Israël arme le régime génocidaire de Birmanie

birmanieAvec le développement exponentiel des technologies de l’information et des communications, l’aide, jusque-là secrète, que fournit l’entité sioniste à des régimes répressifs, apparait au grand jour.

C’est ainsi que le grand public a découvert que la Birmanie (également connue sous le nom de Myanmar) a bénéficié de ce soutien israélien en matière militaire et sécuritaire.

Elle continue d’en bénéficier à l’heure actuelle, ce qui lui permet de réprimer encore plus efficacement une partie de sa population.

Depuis son indépendance, obtenue en 1948, la Birmanie est confrontée à une guerre civile dans plusieurs de ses régions. Il a été dirigé par une junte militaire jusqu’en 2015, année au cours de laquelle des élections démocratiques ont hissé au pouvoir le parti d’Aung San Suu Kyi, prix Nobel de la Paix, et qui occupe depuis avril dernier l’équivalent du poste de Chef de gouvernement.

Alors que la plupart des pays occidentaux et asiatiques célèbrent la démocratisation de ce pays d’Asie du Sud-Est, la situation sur le terrain est bien différente. En effet, le gouvernement ne contrôle réellement ni les forces de sécurité de l’État, ni les milices privées, toujours placées sous le commandement de la Junte. Malgré une apparence démocratique, la Birmanie est « de facto », gouvernée par un régime militaire.

Ce dernier continue à commettre des crimes contre l’humanité, des crimes de guerre et des violations graves des droits humains partout dans le pays, en particulier contre les minorités ethniques, notamment contre la population Rohingya.

Cette minorité de l’Ouest du pays dans l’État de l’Arakan (ou Rakhin), convertie à l’Islam au 16ème siècle, dans un pays à 90 % bouddhiste, est une cible privilégiée des différents pouvoirs birmans. Une loi promulguée en 1982 les a déchus de leur citoyenneté, les transformant en apatrides dans leur propre pays et leur persécution insupportable est quasiment devenue une politique officielle.

Viols en réunion, tortures, meurtres et massacres de masse, réduction en esclavage, cette répression est tellement violente que les Nations-Unies l’ont qualifiée de « nettoyage ethnique ».

La dernière opération des forces de sécurité à l’encontre de cette minorité musulmane a été lancée en octobre dernier dans l’État de Rakhin, entraînant son lot de tortures, de disparitions, d’assassinats de civils, de viols, et d’incendie de villages entiers.

Ces opérations « ont probablement fait plusieurs centaines de morts et conduit environ 66 000 personnes à fuir vers le Bangladesh et 22 000 autres à se déplacer à l’intérieur » du pays, a estimé le Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’Homme, alors que le représentant des Nations unies au Bangladesh avait déclaré que « la Birmanie avait entrepris une campagne de – nettoyage ethnique – contre la minorité des musulmans Rohingyas ».

https://twitter.com/OHCHRAsia/status/827682655093141504

En juin dernier, le haut responsable onusien avait déjà estimé que « les violations des droits des Rohingyas, notamment le déni de citoyenneté, le travail forcé et des violences sexuelles, pourraient être considérées comme des – crimes contre l’humanité - ».

L’arrivée au pouvoir de celle que les Occidentaux ont hissée au rang d’icône démocratique, Aung San Suu Kyi, ex-figure de la résistance à la junte militaire, n’a rien changé à la situation des Rohingyas. Bien au contraire, la dirigeante s’est montrée silencieuse, voire complice, de la politique génocidaire du régime contre cette minorité musulmane qui ne semble guère l’émouvoir.

Ce régime a besoin d’outils et de conseils afin de mener à bien son travail de répression. C’est là qu’intervient l’entité sioniste criminelle, spécialiste mondiale en la matière.

 

Aujourd’hui, ces liens sont officiels et le gouvernement israélien continue à fournir des armes au régime de Rangoon. On apprend ainsi que les dirigeants militaires de Birmanie se sont livrés ces dernières années à une « frénésie d’achats » auprès des industries israéliennes d’armement.

 

Le Général Min Aung Hlaing a visité Israël en septembre 2015, accompagné de hauts dirigeants de la Junte, dont le sinistre Général Maung Aye, acteur majeur de la répression. À cette occasion, ils ont rencontré le président israélien Reuven Rivlin, le chef d’État-major de l’armée israélienne, les dirigeants des systèmes de défense et des responsables de sociétés de sécurité.

Au cours de cette visite non médiatisée, la première en 55 ans, les chefs de la junte ont admis avoir acheté des navires de patrouille Super Dvora ainsi que des équipements et un entraînement militaire.

 

Entre criminels de guerre, le courant est certainement bien passé, ce qui a dû faciliter les affaires… Mais l’impératif commercial n’est pas la seule raison du soutien du régime sioniste à la Birmanie.

En effet, des liens avec le Myanmar pourraient rapporter à l’entité criminelle israélienne des avantages géopolitiques intéressants, notamment en matière de renseignement.

La base régionale d’Israël restera Singapour, mais Rangoon pourrait être considérée comme un poste d’observation utile d’où suivre et rapporter les développements stratégiques essentiels sur des pays comme l’Iran, la Chine ou l’Inde.

 

Le Parti Anti Sioniste appelle la communauté internationale à dénoncer avec force la répression de la minorité musulmane birmane et d’agir concrètement pour protéger ce peuple victime d’un véritable génocide.

Quant à l’entité sioniste, ses liens avec le régime criminel de Rangoon ne nous surprennent pas. Elle est devenue la spécialiste en matière de soutien à des régimes de tortionnaires.

Ainsi, malgré les rapports confirmant les exactions et autres crimes contre l’humanité, le ministre de la Défense israélien a refusé de cesser les exportations de matériel de sécurité en Birmanie.

Mais est-ce étonnant de la part d’un régime qui utilise les mêmes méthodes contre la population palestinienne ?

 

Yahia Gouasmi
Président du Parti Anti Sioniste
Yahia Gouasmi
Président du Parti Anti Sioniste

 

 

 

© http://www.partiantisioniste.com/?p=15855
telegramPour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join » En savoir plus: https://telegram.me/partiantisioniste
05 septembre, 2017 Actualités, Infos antisionistes
2017-09-05T10:27:17+00:00

Commentaires Facebook