› L’Egypte au bord du chaos ?
28
JUIN

L’Egypte au bord du chaos ?

Imprimer
Vendredi, 28 Juin 2013 [Section :  Actualités antisionistes]
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
Cet article a été partagé fois sur Facebook.  Faites le découvrir à vos amis !

Mohamed Morsi, Président de la République arabe d'Égypte depuis le 30/06/12.Mohamed Morsi, Président de la République arabe d'Égypte depuis le 30/06/12.L’Egypte au bord du chaos ?

La nomination, le 16 juin, de 7 nouveaux gouverneurs issus des Frères musulmans (leur chiffre passe à 11 sur 27), notamment celle d’un membre de l'al-Jamaa al-Islamiya, groupe impliqué dans les attaques terroristes de Louxor de 1997, a provoqué l’indignation à travers toute l’Egypte. Il a dû démissionner le 23 juin, mais cela n’a pas suffi à calmer les tensions qui ont dégénéré en heurts entre partisans et opposants du président égyptien, causant la morts 5 personnes et en blessant 242 autres.

A l’approche de la manifestation prévue dimanche 30 juin contre le président Mohamed Morsi, les tensions ont redoublé. Les opposants, qui réclament plus de liberté et de justice sociale, affirment avoir réuni 15 millions de signatures pour la tenue d'une élection présidentielle anticipée. De leur côté, les partis islamistes ont appelé à manifester pour la légitimité du président égyptien, pour une durée illimitée à partir de vendredi 28 juin.

Un an après son accession au pouvoir, le président Morsi se sent menacé, il propose des réformes et annonce l’étude d’un éventuel amendement de la Constitution, dont le texte est contesté par les opposants qui le jugent non représentatif du peuple égyptien et qui tend à islamiser la législation égyptienne.

« La polarisation politique et les conflits ont atteint un stade qui menace notre expérience démocratique naissante et qui menace d'entraîner l'ensemble de la nation dans un état de paralysie et de chaos » a déclaré, le 26 juin 2013, le président Mohamed Morsi, lors d'un discours télévisé. Il a reconnu avoir commis des erreurs, mais il a également accusé, sans les nommer, les « ennemis de l'Egypte » coupables à ses yeux de vouloir saboter le système démocratique issu de la révolution de 2011.

Le 30 juin, le président égyptien ne pourra pas compter sur le soutien du patriarche orthodoxe Théodore II qui a déclaré que les Coptes étaient libres de manifester, ni sur celui du grand Imam de la mosquée d’al-Azhar, Ahmed al-Tayyeb selon lequel, s’opposer au président n’est pas contraire à l’Islam. En revanche, il aura l’appui des Frères musulmans qui se font un devoir de le soutenir. Quant au ministre de la Défense égyptien, il a d’ores et déjà annoncé que les forces armées interviendraient « pour empêcher l'Egypte de plonger dans un tunnel sombre de conflits et de troubles » …

© www.partiantisioniste.com/actualites/1604
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte