Les terroristes français de Tsahal

mahalA l’heure où le débat fait rage concernant la loi sur la déchéance de nationalité pour les binationaux se rendant coupables de terrorisme, il nous a semblé judicieux de nous pencher sur la problématique des Français servant dans l’armée d’occupation de l’entité sioniste.

 

En effet, selon les derniers chiffres du ministère israélien de la Défense, les Français représenteraient le premier contingent de volontaires dans l’armée d’occupation sioniste. La plupart prennent la nationalité israélienne alors que d’autres choisissent de ne pas devenir israéliens et de rejoindre l’armée dans le cadre du programme de volontariat Mahal, ce qui impliquerait plusieurs d’entre eux dans les crimes de guerre pour dont Tsahal est coutumière.

 

Cette situation signifie donc que ces citoyens français participent à un projet colonial et discriminatoire, mené par un Etat qui pratique la torture, les exécutions extrajudiciaires, les punitions collectives, le meurtre de civils et une politique d’Apartheid contre les Palestiniens. Tout cela en contradiction totale et flagrante avec nos fameux « principes de la République Française ».

 

Ce problème ne semble pourtant guère émouvoir nos médias, ni les autorités de notre pays, contrairement à celui des jeunes Français musulmans qui partent pour combattre en Syrie.

L’armée israélienne peut même se permettre de recruter au grand jour, sans que personne n’en paraisse choqué. Et on se demande comment notre chère République, soucieuse de ses grands principes, laisse faire de tels recrutements. Il semblerait au contraire que Paris facilite le voyage de ces jeunes recrues, comme l’a si bien démontré l’ambassadeur français en Israël lorsqu’il a reçu 10 de ses compatriotes engagés dans l’armée d’occupation sioniste, début 2014. Le diplomate a poussé l’indécence en les félicitant pour leur « engagement courageux », au moment où les organisations des Droits de l’Homme énuméraient les crimes quotidiens de cette armée…

 

Nos politiciens qui somment leurs compatriotes musulmans de ne pas importer le conflit israélo-palestinien dans l’hexagone, oublient pourtant de mentionner ces juifs français qui combattent au sein de Tsahal. Ils mettent ainsi en évidence leurs contradictions quant à la politique du « deux poids, deux mesures ».

Heureusement, quelques exceptions viennent confirmer la règle. En effet, on se souvient qu’en 2014, 2 députés avaient eu le courage d’interpeller le gouvernement sur cette question. Ainsi, Jean-Jacques Candelier (Gauche démocrate et républicaine) avait demandé si « des poursuites judiciaires seraient engagées à l’encontre des Français servant dans une armée de colonisation étrangère » et Pouria Amirshahi (PS) avait quant à lui, réclamé des éclairages sur « la démarche de ces jeunes », qui « alimente les tensions entre les peuples et importe un conflit qui met en danger l’unité nationale. » La même année, l’association France Palestine Solidarité a demandé au gouvernement français de poursuivre en justice les ressortissants juifs français engagés dans l’armée israélienne combattant à Gaza, accusés de commettre des crimes de guerre. Il va sans dire que rien de cela n’a été relayé par les medias nationaux, pour qui le terrorisme n’est qu’exclusivement musulman…

 

Le Parti Anti Sioniste considère inacceptable que de jeunes Français aillent combattre dans les rangs de l’armée d’occupation sioniste tueuse d’enfants.

Il est inadmissible que des Français participent à des crimes de guerre ainsi qu’à des massacres de civils en toute impunité, à moins que tuer un enfant palestinien ne soit pas considéré comme un acte terroriste par nos dirigeants !

Notre gouvernement doit réagir et ne pas permettre cette situation scandaleuse qui foule aux pieds toutes les valeurs de la République.

 

Yahia Gouasmi
Président du Parti Anti Sioniste
Yahia Gouasmi
Président du Parti Anti Sioniste
© http://www.partiantisioniste.com/?p=10941
19 janvier, 2016 Actualités, Infos antisionistes
2016-01-19T09:21:32+00:00

Commentaires Facebook

Recherche

S’inscrire à la newsletter

Facebook Parti Anti Sioniste

réseaux sociaux