sciemment des criminels, il est complice de leurs actes délictueux et devrait répondre devant la Cour de Justice de la République, et notamment pour non-assistance en personne en danger, car je ne me sens plus en sécurité à Paris, mes agresseurs ayant promis de m’agresser à nouveau. Pourquoi se gêneraient-ils ? En France, ils bénéficient de l’impunité. Lorsqu’une ministre de la Justice organise l’échappatoire des criminels de la LDJ, elle est responsable de forfaiture et devrait en répondre devant la Cour de Justice de la République.

Nous fonctionnons, du moins s’agissant d’un groupe ethnique bien défini, le CRIF et son bras armé la LDJ, qui échappe aux obligations légales générales, selon le schéma d’une République bananière, ne vous en déplaise.

Espérant un sursaut républicain qui permettrait à tous les citoyens de bénéficier des mêmes droits, quelles que soient leur religion et leurs convictions politiques, je vous prie d’agréer, Monsieur le président, mes salutations les plus respectueuses.

Paris, le 10 septembre 2012.

© www.partiantisioniste.com/actualites/1213
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte