› Le réseau du lobby sioniste CRIF en France et à l’étranger
26
Jan

Le réseau du lobby sioniste CRIF en France et à l’étranger

Imprimer
Jeudi, 26 Janvier 2012 [Section :  Actualités antisionistes]
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
Cet article a été partagé fois sur Facebook.  Faites le découvrir à vos amis !

CRIF : Conseil Représentatif des Institutions Sionistes de France.CRIF : Conseil Représentatif des Institutions Sionistes de France.Le réseau du lobby sioniste CRIF en France et à l’étranger

Un groupe de hackers dénommé « FAC » a piraté la base de données du site internet du lobby sioniste français CRIF (Conseil Représentatif des Institutions Sionistes de France) et révélé les utilisateurs abonnés. La liste est édifiante.

Ainsi, de nombreux consulats français ont un lien direct avec le CRIF comme ceux d’Atlanta, Shanghai, Montréal, Houston, Barcelone, Munich ou encore de New York. On note aussi le nom de Laurence Lasserre du cabinet du Premier Ministre français. On trouve également des utilisateurs des ambassades israéliennes, comme celle d’Israël en Irlande ou en Turquie, ce qui traduit évidemment un lien opérationnel entre un gouvernement étranger et cet organisme « français ».

Plus révélatrice encore est la présence d’utilisateurs en charge d’associations comme celle de « École sans racisme » en Belgique. Le site internet de ladite association ne révèle aucun nom mais fait une propagande permanente en faveur de l’immigration dans ce pays. On retrouve également « United against racism », une « ONG » faisant du lobbying antiraciste au plan européen. Ajoutons-y le « Irish Refugee Council », une organisation promouvant l’immigration sous couverture « humanitaire ». En France, c’est la LICRA, organisation sioniste « antiraciste » que l’on retrouve.

La situation devient encore plus surprenante lorsque l’on voit le nom d’organes de presse tels qu’Euronews, l’Express ou Europe 1. On relève aussi un des pontes du Nouvel Observateur, Jean Daniel. On croirait nos surprises terminées mais le fichier de ces utilisateurs (dotés de mot de passe personnel) comporte aussi celui d’Europol, la police européenne !

Apparaissent également  les noms de plusieurs députés allemands parmi lesquels, Inge Wettig Danielmeier (SPD), Ingo Wellenreuther (CDU), Ingrid Arndt-Brauer (SPD). Au parlement européen, c’est l’ancien député des Verts allemands, Ilka Schroeder, dont on retrouve le nom. Celle-ci a été exclue de son parti suite à une enquête qu’elle mena sur les fonds accordés par l’Union européenne à la Palestine, Schroeder dénonçant un « financement illégal du terrorisme » contre Israël. Ses chevaux de bataille sont « l’antisémitisme » et « l’antiaméricanisme ». Elle enseigne en ce moment à l’université de Washington, opportune reconversion… Nous notons également la présence du député européen du PLAID CYMRU (Parti du pays de Galles, NDLR), Jill Evans. Cet élément qui en dit long sur la « nature » de ce parti de gauche immigrationniste qui a trahi la cause nationale galloise.

Plus près de nous, on retrouve la présence de Jean Marc Ayrault (PSF), Jean Yves Le Drian, président de la région Bretagne. Plus surprenant encore, de nombreux personnels de l’Université de Brest : M. T. Malgorn (secrétariat), le Professeur Jean Aubert Barra (UMP), le Professeur Jean Dominique Dewitte, chef du service de Médecine du Travail, Jean Luc Le Luron, Lionel Marcé, le Professeur Jean Lotrian et Clara Mangou, attachée « culturelle ». On retrouve aussi l’UNEF du Morbihan. A Nantes, les noms de Jean-Pierre Boisrond de la présidence de l’université et d’Isabelle Campet, attachée de presse de la mairie, sont cités.

Parmi les sénateurs et les députés bretons, nous notons la présence de Josselin de Rohan, Louis Le Pensec et Loïc Bouvard. Sur le plan national, on retrouve le député socialiste Jean-Christophe Cambadélis (secrétaire national du PS, NDLR), fils de diamantaires grecs et ancien trotskyste, immigrationniste et proche de Dominique Strauss-Kahn. Figure également Jean-Christophe Lagarde, député Nouveau Centre (maire de Drancy depuis mars 2001, NDLR), Jean de Gaulle (petit-fils de Charles) -député UMP, NDLR-, Julien Dray (PSF), Jean Glavany (député socialiste, NDLR) dont on comprend, à présent, le laïcardisme ultra, Jack Lang, Jean Lassale (député « enraciné » gréviste de la fin).

Nous sommes surpris par la présence du chef de Force Ouvrière, Jean Claude Mailly, que l’on sait très hostile aux forces nationalistes.

Source : www.breizatao.com

© www.partiantisioniste.com/actualites/1006
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte