› Le Président Ahmadinejad : « Nous les Musulmans sommes tombés dans le piège tendu par nos ennemis » !
16
AOÛ

Le Président Ahmadinejad : « Nous les Musulmans sommes tombés dans le piège tendu par nos ennemis » !

Imprimer
Jeudi, 16 Août 2012 [Section :  Actualités antisionistes]
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
Cet article a été partagé fois sur Facebook.  Faites le découvrir à vos amis !

La Mecque, les 14 et 15 août : Le Président Mahmoud Ahmadinejad a participé au sommet de l’OCI. La Mecque, les 14 et 15 août : Le Président Mahmoud Ahmadinejad a participé au sommet de l’OCI. Le Président Ahmadinejad : « Nous les Musulmans sommes tombés dans le piège tendu par nos ennemis » !

Mardi 14 août, des représentants des 56 Etats membres de l'Organisation de la coopération islamique (OCI) se sont réunis à La Mecque, à l'initiative du roi Abdallah d'Arabie saoudite pour un sommet extraordinaire de deux jours consacré notamment, à la situation en Syrie. Aucun représentant du régime syrien ou de l'opposition syrienne n'a été invité à y participer. L'Irak, les Emirats arabes unis et l'Indonésie n’assistaient  pas non plus au sommet.

Les participants ont approuvé la suspension de la Syrie de l'OCI, sauf l’Iran. Le ministre iranien des Affaires étrangères, Ali Akbar Salehi a qualifié d'illégale la suspension de la Syrie de l'Organisation de la coopération islamique (OCI). « L'Iran s'est opposé à la suspension de la Syrie de l'OCI parce que cette mesure contredit le pacte de l'organisation. » a déclaré le ministre avant d’ajouter : « Il fallait inviter le gouvernement syrien à assister au sommet afin qu'il puisse se défendre et que les participants connaissent la position officielle de la Syrie. »

Lors du sommet, le Président iranien Mahmoud Ahmadinejad a déclaré : « J'ai un constat amer à faire. Malheureusement, nous les Musulmans, nous sommes tombés dans le piège tendu par nos ennemis ! Nous entrons à pieds joints dans une guerre totale, dévastatrice et vaine, une guerre à caractère fratricide, ethnique et tribale, qui pourrait durer des dizaines d'années. Malheureusement, certains pays font le jeu des ennemis [allusion faite à certaines monarchies du Golfe, ndlr] ».

Il a poursuivi son discours en soulignant que : « ceux qui sont arrivés au pouvoir pour contrer la politique hégémonique des Etats-Unis dans notre région, ont retourné leur veste et veulent à présent transformer notre région. Ils nous menacent de guerre, je vous renvoie à l'Afghanistan, l'Irak, la Libye, la Syrie, au Bahreïn et au Yémen. Qui tire sur qui dans ces pays ? […] Si nous acceptons que la justice et l'égalité sont les droits de tout un chacun, alors nous devons accepter que nous sommes tous dans le même bateau et que nos destins sont liés. Nous devons nous serrer les coudes, nous entre-aider pour faire face à notre ennemi commun. »

M. Ahmadinejad a souligné que « nous ne devions pas oublier le souhait du Front de l’Arrogance de dominer notre région, une région riche en culture. […] Les ennemis de nos peuples veulent un nouveau Moyen-Orient qui serait sous leur contrôle absolu et qui répondrait à leurs intérêts illégitimes. L'OTAN rêve de s'emparer de notre région et nous, au lieu d'affronter ce danger, nous sommes devenus ennemis les uns des autres sur la base de faux arguments inventés ou imaginaires, ethniques ou tribaux, sans savoir que ces hostilités gratuites offrent la meilleure occasion à nos vrais ennemis de nous envahir ».

A l’issue de son allocution, le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a proposé « la création d'un organe d'arbitrage comprenant des fidèles dévoués, des personnes vertueuses et dignes de confiance avec autorité complète pour régler les différends entre les différents groupes ou gouvernements ».

Ensuite, en marge de la réunion, le Président iranien M. Ahmadinejad s’est entretenu avec son homologue turc Abdullah Gül et lui a fait part de sa surprise quant au « comportement de certains rois arabes envers la Syrie alors même que la majorité de leurs propres peuples les rejettent ! » Il a ajouté qu’ils devaient « travailler et vivre ensemble », ce à quoi le Président turc a répondu : « Nous sommes des amis de l'Iran, l'Iran travaille à établir la justice, nous cherchons à consolider les valeurs de l'humanité et nous n'avons pas accéder au pouvoir par amour du pouvoir, nous travaillons ensemble pour consolider la sécurité et la stabilité »…

© www.partiantisioniste.com/actualites/1188
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte