L’Algérie dans le collimateur d’Israël

Algérie cible d'IsraelDans notre article du 17 mai 2011, « une base militaire israélienne bientôt aux frontières de l’Algérie ! », nous vous révélions la signature d’un accord conclu entre le Conseil National de Transition libyen (CNT) et Israël. Le document  ultraconfidentiel, rédigé sur papier à entête des Forces de Défense israéliennes (« Israel Defense Forces »), avait été rendu public par les services secrets ukrainiens.

 

L’Algérie, avec ses 1000 kilomètres de frontières avec la Libye, devenait alors le premier pays du Maghreb concerné par cet accord qui constitue une menace pour sa sécurité territoriale.

 

Quelques mois plus tard, le quotidien algérien al-Akhbar révélait dans un article publié le 15 mars 2012, que l’entité sioniste d’Israël avait changé la trajectoire de ses satellites d’espionnage et ce, dès 2010, pour les diriger vers le territoire algérien ! Une série de photos publiée par le célèbre site militaire israélien « Divonos Ibadat » montraient que les installations militaires d’Alger, de Blida, de Boumerdès et d’Oum el Bouaghi étaient espionnées par le satellite israélien « Eros B ».

 

Pourquoi cet acharnement de l’entité sioniste contre l’Algérie ?

 

L’Algérie est l’alliée de l’Axe de la Résistance (Syrie, Iran et Hezbollah), ce qui représente, aux yeux de Tel-Aviv, une menace pour Israël. De plus, Alger a fait le choix de boycotter la coalition arabe emmenée par l’Arabie saoudite, qui bombarde le Yémen et veut intervenir sur les sols syrien­ et irakien pour, soi-disant, combattre DAECH.

 

Au lieu de rejoindre cette coalition diabolique, l’Algérie a préféré s’allier à Téhéran, non seulement parce qu’elle partage de nombreuses visions politiques et économiques, mais aussi parce qu’elle espère ainsi contrer l’influence du lobby saoudien dans la région.

 

Plus récemment, l’Algérie a refusé d’inscrire le Hezbollah sur la liste des organisations terroristes.

 

Ces prises de position de la part d’Alger agacent les pétromonarchies comme l’Arabie saoudite ou le Qatar ­—on se souvient de la saisie d’appareils d’espionnage en provenance du Qatar par la douane à l’aéroport d’Alger— et Israël, deux facettes du sionisme mondial, l’un opérant en Occident et les autres au sein du monde arabe.

 

L’Algérie est dans le collimateur du sionisme, qui recourt au terrorisme pour exécuter son projet de remodelage du Maghreb. Comme son voisin tunisien qui a refusé l’installation d’une base militaire américaine sur son sol, Alger est la cible d’attentats. Pour répondre à la menace terroriste, le dispositif de surveillance a été renforcé, notamment autour des sites sensibles comme les installations pétrolifères et gazières.

 

Le Parti Anti Sioniste dénonce les pressions et les tentatives d’ingérences sionistes qui menacent la souveraineté de l’Algérie et de la Tunisie. Il appelle les peuples algérien et tunisien à serrer les rangs et à la plus grande vigilance face aux manigances du sionisme international qui n’hésitera pas à semer le chaos par convoitise du Sahara.

 

Le sionisme est notre véritable ennemi, il veut entraîner l’Algérie, mais aussi la Tunisie, et à terme, tout le Maghreb, dans la spirale infernale dans laquelle il a déjà entraîné et détruit la Palestine, la Libye, la Syrie, le Yémen, etc.

 

Face à la menace terroriste fomentée par l’USraël et ses vassaux arabes (Qatar et Arabie sioniste), l’unité d’un peuple est le seul rempart contre le démantèlement d’un pays.

 

Yahia Gouasmi
Président du Parti Anti Sioniste
Yahia Gouasmi
Président du Parti Anti Sioniste
© http://www.partiantisioniste.com/?p=11649
11 mars, 2016 Actualités, Infos antisionistes
2016-03-11T06:28:36+00:00

Commentaires Facebook

Recherche

S’inscrire à la newsletter

Facebook Parti Anti Sioniste

réseaux sociaux